Nous suivre Industrie Techno

Quand le smartphone joue les psys

CLAIRE LECOEUVRE

Sujets relatifs :

, ,
Quand le smartphone joue les psys

Faire de votre confident électronique une arme contre la déprime

Une application sur smartphone pourrait aider, comme un psychologue, à définir ses ressentis et favoriser les émotions positives. Catch It a été testé par des chercheurs de Liverpool et Manchester pour lutter contre l'anxiété et la dépression.

Il est déjà un compagnon quotidien, et joue les assistants personnels. Votre téléphone pourrait désormais se transformer en psychologue. C'est en tous cas ce qu'imaginent des chercheurs de l’Université de Liverpool et Manchester. Ils ont mis au point l’application Catch it, destinée à améliorer le bien-être et la santé mentale et à faire reculer la dépression.

L’application reprend les bases de la thérapie cognitivo-comportementale, une thérapie courte qui vise à déplacer les pensées négatives vers des positives, en recadrant son sentiment pour qu’il se rapproche plus de la réalité. Elle passe par trois étapes : « catch it, check it, change it » qui pourrait se traduire par « le définir, le vérifier et le changer ». Il s’agit en premier lieu d’exprimer son ressenti lors d’une émotion particulière, ou d’un changement d’humeur, puis de noter l’intensité de son humeur de 1 à 5. Parmi les choix prévus se trouvent la colère, la tristesse, la joie, l’anxiété, la relaxation, la confusion. Il faut ensuite détailler ce qui s’est passé et sa pensée à ce moment-là. Enfin, l’application propose de prendre un moment pour réfléchir et incite à voir son sentiment d’une autre manière, puis à noter ce qui a changé. Finalement, il faut choisir si l’intensité de l’humeur a changé en la notant à nouveau de 1 à 5.

 

 

Les applications liées à la santé ne manquent pas, 14 000 ont été dénombrées dont 6 % sur la santé mentale. Selon ses concepteurs, une application comme Catch It, utilisée par le grand public, pourrait aider bien des personnes à caractériser leurs ressentis, découvrir de nouvelles perspectives quant à leurs problèmes et à favoriser leurs moments positifs. L’application faciliterait le mécanisme consistant à parler de son problème pour élargir volontairement ses perspectives. Si l'on peut douter qu'une application remplace une thérapie au long terme, celle-ci a obtenu l'agrément du Comité éthique pour la recherche de l'Université de Liverpool en juin 2014 pour les principes de bases de la thérapie cognitivo-comportementale, thérapie courte destinée surtout aux troubles anxieux.

L’application a jusque-là été testée sur 285 personnes. Les chercheurs indiquent une diminution significative de l’intensité des ressentis négatifs. Cependant le panel d'échantillonage provient uniquement de personnes ayant assisté à un cours en ligne sur la psychologie et à la santé mentale, ce qui donne un échantillon peu représentatif de la population générale, puisqu'il s'agit en l'occurence en majorité de femmes mariées de niveau universitaire, et un intérêt marqué pour les questions liées à la psychologie. Les chercheurs estiment donc que d’autres études plus approfondies doivent être menées pour comprendre la différence entre l’identification de ses problèmes grâce à l’application et le bien-être apporté par une thérapie. D’après l’équipe de chercheurs, une telle application pourrait être intégrée dans les plans de santé et servir comme soin de base pour des problèmes d’anxiété et de déprime.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

A l'occasion de la seconde édition du rendez-vous Summer School : Microfluidic for health, organisé du 26 au 30 août, par[…]

29/08/2019 | RechercheMédical
"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

L’IA française se dope au  calcul intensif

L’IA française se dope au calcul intensif

Plus d'articles