Nous suivre Industrie Techno

Quand le modélisme se met à l'heure du PLM

Industrie et  Technologies
Petite récréation cette semaine. J'ai été faire un tour au Salon de la Maquette et j'y ai vu de nombreux détournements de technologies industrielles.


Je pratique depuis longtemps le modélisme et cela a toujours été pour moi une école de débrouillardise où la réalisation à la main de multiples pièces et la combinaison d'éléments d'objets familiers permet de restituer aussi fidèlement que possible des composants se trouvant sur des maquettes de bateaux, de train ou de voitures. Les seuls éléments de haute technologie se trouvant dans les radiocommandes servant à les diriger.

Ce temps est bien révolu. Depuis quelques années déjà certaines maquettes d'avions sont propulsées par de véritables réacteurs. Les locomotives intègrent des micro caméras dotées d'émetteurs qui vous permettent de conduire votre train confortablement installé devant un écran. Les hélicoptères embarquent de véritables caméras que l'on peut asservir sur une cible mouvante. Les voiliers sont dotés de pilotes automatiques qui n'ont rien a envier à ceux équipant les voiliers de course au large. Et les matériaux composites sont omniprésents, plébiscités pour leur légèreté et leur résistance aux chocs.

Il faut dire que la technologie s'est miniaturisée et que les prix ont chutés dans de telles proportions qu'elle devient accessible au plus grand nombre. Et cela ne touche pas que les modèles réduits eux-mêmes mais aussi tous les moyens de production mis à la disposition des amateurs. Les logiciels de CAO d'entrée de gamme sont légions. On trouve aussi de multiples logiciels de FAO, ainsi que de très nombreuses micro-machines outils à commande numérique, presque abordables (1 000 euros pour la fraiseuse et 3 000 euros pour le tour). Le temps de la récupération et de l'adaptation est bien fini. On conçoit maintenant ses pièces en CAO et on les usine avec une très grande précision sur des MOCN. A quand la chaîne de production robotisée ?

Peut-être dans pas très longtemps si l'on en juge par ce qui était présenté sur l'espace robotique du salon. On y retrouvait de multiples manipulateurs dotés de caméras et de capteurs, capables de trier ou de déplacer des objets, voir de jouer aux échecs. Des robots marcheurs s'affrontaient dans de terribles duels en parant et esquivant les coups. Des androïdes se déplaçaient de façon presque naturelle au détour de certaines allées. Mais le plus surprenant était peut-être l'armée d'androïdes présentée sur le stand du japonais Hitec.



 

Le Robonova-1 veut être un outil didactique d'initiation à la robotique. Sa structure intègre 16 servomécanismes d'un modèle similaire à ceux actionnant les gouvernes des avions modèles réduits, mais doté en plus d'un retour d'information en terme de position et d'efforts. Ces "muscles" lui confèrent une grande souplesse et une grande rapidité autorisant les mouvements les plus spectaculaires. Son "intelligence" réside ans un processeur embarqué Atmel. Il suffit de lui "apprendre" un mouvement en bougeant manuellement ses articulations pour qu'il le mémorise et puisse le répéter à la demande. C'est le Catch & Play.

Mais vous pouvez aussi le programmer graphiquement à l'aide des logiciels Robo-Script et Robo-Remocon installés sur un PC. Vous définissez les positions de départ et d'arrivée d'un mouvement et le logiciel calcul toutes les étapes intermédiaires. Des curseurs correspondant à la position de chaque articulation vous permettent aussi de programmer, de modifier ou de synchroniser les mouvements. Vous pouvez ainsi enchaîner plusieurs dizaines de minutes de fonctionnement. La transmission des instructions entre le PC et le robot se faisant par une liaison Bluetooth.

Robonova-1 peut marcher, danser, faire la roue ou la roulade et toujours retrouver son équilibre. Si, emporté par son élan, il tombe, il sait se remettre debout et reprendre l'exercice. Doté de capteurs supplémentaires, il communique et tient compte des mouvements de ses congénères voisins pour se positionner et synchroniser ses figures. Je vous conseille d'aller voir la vidéo de la démonstration des 6 robots danseurs sur le site du constructeur. Enfin, il est livré avec un environnement de développement intégrant éditeur et compilateur pour les passionnés de programmation. Et le tout est proposé à moins de 1 000 euros.

Mais j'y pense soudain, si je m'équipe avec un tel robot que je le place devant des micro machines outils à commande numérique et que je lui apprends les bases de la CFAO, je dois carrément pourvoir lui sous-traiter une partie de mes loisirs. Quel gain de temps ! Au fond PLM, cela voudra peut-être aussi dire un jour Productivité des Loisirs du Modéliste !

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.hitecrobotics.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 24 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.




Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Grâce à l'impression 3D et au design génératif, DWS lance ses mini-voiliers dans la course à l'allègement

Grâce à l'impression 3D et au design génératif, DWS lance ses mini-voiliers dans la course à l'allègement

Design génératif, batteries sodium, 5G… les meilleures innovations de la semaine

Design génératif, batteries sodium, 5G… les meilleures innovations de la semaine

Les cinq meilleures applications industrielles du design génératif montrées à l’Autodesk University

Les cinq meilleures applications industrielles du design génératif montrées à l’Autodesk University

Plus d'articles