Nous suivre Industrie Techno

Quelles machines spéciales pour les industries automobiles et aéronautiques ?

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
La stratégie d'investissement en outils de production et machines spéciales des entreprises des secteurs automobile et aéronautique était le thème du débat réunissant des représentants de PSA, Messier-Bugatti, Honey

Beaucoup de fournisseurs de machines spéciales et d'outils de production s'interrogent sur l'évolution des besoins et des cahiers de charges et sur les stratégies d'achat de leurs clients qu'ils soient constructeurs, équipementiers ou intégrateurs de lignes.

Sous l'influence du public qui veut des voitures nouvelles, toujours plus performantes et mieux équipées, la réduction de temps entre la sortie de deux modèles s'accélère. Il faut donc que les voitures soient conçues et industrialisées dans des délais de plus en plus courts. Le temps de lancement devrait passer de 36 mois à 18 mois, ce qui nécessite l'étude en parallèle des pièces, des méthodes d'assemblage et de fabrication et des machines nécessaires à leur mise en œuvre.

Les constructeurs automobiles se concentrant sur leur savoir-faire, qui est d'imaginer des voitures qui séduisent le public, tout ce qui est mécanique ou carrosserie est délégué à des équipementiers, qui eux-mêmes s'adressent à des sous-traitants.

Tout cela a une incidence sur les machines de production. Elles doivent être conçues plus vite, pratiquement en même temps que les parties de véhicules qu'elles ont à usiner ou à assembler, ce qui suppose que les fournisseurs et sous traitants soient réactifs. Les machines sont confiées à des gens qui ont des compétences techniques et qui sont capables d'apporter des solutions.

Parmi les entreprises capables de fournir des solutions figurent les compagnies ayant des compétences dans un métier donné ou fournissant des machines standard. C'est le cas de PCI-SCEMM en France et de plusieurs Allemands. Elles sont maintenant choisies pour piloter un projet et deviennent des intégrateurs de lignes qui eux -mêmes confient à d'autres des problèmes à résoudre.

Aujourd'hui le cahier des charges à l'ancienne a disparu, le Cnomo n'existe plus et plus personne ne va imposer la forme de l'armoire électrique. Mais le client donne le cahier de charges fonctionnel, ce qu'il veut obtenir, dans quel environnement, avec quel interfaçage... Les apporteurs de solutions sont les bienvenus. Si l'entreprise de MS peut fournir des solutions moins chères, faire preuve de nouveauté, d'imagination, tout en fiabilisant bien le procédé mis au point, elle est sure d'être choisie. Eventuellement, en consentant un partage des risques.

En étant présente sur le terrain, en répondant souvent de façon positive, en donnant des solutions ingénieuses, les entreprises sont plus souvent consultées, les meilleures sont même invitées à participer au cahier des charges, pour qu'il soit le plus efficace possible. Dès lors l'entreprise a beau jeu de répondre au plus près de la demande. L'un des moyens d'entrer chez les clients est de proposer de la rénovation. Une fois le client satisfait, les autres commandes sont beaucoup plus faciles à obtenir.

L'une des tendances pour les pays avancés est de privilégier des machines dites flexibles, c'est-à-dire susceptibles d'être modifiées ou réaménagées en fonction des changements de gammes. Dans les pays en développement, les constructeurs préfèrent partir directement sur des machines convenant pour plusieurs modèles. Cependant la flexibilité coûte cher et les recherches portent toujours sur des solutions à bas coûts, par exemple des éléments standard modulaires.

Honeywell Garrett, fabricant de turbos pour l'automobile, mène une politique active de recherche de fournisseurs en leur demandant de trouver des solutions innovantes susceptibles de réduire fortement les coûts. La technologie MIG-Laser (exposée dans le numéro d'octobre d'Industrie & Technologies) a retenu l'attention des responsables qui attendent des propositions de la part de fournisseurs capables de la maîtriser. La réactivité est vraiment pour eux une vertu cardinale.

L'un des moyens de progresser et d'innover, suggéré par les donneurs d'ordres aux sous-traitants, consiste à s'adosser à des écoles, des centres de recherche susceptibles, par exemple, de faire des essais ou des validations.

Enfin, la journée a été l'occasion de présenter une étude en cours de l'Amics - Association de la mécanique industrielle et des constructions spéciales - laquelle préconise à la profession française des machines spéciales d'accroître sa compétitivité et de développer des services, de se spécialiser dans certains processus et d'évoluer vers le rétrofit, de standardiser et simplifier l'usage des MS, de structurer leur société et d'ouvrir leur politique commerciale et de se concentrer par spécialités.

François-Xavier Lenoir

Pour en savoir plus
- Quelques sites de clients :
www.honeywell.com et www.egarrett.com
www.messier-bugatti.com
www.pci.fr
- Deux constructeurs de machines spéciales :
www.mondragon.com
www.prodel-tech.com
- Deux groupements professionnels :
www.mecamics.com
www.symap.com

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles