Nous suivre Industrie Techno

Rapport 2014 de l’OCDE : l’aide française à la R&D généreuse mais trop peu ciblée

Philippe Passebon

Mis à jour le 16/11/2014 à 22h30

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Rapport 2014 de l’OCDE : l’aide française à la R&D généreuse mais trop peu ciblée

Le rapport de l'OCDE analyse les performances de la recherche scientifique, technologique et industrielle dans le monde

L’OCDE vient délivrer le 12 novembre un rapport consacré aux principales tendances concernant les politiques et les performances de la science, la technologie et l’innovation dans le monde. Le rapport Science, technologie et industrie : Perspectives de l’OCDE 2014, rédigé par Dominique Guellec, pointe deux tendances importantes au niveau mondial et plusieurs constats quant à la France.

Tout d’abord, lors d'une présentation du rapport Science, technologie et industrie : Perspectives de l’OCDE 2014 à la presse, Dominique Guellec, économiste à l'OCDE responsable du service des politiques d'innovation, observe que malgré la baisse globale des dépenses de R&D depuis le début de la crise économique - qui ont suivi globalement le creux de la croissance mondiale - la recherche s’est mieux tenue que les autres investissements. Un fait qui illustre aussi, selon lui, la dématérialisation de la R&D, moins dépendante des investissements physiques. Il remarque aussi que lorsqu'en 2009, les investissements R&D des entreprises se sont effondrés, les financements gouvernementaux ont augmenté, un dispositif qui a bien fonctionné pour maintenir le niveau de recherche globale. Puis en 2011-2012, les dépenses R&D des entreprises ont à nouveau augmenté tandis que les gouvernements ont réduit leurs dépenses, une tendance qui devrait à présent se poursuivre, vu les préoccupations budgétaires des gouvernements.

Taux de croissance annuel du PIB, de la DIRDE et des dépenses de R&D publiques,
                     OCDE, 1993-2013 et projections 2014 et 2015

Source: OCDE, Base de données des Perspectives Économiques  de l’OCDE No 95, mai 2014 ;
OCDE, Base de données sur les principaux indicateurs de la science et de la technologie (PIST),  juin 2014.

La Chine passe devant l’Europe en termes d’investissements dans la recherche

La Chine est à présent le deuxième pays au monde concernant ses dépenses de R&D et sera le premier d’ici 2020. Selon les estimations des experts de l’OCDE, les dépenses de R&D de la Chine (311 milliards de dollars) devraient pour la première fois dépasser cette année celles de l'Europe des 28 (292 milliards).

             Dépenses intérieures de R&D (DIRDE, en millions USD 2005 PPA,
                                2000-12 et projections jusqu'en 202
4 :

Source: Estimations OCDE, à partir de la base de données sur les principaux indicateurs
                      de la science et de la technologie (PIST), juin 2014.

Toutefois, Dominique Guellec précise que la qualité de la recherche n’est pas au niveau de celle pratiquée en Europe ou aux Etats-Unis. Les dépenses R&D de la Chine représentent aujourd’hui 2 % de leur PIB et le pays s’est fixé comme objectif d’atteindre 2,5 % du PIB en 2020. En France, elles représentent aujourd’hui de 2,2 à 2,3 % du PIB, contre 1,5 % en Europe et 3% au Etats-Unis.

France : une politique publique d’aide à la R&D généreuse mais trop peu ciblée

Bien que le quart des activités manufacturières ait disparu entre 2002 et 2012, la France est plutôt active en termes d’aides à la recherche industrielle et a mis en place de nombreux dispositifs ces dernières années pour l’améliorer. Parmi les plus anciens dispositifs, l’étude montre que le Crédit Impôt Recherche (CIR), vital pour les entreprises dans le contexte économique actuel, n’est toutefois pas nécessairement efficace pour la R&D. Lancés plus récemment, les pôles de compétitivité ont montré qu’ils étaient assez bon pour créer de l’innovation, sans toutefois avoir des effets pour l’instant sur l’emploi, ni sur la création d’entreprises. En général, la politique d’aide à l’entrepreneuriat est généreuse en France mais peu sélective. « On aide un peu tout le monde, alors que mieux vaudrait aider beaucoup certains », remarque Dominique Guellec.

Recherche publique : la mutation doit se poursuivre

En matière d’excellence scientifique, la France est en position intermédiaire : devant l’Europe du Sud, derrière l’Europe du Nord, le Royaume-Uni et l’Allemagne ; en matière de valorisation la performance est stagnante depuis la fin des années 1990. Pour l’améliorer, les réformes engagées depuis 10 ans (ANR, AERES, LRU, PIA) pour accroître l’excellence de la recherche publique et son adéquation aux besoins de la société et de l’économie doivent être poursuivies.

Indice de performance normalisé par rapport aux valeurs médianes de l'OCDE (médiane de l'indice = 100)

 

Dans une note sur la France associée au rapport, les experts de l’OCDE pointent du doigt plusieurs caractéristiques propres au système français :

Innovation dans l’entreprise : Avec des dépenses de R&D des entreprises qui représentaient 1,48 % de son PIB en 2012, la France se situe juste au-dessus de la médiane OCDE (voir schéma au dessus), mais derrière l’Allemagne et les pays d’Europe du Nord. Pour stimuler la R&D et l’innovation, le gouvernement a maintenu le Crédit Impôt Recherche dont le total annuel des créances de 5 milliards d’euros en fait l’un des plus généreux au monde. Plusieurs mesures ont également été prises pour consolider le soutien direct, notamment en direction des 34 secteurs clés susmentionnés.

Entrepreneuriat innovant : Doper la création et la croissance des jeunes entreprises innovantes est l’un des principaux objectifs poursuivis par la France. Les mesures récemment prises à cette fin sont : la création de la Banque publique d’investissement (BPIFrance), qui finance l’innovation des start-up et des PME, l’élargissement du statut de la Jeune Entreprise Innovante, qui favorise la création d’entreprises effectuant des travaux de recherche, et la mise en place du Crédit Impôt Innovation, dont le but est d’inciter les PME indépendantes à investir davantage dans l’innovation. En 2011 a été également mis sur pied le Fonds national d’amorçage doté de 600 millions d’euros.

Transfert et commercialisation de technologies : Les établissements publics de recherche sont d’importants déposants de brevets. Pour accroître la rentabilité de la recherche publique, la loi de juillet 2013 sur les missions et l'organisation de l'enseignement supérieur et du système de recherche a inscrit le transfert de technologies au nombre des tâches qui incombent aux établissements publics de recherche. Dans le cadre du PIA, les SATT ont pour mission d’atteindre la masse critique et le niveau de professionnalisation requis pour permettre le transfert de technologies.

Pôles d’activité et « spécialisation intelligente » : Depuis 2004, la France finance les projets de R&D conduits par des entités publiques dans des domaines précis (par exemple, nanotechnologies, aérospatial) dans le cadre de sa politique des pôles de compétitivité. Suite à l’évaluation de 2012, la troisième phase de cette politique met davantage l’accent sur les étapes situées en aval (par exemple, prototypage et commercialisation d’innovations).

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le Forum on AI for Humanity met sur orbite le Partenariat mondial sur l'intelligence artificielle

Le Forum on AI for Humanity met sur orbite le Partenariat mondial sur l'intelligence artificielle

Le Global Forum on AI for Humanity, qui s'est tenu du 28 au 30 octobre à Paris, a permis à la France et au Canada de[…]

Intelligence artificielle : le Rubik's Cube en une seconde chrono

Analyse

Intelligence artificielle : le Rubik's Cube en une seconde chrono

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

Plus d'articles