Nous suivre Industrie Techno

Qui fait quoi ?

Mirel Scherer

Sujets relatifs :

,
Qui fait quoi ?

Lancé en mai dernier, le 3DLive de Dassault Systèmes est une solution de PLM collaborative pour des applications industrielles, comme ici la construction navale.

© D.R.

Les éditeurs proposent une offre riche et stable qui, après avoir séduit les grands comptes, s'oriente vers les PME. Avec des solutions comme le PLM à la demande.

L'utilisateur qui veut se lancer dans le PLM (Product Lifecyle Management ou gestion du cycle de vie produit) n'a que l'embarras du choix. Entre les solutions proposées par les éditeurs historiques de CFAO (conception-fabrication assistées par ordinateur) qui étudient et gèrent le produit virtuel, et celles de fournisseurs d'ERP (logiciels de gestion intégrée), comme SAP, Oracle (Agile), Infor ou encore IFS, qui s'occupent du produit physique, chaque entreprise, grande ou petite, peut trouver chaussure à son pied.

À tout seigneur tout honneur, le numéro un mondial du marché, Dassault Systèmes, propose plusieurs offres qui s'intègrent avec ses autres solutions (Catia V5 pour la CFAO et la simulation, Delmia pour la définition des processus de fabrication...). « Chacune de ces solutions correspond à la taille de l'entreprise qui veut s'équiper », indique Denis Senpere, vice-président PLM de Dassault Systèmes.

Simple à installer, Enovia SmarTeam est une solution qui s'adresse aux PME. Compatible avec les systèmes CFAO existants sur le marché, elle permet une collaboration active entre les acteurs de la conception du produit, dispersés ou non sur différents sites, entre ceux de l'ingénierie reliant les départements de l'entreprise dans un environnement informationnel unique et, enfin, avec les partenaires de l'entreprise dans une organisation étendue. À la base de cette offre se trouve une plate-forme logicielle unifiée que l'utilisateur peut adapter à sa guise. Toujours pour les PME, l'éditeur propose Catia PLM Express, solution packagée combinant Catia et Enovia SmarTeam.

Entré au catalogue de l'éditeur suite à l'achat de MatrixOne en 2006, Enovia MatrixOne assure la gestion collaborative de produits pour des secteurs comme l'électronique, le textile-habillement ou les équipements médicaux.

Des perspectives beaucoup plus larges

Autre solution, Enovia PLM est destiné aux entreprises qui travaillent sur des maquettes numériques complexes : automobile, aéronautique ou construction d'équipements industriels importants comme le nucléaire. Il fournit un environnement intégré pour la conception, la revue et la simulation, accélèrant le processus de conception. L'accès à la maquette numérique en temps réel améliore la prise de décision et réduit les prototypes physiques, tandis que les fonctions de collaboration améliorent la communication et augmentent la productivité entre les équipes. À ces offres s'ajoute 3DLive, solution de gestion collaborative en ligne.

L'ambition de couvrir le champ PLM le plus vaste possible est aussi présente chez UGS devenu Siemens PLM Software après son achat par le géant allemand. L'éditeur propose dans sa famille PLM Velocity Series, qui comporte une série d'outils pour différentes tailles d'entreprises et d'industries, une offre de gestion de données collaborative - Teamcenter Express - qui s'adresse aux PME. La solution d'UGS communique évidemment avec ses systèmes de CFAO comme SolidEdge et NX, mais aussi avec Catia, AutoCAD, Autodesk Inventor, SolidWorks... L'offre de gestion de données collaborative d'UGS, Teamcenter, dispose aussi d'un environnement extrêmement puissant de simulation 3D de processus de fabrication. UGS propose aussi le logiciel d'usine numérique Tecnomatix 8.

L'achat de l'éditeur américain par Siemens place toutefois le PLM maison dans une tout autre perspective. La panoplie très riche de solutions d'automatisme et de communication industrielle du géant allemand ouvre des champs d'applications quasi infinis pour le PLM. D'ailleurs, la nouvelle mouture de Teamcenter comptant quatorze modules, annoncés par Siemens PLM Software, est conçue comme une plate-forme SOA (architecture orientée services) et offre une source unique aux informations produits et process. Cette solution permet notamment une collaboration en temps réel à l'échelle mondiale et améliore la productivité et le travail en équipe.

L'étendue de l'offre PLM est également une préoccupation constante pour PTC qui propose un portefeuille de solutions. « Nous déployons PDMLink pour automatiser la gestion d'informations produits, Project Link pour le mode collaboratif et Windchill pour la gestion des processus industriels », explique Guy Ladan, directeur technique de l'éditeur américain.

L'entreprise, qui a plus d'un atout dans son jeu, veut attirer les PME vers cette approche en leur proposant une démarche originale : le PLM à la demande. Une solution que commercialise aussi, depuis 2004, Pi3C. « Les PME ont des besoins similaires aux grandes entreprises », constate François Tribouillois, PDG de cette entreprise de cinq personnes. « Cependant, leurs compétences informatiques et les budgets d'investissement sont limités, tandis que la nécessité d'un retour sur investissement est immédiate. » La solution ? Le mode ASP (Application Service Provider ou application à la demande), autrement dit la location de logiciels, accessibles via le Net.

« Les avantages pour les PME sont légion », affirme le spécialiste. Déploiement rapide, outil opérationnel en quelques jours (deux jours pour Project Link et moins d'une dizaine de jours pour PDM Link), accès permanent en tout lieu, abonnement mensuel (incluant le logiciel, le matériel, la maintenance, l'hébergement, etc.) permettant une évolutivité instantanée sans investissement de départ important (10 000 euros/an pour Project Link, 15 000 euros par an pour PDM Link), hébergement IBM garantissant sécurité, performance et fiabilité... Alors, qui dit mieux ? La société compte déjà une quarantaine d'utilisateurs dont Noviloire (conception et fabrication de machines pour les analyses médicales), Reims Aerospace (sous-traitant aéronautique), Groupe Ruiz (conception-fabrication de machines spéciales)...

Une offre modulaire et flexible

Chez Lascom, la plate-forme Advitium de gestion du cycle projet/produit (PLM) et des processus (BPM) d'une entreprise est destinée aux applications d'ingénierie industrielle et du transport, de l'aérospatial et de la défense, de l'industrie manufacturière et de l'alimentaire-pharmacie. « Nous pensons que notre solution est en avance sur les progiciels de PLM traditionnels notamment grâce à la maîtrise de deux technologies fortes : la gestion de configuration et celle de processus », précise Jean-Louis Henriot, PDG de l'éditeur.

Le glissement de l'offre vers les PME se manifeste également chez les autres éditeurs de CAO comme Autodesk par exemple. Il a intégré dans son outil de CAO un système de gestion de données. Même chose chez Think3 qui propose une batterie de modules intégrés dans son offre Think PLM, née autour de sa solution CAO pour les PME-PMI. Un PLM modulaire et flexible qui s'installe au fur et à mesure de l'évolution des besoins. Thinkteam permet ainsi le management des données relatives au produit. Il est disponible en trois versions : Thinkteam Document Management (gestion des documents), Thinkteam PDM (gestion des nomenclatures), Thinkteam Development Tools (configuration des workflows graphiques, des règles d'accès aux documents, etc.). Pour Gildas Pouessel, responsable technique PLM de Think3 France, « il n'existe pas de solution universelle, ce qui explique l'intérêt d'une offre modulaire ».

« Attention toutefois au bon déroulement d'un projet PLM, avertit Gildas Pouessel. La réflexion doit être issue du service de développement de produits et le projet doit être surveillé par la direction générale. Laisser le bureau d'études gérer tout seul l'implanta- tion d'une solution PLM peut vite se transformer en catastrophe... »

Pour Olivier Renault, consultant PLM senior chez MDTVision (filiale d'IBM spécialisée dans l'intégration et le conseil), le PLM est un processus complexe et pas nécessairement répétitif, qui doit permettre à différents métiers de collaborer . « Des domaines d'application nouveaux apparaissent pour le PLM comme les systèmes embarqués et la mécatronique, avec des paysages de conception-fabrication-logistique de plus en plus complexes », affirme-t-il. Il constate le développement rapide de filières comme le calcul et la simulation ainsi que la forte maturation PLM de grandes entreprises. « Ces dernières sont maintenant confrontées à l'intégration et à la rationalisation de leurs solutions », souligne l'expert de MDTVision. « Le souci de la globalisation, naturel pour ces entreprises, touche également les PME qui doivent prendre en compte l'aspect collaboratif », note-t-il. D'où l'émergence rapide de plates-formes qui supportent ce type de travail. Certains sous-traitants de rang 2 ou 3 peuvent s'abonner à une telle plate-forme grâce au PLM à la demande que fournit IBM, par exemple.

Le PLM concerne d'ailleurs pleinement les PME de mécanique. L'intérêt du projet INC-PME (ingénierie numérique et collaborative pour les PME), qu'a lancé le Centre technique des industries mécaniques (Cetim) en 2006, n'est donc plus à démontrer. « Plus de 70 % de nos ressortissants, que nous avons consultés, ont mis en avant l'importance du travail collaboratif », explique Jean-Charles Delplace, responsable du projet au Cetim. Or, si 67 % d'entre eux veulent lancer un projet, seulement 3,8 % sont équipés aujourd'hui d'un tel système.

Le Cetim a ainsi mis au point un logiciel, Teamworks, avec des impératifs bien précis : « Pas d'usine à gaz difficile à installer et à utiliser, pas de modification de la façon de travailler de l'entreprise... » Cette solution de travail collaboratif sous Windows est commercialisée par le distributeur du logiciel SolidWorks, Axemble (les études ont montré que 40 % des ressortissants du Cetim utilisent ce logiciel de CAO). Les utilisateurs partagent ainsi en toute sécurité des documents, disposent d'un historique, de la traçabilité des fichiers. « Nous avons intégré, à la demande des industriels, un outil de gestion des droits sécurisé et une solution de réunion virtuelle, Netviewer », précise Jean-Charles Delplace. La solution est gratuite la première année pour les clients d'Axemble et ils doivent payer 300 euros par utilisateur la seconde année. À signaler enfin l'offre de services de Spring Technologies, QuickStart. « En moins de deux mois et pour un budget inférieur à 25 000 euros, nous aidons les PME à mettre en place une première application PDM Link de PTC, explique Gilles Battier, PDG de Spring. Nous assisterons aussi les utilisateurs d'Intralink dans leur future migration vers PDM Link. »

Les éditeurs d'ERP sont de la partie

L'offre PLM se développe aussi du côté des éditeurs de progiciels de gestion intégrée. Ils attaquent eux aussi le marché des PME et profitent de leur présence dans la gestion d'entreprise pour étendre leur terrain de chasse. C'est le cas de SAP qui profite de sa considérable base installée et de la richesse de données manipulées pour proposer SAP PLM, qui compte plus de 5 000 utilisateurs déjà. Ce dernier fait collaborer plusieurs partenaires durant le processus de développement des produits, la gestion des projets et programmes.

Cette solution e-business de l'éditeur allemand sera utile également aux entreprises qui exigent une gestion proactive de la qualité afin d'améliorer les performances des équipements et des divisions. Elle s'intègre à SAP Supply Chain Management et à SAP CRM pour favoriser l'ingénierie, la conception et l'approvisionnement collaboratifs. Des améliorations du progiciel de SAP porteront sur de nouveaux processus pour planifier les gammes de produits et la simplification de l'interface, et chercheront à affiner les rôles par catégories d'utilisateurs ainsi qu'à fournir davantage d'informations contextuelles.

Enfin, Infor propose lui aussi un outil PLM qui permet, selon ses spécialistes, d'augmenter la rentabilité de l'entreprise jusqu'à 10 %, de réduire les délais de commercialisation jusqu'à 50 %, d'améliorer les délais le lancement des nouveaux produits jusqu'à 98 %...

Quant à Oracle, qui a acheté en mai Agile, il se positionne désormais comme un acteur important du marché PLM.

On vous l'avait bien dit que dans le PLM, il n'y a que l'embarras du choix...

POUR TOUT SAVOIR SUR LE PLM

Signe des temps, l'association Micado a consacré la 8e édition de ses états généraux au PLM. Organisée pendant trois jours en octobre à l'École centrale de Nantes, la manifestation a réuni les meilleurs experts du moment qui ont fait le point sur l'état de l'art. Tendances actuelles dans la recherche universitaire consacrée au PLM, mise en place de solutions dans les PME, comment architecturer l'entreprise étendue, les secrets du travail collaboratif, le PLM à la demande, l'ingénierie numérique dans les PME... les sujets de débat n'ont pas manqué.

UNE PLATE-FORME UNIVERSITAIRE MUTUALISÉE

Des outils puissants, faciles à installer et à utiliser, sont sans doute essentiels pour le succès du PLM. Surtout dans les PME. L'avenir du concept se joue aussi, cependant, sur un autre terrain : celui de la formation. Pour y parvenir, l'École centrale de Paris (ECP) a mis au point, en collaboration avec PTC, Sun et AIP-Primeca, une plate-forme PLM mutualisée. « Nous avons choisi le logiciel Windchill de PTC sur Solaris de Sun », explique Pascal Morenton, professeur agrégé à l'ECP. De nombreux projets pilotes Un choix qui s'explique par des atouts comme le client 100 % Web, assurant un déploiement très rapide, une grande maturité de la solution, notamment autour des fonctions de gestion documentaire et de gestion de projets. Le paramétrage de la plate-forme est très étendu. Et le couple logiciel/matériel très stable peut s'administrer totalement à distance... Opérationnel depuis fin août 2006, le serveur a été utilisé dans de nombreux projets pilotes menés par les douze établissements partenaires de l'ECP. Un projet à suivre...

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0894

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies