Nous suivre Industrie Techno

R&D dans l’Union Européenne : sombre bilan

Industrie et Technologies
Le 3ème rapport européen sur les indicateurs en science et technologie vient d’être publié à Bruxelles. Bilan : sombre. L'UE investit insuffisamment dans la recherche. Les performances dans les technologies de pointe se d

Du côté positif : L'UE produit davantage de licenciés et de docteurs en science et technologie que les États-Unis et le Japon : 2,14 millions en 2000 pour 2,07 millions aux États-Unis et 1,1 millions au Japon.

En revanche, elle emploie moins de chercheurs : 5,4  pour 1 000 actifs, contre 8,7 aux États-Unis et 9,7 au Japon. Un grand nombre des cerveaux les plus brillants d'Europe préfère donc toujours partir pour l'Amérique du Nord en raison des meilleures possibilités d'emploi.


Industrie et compétitivité : détérioration

Peu réjouissant: l'Europe accuse une diminution du nombre de ses brevets. Mais il y a pire:  sa position sur le marché de la haute technologie se détériore.

Ainsi,  le déficit commercial dans les produits de haute technologie est passé de 9 milliards d'euros en 1995 à 48 milliards d'euros en 2000.

L'Europe accuse notamment du retard dans la révolution biotechnologique. Sa production scientifique dans ce domaine est supérieure à celle des États-Unis, mais ses entreprises ont des faiblesses sur le plan du depôt de brevets et de la commercialisation. En Europe, où les sociétés de l'UE pourraient compter sur l'avantage du terrain, les entreprises européennes représentent 27,8 % des demandes de brevet, contre 51,9 % pour les entreprises américaines.

Lueur d'espoir dans le domaine des nanotechnologies. L"Europe s'y comporte actuellement bien en termes de production scientifique et même en termes de brevetage : les Quinze et l'AELE représentent ensemble 39 % des brevets européens et mondiaux dans ce secteur, contre 45 % pour les États-Unis et le Canada.
 
Universités et centres de recherche publics : de bonnes nouvelles

Du côté universitaire, l’ Europe devance les États-Unis et le Japon en termes de production scientifique, par exemple sur le plan des publications. Il s'avère que les universités européennes sont bonnes en création de connaissance, ce qui est leur objectif de base. Elles collaborent de plus en plus avec les entreprises, ce qui est un développement positif.

Dépenses de R&D : en retard

Reste que l'UE dépense globalement beaucoup moins pour la R & D (1,94 % de son produit intérieur brut, ou PIB, en 2000) que ses principaux concurrents, à savoir les États-Unis (2,80 %) et le Japon (2,98 %). En outre, ce «déficit d'investissement» s'élargit à vive allure depuis le milieu des années 1990 : le clivage UE-USA s'est fortement accentué en termes de pouvoir d'achat, passant de 43 milliards d'euros en 1994 à 83 milliards d'euros en 2000.
 
Ce déficit d'investissement est principalement dû à la faible contribution du secteur privé, qui ne représente que 56 % du financement total de la recherche en Europe, contre plus des deux tiers aux États-Unis et au Japon.

«Ce rapport n'est pas seulement une étude, c'est un outil politique, a déclaré M. Philippe Busquin, commissaire européen à la recherche. Il permettra aux leaders européens de la recherche et de l'innovation de jauger leurs progrès. Le but est de délinéer et de mettre en lumière les secteurs où l'Europe excelle, ce qui, à son tour, attirera l'excellence.» 
 
Franck Barnu
(Source Commission européenne)

Pour en savoir plus
- Des extraits du rapport  (en anglais, format pdf) à http://www.cordis.lu/rtd2002/indicators/third_report.htm

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Rassemblant une association, des industriels et des écoles d'ingénieurs, le projet Euroglider vise à créer un[…]

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Plus d'articles