Nous suivre Industrie Techno

Quand la scène plonge dans les identités numériques

Baptiste Cessieux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Quand la scène plonge dans les identités numériques

Orah de Mortcie réalise une pièce sur nos relations à nos identités numériques. Combien de temps tenons-nous sans jeter un œil à nos téléphone lors d'une conversation?

© la compagnie des Bandits de Grand-Moulin

N'avez-vous pas, parfois, l'impression que votre vie numérique et vous-même entretenez des rythmes totalement différents? Une pièce de théâtre se joue justement à la Manufacture des Abesses et explore ce décalage qui ne cesse de s'accentuer. Le prochain train se rit de nos discours centrés sur des innovations pas toujours très précises et pointe le fossé qui se creuse entre ceux qui jonglent instinctivement entre les multiples outils numériques et ceux qui, sans envie ni amertume, regarde passer ce train fait de 0 et de 1.

Facebook, LinkedIn, Viadeo, Twitter et autre Tinder… Notre époque façonne des individus aux personnalités multiples, à deux doigts de schizophrénie numérique. Quitte à quitter le monde réel pour préférer nos identités virtuelles, lissées de tout défaut et bien plus agréables à regarder. Le prochain train, une pièce réalisée par Orah de Mortcie, pousse cette constatation dans ses retranchements en nous faisant parfois rire mais surtout en nous mettant face à notre rapport à ces doubles virtuels qui supplantent peu à peu nos identités réelles. Les deux personnages, Vincent et Karine, jouent sur scène leur vie pendant que leurs identités virtuelles multiplient les conquêtes, les exploits, et les amitiés liées avec des gens qu’ils ne rencontreront jamais.

Vincent, bourreau du travail ne comptant pas ses heures, ne voit pas sa vie en dehors du bureau. Mais il veut rassurer ses proches et embauche un coach de vie numérique : Karine. Digital native au service de multiple identités, elle entreprend de lui créer une vie agréable à regarder. Un portrait déformé déclinable à l’envie en fonction du site utilisé. Deux identités, l’une pour le travail, l’autre pour la vraie vie. « Le profil LinkedIn que je vous ai créé, c’est un petit bijou, déclare Karine, jouée par Elsa de Belilovsky. Je vous lis l'accroche : Vincent, ingénieur, 40 ans, le dynamisme serein, la maîtrise de l'innovation, une volonté de fer au service d'un professionnalisme d'acier ». Cela n’a aucun sens ? Qu’importe, seule la façade virtuelle est encore importante.

« Et qu'est-ce qui va arriver aux bons vieux humains? Une espèce en voie de disparition ? »

Nous vivons une époque formidable. Homme, technologie et information s’entremêlent avec une telle aisance qu’il est devenu difficile de tenir une conversation sans jeter un œil à nos appendices téléphoniques toutes les cinq minutes. En deux heures de représentation, c’est à peine si les acteurs daignent lever les yeux de leurs ordinateurs, smartphones et autres Google Glass. Une belle représentation de l’évolution de notre monde. Vincent (Bruno Hausler), ingénieur informaticien reclus, dont le double escalade les immeubles de Paris via Photoshop, présente même ce qu’il pense être la suite : la théorie de la singularité. « Nous sommes à l’aube d’une évolution. L’explosion du volume d’information et la croissance de la technologie capable de nous lier à cette information atteindront bientôt un seuil critique. Ils seront si intimement liés qu’on ne pourra plus les discerner de l’être humain. Cette singularité fondamentale dans l’histoire de l’évolution de notre espèce marquera un point au-delà duquel nous ne pourrons plus revenir à l’activité humaine telle que nous la connaissons ». Et tant pis pour ceux qui laisseront passer le train de l’évolution ?

"Le prochain train"
Un conte sur nos liens à l’ère du numérique par la Compagnie des Bandits du Grand-Moulin.
À 19 h, du mercredi au samedi, jusqu’au 28 novembre 2015 à la Manufacture des Abesses.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Big Data Paris : optimisation sous contrainte et machine learning, les clés de Fashion Data pour rendre la mode « éco-rentable »

Big Data Paris : optimisation sous contrainte et machine learning, les clés de Fashion Data pour rendre la mode « éco-rentable »

La jeune pousse Fashion Data, fondée en 2019, a remporté les Trophées de l’innovation dans la catégorie start-up,[…]

« L’automatisation et l'IoT au service de la production sont plus que jamais stratégiques », soutient Paola Jesson, co-fondatrice du SIDO

« L’automatisation et l'IoT au service de la production sont plus que jamais stratégiques », soutient Paola Jesson, co-fondatrice du SIDO

Neuralink : « Le travail accompli est remarquable mais il manque des détails techniques clés », juge Guillaume Charvet (Clinatec)

Neuralink : « Le travail accompli est remarquable mais il manque des détails techniques clés », juge Guillaume Charvet (Clinatec)

Crypto 2020 : le post-quantique au cœur de l’événement cryptographique de l’année

Crypto 2020 : le post-quantique au cœur de l’événement cryptographique de l’année

Plus d'articles