Nous suivre Industrie Techno

Quand votre corps fait office de batterie

Ridha Loukil
Quand votre corps fait office de batterie

La chaleur du corps est une source d'énergie que les chercheurs veulent collecter pour l'alimentation de produits portables.

Les chercheurs du MIT planchent sur une technologie de collecte de l’énergie du corps pour l’alimentation des appareils électroniques portables.

Notre corps est une source inépuisable d’énergie ! Pourquoi ne pas l’exploiter pour alimenter en courant des appareils électroniques portables difficiles d’accès comme les implants et capteurs médicaux ?
L’idée, aussi saugrenue soit-elle, est sérieusement à l’étude au MIT (Massachusetts Institute of Technoloy), à Cambridge, aux Etats-Unis. A la SSCC 2010 (International Solid State Circuits Conference), la conférence de référence dans l’électronique, qui s’est tenue à San Francisco du 7 au 11 février, les chercheurs ont dévoilé les résultats de leurs travaux dans ce domaine.

Le principe repose sur l’exploitation de la différence de température entre le corps et l’air ambiant. Selon les chercheurs, une différence de un ou deux degrés suffit pour générer une quantité d’énergie de l’ordre du 100 mW, suffisante pour alimenter en courant des capteurs médicaux, supprimant ainsi pour toujours le besoin de pile.

Cette technologie pourrait également trouver application dans l’alimentation de systèmes de contrôle d’équipements inaccessibles ou isolés, en exploitant la différence de température entre une source chaude et l’air ambiant. Elle s’appliquerait ainsi à la surveillance permanente des gaz d'échappement dans les cheminées d'usines chimiques, ou au contrôle de la qualité de l'air dans les conduits de chauffage et de ventilation.

Les chercheurs du MIT sont parvenus à un démonstrateur en développant un circuit de contrôle qui assure l'adéquation entre la production d'énergie à partir d'un matériau thermo-électrique (qui génère de l’énergie électrique à partir de la différence de température entre le corps et l’air ambiant) et le système de stockage, en l’occurrence un condensateur électronique. Le système de collecte d’énergie est associé à un dissipateur thermique en métal porté sur un bras ou une jambe exposée à l'air ambiant. La prochaine étape consiste à miniaturiser le système, en simplifiant l'électronique de contrôle et en optimisant l’évacuation des calories du dissipateur thermique.
 

Consulter la communication des chercheurs du MIT sur le sujet:

http://mtlweb.mit.edu/researchgroups/icsystems/pubs/journals/2010_ramadass_jssc_jan.pdf


Ridha Loukil

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment le Syndicat des énergies renouvelables veut accélérer le développement des EnR en France

Comment le Syndicat des énergies renouvelables veut accélérer le développement des EnR en France

En attendant la révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), le Syndicat des énergies renouvelables (SER)[…]

Trois projets smart city dévoilés au QG Digital d'Engie

Trois projets smart city dévoilés au QG Digital d'Engie

Des bactéries génétiquement modifiées pour produire des hydrocarbures

Des bactéries génétiquement modifiées pour produire des hydrocarbures

Le Nobel de Chimie 2019 met à l'honneur les pionniers du lithium-ion

Le Nobel de Chimie 2019 met à l'honneur les pionniers du lithium-ion

Plus d'articles