Nous suivre Industrie Techno

Recherche biomédicale : des instituts pour favoriser les liens public-privé

Muriel de Véricourt

Sujets relatifs :

, ,
Recherche biomédicale : des instituts pour favoriser les liens public-privé

© DR

Pour donner un nouveau souffle à la recherche biomédicale française, une commission, qui vient de remettre son rapport aux ministres de la recherche et de la santé, propose de créer, dans le cadre du grand emprunt, cinq centres d’excellence dédiés au soin, à la formation et à une recherche tournée vers la valorisation, en lien avec les industriels.

Cinq instituts hospitalo-universitaires (IUH), visant notamment à favoriser la recherche partenariale public-privé dans le secteur biomédical, devraient voir le jour dans le cadre du Grand Emprunt. C’est en tous cas ce que recommande le rapport d’une commission rassemblant des scientifiques, des universitaires, des industriels et des personnels hospitaliers présidée par le Pr Jacques Marescaux, du nouvel hôpital civil de Strasbourg. Remis mardi 06 avril à Valérie Pécresse et Roselyne Bachelot-Narquin, il a immédiatement reçu le soutien des deux ministres.

850 millions d’euros sont prévus pour le financement de ces cinq instituts, dont la création avait été suggérée au printemps dernier dans un rapport sur l’avenir des centres hospitalo-universitaires (CHU) et dont Valérie Pécresse avait chargé la commission présidée par le Pr Marescaux de préciser le concept. L’appréciation des projets sera confiée à un jury international, la décision finale appartenant au Commissariat Général au Grand Emprunt.

Les membres de la commission espèrent que ces cinq centres constitueront un modèle imité par d’autres, notamment pour la mise en place de partenariats de recherche public-privé. Ces partenariats, qui prendront au minimum la forme d’un co-financement, pourraient également se traduire par l’implantation d’équipes de R&D issues de l’industrie sur les sites des IHU ou encore la création d’incubateurs.

« Au sein des IHU, des recherches très fondamentales seront menées, mais elles devront être faites avec une visée thérapeutique », a insisté Valérie Pécresse. « La qualité du lien public-privé sera l’un des critères de sélection des dossiers », a de son côté prévenu Roselyne Bachelot, qui a également précisé que la réponse à l’appel à projet devrait susciter une dynamique qui pourra être soutenue par d’autres mécanismes pour les candidatures qui ne seraient pas retenues.

Muriel de Vericourt

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Projet EOL, la mini-usine de fabrication de médicament

Projet EOL, la mini-usine de fabrication de médicament

Un hydrogel pour réparer le cerveau après un AVC

Un hydrogel pour réparer le cerveau après un AVC

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles