Nous suivre Industrie Techno

C’est pas nouveau, quoique !

Quand mesurer le temps devient intemporel !

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Quand mesurer le temps devient intemporel !

Un habit de paille au bleu intersidéral pour enchâsser une merveille de mécanique, fabriquée à seulement 8 exemplaires, qui durera des siècles.

© DR

A l’heure où les objets ont une durée de vie programmée pour être de plus en plus courte, la Manufacture horlogère Jaeger-LeCoultre propose une version originale de sa pendule Atmos dont la durée de vie est estimée à 600 ans. Un anachronisme qui permet de relativiser le temps qui passe !

Il est des objets qui symbolisent un pays. La pendule Atmos de Jaeger-LeCoultre est bien l’expression de la précision suisse, à tel point que c’est même depuis 1950 le cadeau officiel de la confédération à ses hôtes de marque. Outre la précision, elle symbolise aussi la recherche du mouvement perpétuel, Graal de tout physicien, et l’intemporalité du temps qui passe.

Cette pendule est issue de l’esprit de l’ingénieur suisse Jean-Léon Reutter (1899-1971), qui consacra l’ensemble de sa vie à la recherche du mouvement perpétuel. En 1928, il présenta un prototype d’horloge dotée d’un mécanisme à très faibles frottements utilisant une source d’énergie novatrice. Celle-ci était constituée d’un tube en verre en forme de U dont une extrémité était isolée thermiquement. Ce tube contenait un mélange de mercure et d'ammoniaque. Lorsque la température ambiante changeait, la dilatation du gaz et le poids du mercure faisaient pivoter le tube qui bandait le ressort du mécanisme de la pendule.

                     

                                 L'une des premières Atmos de 1934

Le mécanisme de la pendule est aussi intéressant car vu la faiblesse de la source énergétique, il doit minimiser les frottements. Pour cela, il utilise un balancier rotatif qui exécute une seule oscillation par minute, ce qui représente soixante fois moins qu’un pendule classique battant la seconde. Ce balancier est suspendu à un fil très fin d’élinvar, alliage très peu sensible aux changements de température, inventé par le prix Nobel de physique Charles-Édouard Guillaume, dont la torsion assure aussi son rappel en bout de course. L’absence d’usure du mécanisme lui alloue une longévité qui, théoriquement, peut atteindre 600 ans.

Du tube de mercure à la capsule de gaz

Cette pendule novatrice ne rencontra pas le succès escompté par son inventeur. Mais une bonne étoile veillait et fit en sorte que Jacques-David LeCoultre, petit-fils du fondateur de la Manufacture horlogère Jaeger-LeCoultre, découvrit par hasard cette pendule dans la vitrine d’un horloger parisien. Séduit par l’innovation, il entre en contact avec l’inventeur et démarre en 1932 une collaboration visant à améliorer l’objet. Le travail essentiel porta sur la source d’énergie car le mercure est dangereux et le verre fragile.

                 
                           Le principe de la capsule hermétique
                                        qui fournit l'énergie

Les horlogers de Jaeger-LeCoultre eurent alors l’idée d’utiliser une capsule hermétique souple contenant du chlorure d’éthyle (C2H5Cl). Ce gaz se dilate sous l’effet de l’augmentation de la température ou de la baisse de la pression atmosphérique. La face mobile de la capsule entraine une chaine qui vient bander le ressort entrainant le mécanisme de la pendule. Un ressort de rappel aide au retour de la face de la capsule lorsque la température baisse ou la pression augmente. Cet ensemble assurerait une motorisation éternelle de la pendule puisqu’une variation de 1°C ou de 4 mbar suffit pour faire fonctionner la pendule pendant deux jours.


                               Une pendule au mécanisme totalement mécanique

Finalement en 1936, la Manufacture Jaeger-LeCoultre acheta les brevets de Jean-Léon Reutter et commercialisa la pendule Atmos. Depuis, les horlogers de Jaeger-LeCoultre n’ont cessé de perfectionner cette pendule en ajoutant des ‘‘complications’’ malgré la faible énergie disponible. La première fut l’indication de la phase de la lune en 1990, avec une précision telle que la dérive serait inférieure à 1 jour pour 3 821 ans de fonctionnement.

Un habit en marqueterie de paille

Cette pendule intemporelle est devenue aujourd’hui un objet-culte et de multiples déclinaisons ont été commercialisées par la Grande Maison. La dernière en date est l’Atmos Marqueterie Paille, dont l’habit, à la forme cristalline évoque celle d’une météorite tout droit venue de l’espace, est réalisé en marqueterie de paille d’un bleu profond pour rappeler la voûte céleste, tout comme le ciel du disque indiquant la phase de lune réalisé en lapis lazuli.

L’habillage du cabinet fait quant à lui appel à la marqueterie de paille, une technique née au XVIIe siècle et qui connaîtra son apogée un siècle plus tard. Elle fut remise au gout du jour par de prestigieux décorateurs Art déco, qui l’utilisèrent alors pour orner des meubles, mais aussi des murs et même, à une très grande échelle, les luxueux salons des paquebots transatlantiques comme ceux du Normandie.

La paille qui est utilisée pour l’habillage provient de Maonia, un petit atelier parisien de marqueterie d’art où des artisans la font sécher, la colore, l’ouvre et l’aplatisse avant de coller chaque morceau un à un pour recouvrir intégralement les panneaux de bois du cabinet. Son architecture sans aplat offre au maître artisan un formidable terrain d’expression, qui lui permet d’exploiter au mieux la lumière de la paille. Pour obtenir un effet de réfraction de la lumière, le positionnement de la fibre est essentiel, afin d’obtenir le rendu final souhaité. Il ne laisse aucune place à l’improvisation.

Un bel objet qui suscite l’étonnement et laisse rêveur lorsqu’on le contemple car, à l’heure de l’obsolescence programmée, il dégage un sentiment de sérénité et d’intemporalité mêlées.

Et ça c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.jaeger-lecoultre.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le constructeur automobile Volkswagen et l'éditeur de logiciel de CAO Autodesk ont travaillé ensemble pour moderniser le design du[…]

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Plus d'articles