Nous suivre Industrie Techno

QUELLE INNOVATION POUR LA COMPÉTITIVITÉ ?

Faut-il privilégier l'innovation "produit" qui crée des biens et des services radicalement nouveaux, ou l'innovation de procédé qui améliore les produits et réduit les coûts ?

Dans les économies modernes, l'innovation joue un rôle clé et désormais tous les discours officiels reconnaissent la nécessité de la stimuler. Une meilleure croissance économique, une meilleure compétitivité de nos entreprises, ainsi que des créations d'emplois en sont attendues.

Mais, depuis longtemps, les économistes ont l'habitude de distinguer les deux formes que revêt l'innovation, l'innovation de produit et l'innovation de procédé. Auraient-elles toutes les deux les mêmes vertus ?

D'un côté, l'innovation de produit permet de créer des biens et des services radicalement différents, à l'image du DVD, de l'ordinateur portable, d'un nouveau médicament... mais aussi du coiffeur à domicile ou de la banque par Internet. Le succès de telles innovations apporte à l'entreprise un avantage de compétitivité durable, car le premier innovateur jouit toujours d'un quasi-monopole, certes limité a priori dans le temps car les imitateurs vont surgir. Avec une telle approche, de bonnes performances (croissance, emploi et profits) sont au rendez-vous.

D'un autre côté, l'innovation de procédé vise à améliorer les produits et à réduire les coûts. Ces innovations sont moins porteuses de développement et de profits et, à l'image de l'automatisation, ces innovations sont généralement destructrices d'emplois.

Bien sûr, les entreprises mettent en oeuvre les deux types d'innovations, soit simultanément, soit en alternance car il est aussi vital de créer un nouveau marché que d'en élargir un ancien. Mais le positionnement du curseur est capital.

Un choix stratégique

L'étude de deux importants secteurs industriels français confirme ce déterminant. L'industrie pharmaceutique a beaucoup régressé depuis des années tandis qu'elle privilégiait une stratégie d'amélioration, voire d'imitation de médicaments, alors qu'elle était à égalité avec celle des États-Unis dans les années 1960 pour le nombre de nouvelles molécules. À l'inverse, l'industrie du caoutchouc est restée l'une des premières mondiales ; il est bien connu que Michelin a introduit des nouveautés radicales - songeons au pneu à carcasse radiale - et qu'il continue à créer en permanence des "décalages technologiques" à l'aide de très nombreux chercheurs.Obsession à créer de nouveaux produits et services ou obsession à les améliorer et à réduire les coûts ? Ce choix est structurant pour la compétitivité des entreprises mais aussi des économies.

Depuis maintenant plus de vingt ans, l'économie américaine surpasse par son dynamisme l'économie européenne. Il faut y voir le résultat d'une économie américaine recherchant à faire éclore de nouveaux produits et services grâce à une puissante R&D dans les entreprises, un lien exceptionnel avec les universités et une forte culture du risque.

Au contraire, en moyenne, la France et l'Europe peinent à faire surgir de nouveaux produits ; par exemple, la position française sur le marché mondial de la haute technologie a reculé de 8 % en moyenne par an depuis une dizaine d'années. En conséquence, la moindre croissance et les moindres profits vont de pair, tandis que la seule obsession à réduire les coûts peut mener aux délocalisations, faute de stratégie alternative.

La France et l'Europe ont de nombreux atouts pour faire ce choix stratégique. De brillantes réussites d'entreprises sont là pour l'attester ; Bouygues, L'Oréal, Lafarge ou encore Dassault Systèmes, pour n'en citer que quelques-unes, sont toutes des leaders mondiaux dans des domaines ô combien différents. Mais toujours un point commun, l'obsession des nouveaux produits et services !

« IL EST AUSSI VITAL DE CRÉER UN NOUVEAU MARCHÉ QUE D'EN ÉLARGIR UN ANCIEN. »

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0871

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

MIEUX VAUT PRÉVENIR...

MIEUX VAUT PRÉVENIR...

La mobilisation générale pour tenter d'enrayer le développement de la grippe aviaire donne une assez bonne idée de l'importance que notre société[…]

DICTIONNAIRE

DICTIONNAIRE

REPENSER LE PROGRÈS

REPENSER LE PROGRÈS

1985 : il invente le robot Delta

1985 : il invente le robot Delta

Plus d'articles