Nous suivre Industrie Techno

Quatre sites d'enfouissement de CO2 à l'essai

T.M.

Sujets relatifs :

, ,
L'IFP PILOTE un vaste programme de recherche sur la séquestration du CO2.

L'Institut français du pétrole (IFP) pilote le projet européen Castor, consacré à la capture et au stockage géologique du CO2. Ce projet (2004-2008) s'inscrit dans le cadre du 6e PCRD. Doté d'un budget de 15,8 millions d'euros, il regroupe trente industriels de onze pays de la Communauté. Pierre Le Thiez (IFP) en est le coordinateur.

Castor prend le problème par les deux bouts : séparer le CO2 des fumées industrielles. Et envisager plusieurs scénarios de stockage géologique.

Étudier la réversibilité du procédé

Pierre Le Thiez explique : « Dès l'an prochain, nous disposerons du plus gros pilote mondial de capture du CO2, installé sur la centrale à charbon (380 MW) d'Esbjerg, au Danemark. Il extraira 25 tonnes de CO2 par jour. Nous avons pris le cas le plus difficile : présence de particules solides, gaz mélangé à de l'azote, qui plus est à basse pression... Notre but est d'améliorer les procédés de séparation par solvant : mono-éthylamine et autres produits à l'essai, un bilan sera fait après deux ans de fonctionnement. »

Si l'aspect transport du gaz n'est pas abordé dans Castor, en revanche l'enfouissement va être expérimenté sur pas moins de quatre sites, qui sont autant de cas d'école. Citons, un site offshore d'hydrocarbure épuisé au large de Casablanca (Espagne), un autre site en mer du Nord, de type aquifère salin, au large de la Norvège, un site terrestre à Lindbah (Autriche) et un gisement de gaz épuisé au large des Pays-Bas.

« Chaque fois, il conviendra de valider le confinement du gaz sur des périodes de l'ordre du millénaire, de valider nos modèles géologiques, de mettre en place un réseau de mesures sur le très long terme, d'analyser l'impact sur les populations - en particulier dans le cas du site terrestre autrichien, d'envisager la réversibilité du processus pour une éventuelle utilisation du gaz carbonique, en carbochimie, dans quelques siècles... Les gisements d'hydrocarbure épuisés constituent d'excellents candidats puisque ce sont des pièges naturels... », remarque Pierre Le Thiez.

Notons par ailleurs l'existence d'un projet allemand sur le même thème (CO2 Think). Et l'existence de solutions alternatives comme le stockage océanique - le CO2 se liquéfie dans des fosses abyssales - prôné par les Japonais.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0857

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

L'arrivée des premiers téléphones équipés d'Android, le système d'exploitation à base de Linux développé par le géant de l'Internet, donne une[…]

01/04/2009 | AlertesEvenement
Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Téléphoner sans parler

Téléphoner sans parler

Plus d'articles