Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

PTC met l’accent sur ‘‘le PLM durable’’

Jean-François Preveraud
PTC met l’accent sur ‘‘le PLM durable’’

Affichage des statuts de conformité générés par InSight Environmental Compliance dans Windchill PDMLink.

© DR

Quelques semaines après l’acquisition de Planet Metrics, j’ai rencontré les dirigeants de PTC afin de faire le point sur leur offre logicielle et méthodologique dans le domaine du développement de produits plus respectueux de l’environnement.

« Suite aux différentes acquisitions que nous avons effectuées sur les 24 derniers mois, la dernière en date étant celle de Planet Metrics, nous avons certainement l’offre la plus complète du marché en termes d’outils logiciels de conception pour faciliter le développement durable », clame d’entrée de jeu Marc Diouane, vice-président de PTC, en charge de l’Europe et de l’Asie.

« Nous récupérons maintenant avec notre offre PLM Windchill, les fruits de 10 années de travail notamment dans le domaine de l’intégration. On ne peut pas venir sur le marché du PLM et se décréter instantanément leader avec une offre cohérente et performante parce que l’on injecte d’un coup des millions de dollars de R&D ». C’est d’ailleurs cette architecture intégrée et la complétude de l’offre applicative de PTC qui ont fait la différence dans les benchmarks menés récemment par EADS, Nokia, Cummins Engines, Ikea et quelques autres.

« Les clients reviennent aujourd’hui de la customisation et du développement de solutions propriétaires. Ils veulent des solutions du marché pour réduire les coûts de développement et pouvoir se concentrer sur leur métier propre. C’est ce qui fait la différence aujourd’hui. C’est pourquoi nous avons, par exemple, complètement réécrit certains des éléments entrant dans notre offre de gestion de conformité environnementale InSight, de manière à ce qu’ils soient le mieux intégré possible ».

Les bénéfices de l’intégration

Cette intégration est aussi saluée par les analystes tel Aberdeen Group qui estime que PTC a une avance de 3 à 5 ans sur Dassault Systèmes et de 2 à 3 ans sur Siemens PLM Software, au niveau de la maturité de sa solution PLM. « Cela se traduit dans le nombre des utilisateurs de notre plate-forme Windchill. Ils étaient 610 000 en 2009, ils devraient dépasser les 730 000 cette année et le million l’année prochaine. Et contrairement à nos concurrents, il ne s’agit pas de la juxtaposition de bases installées de logiciels hétérogènes et incompatibles, mais d’utilisateurs d’une plate-forme unifiée unique », lance malicieusement Marc Diouane. « 2010 va marquer le point d’inflexion où la partie PLM va prendre le dessus sur la partie CAO dans nos revenus. Nous avons réalisé 373 M$ autour de Windchill en 2009 et nous avons un objectif de plus de 400 M$ pour 2010 ».

« Ces chiffres sont aussi à mettre en perspectives avec ceux de nos concurrents. Nous sommes pratiquement 50/50 % entre CAO et PLM, alors que le plus gros de nos concurrents est encore dans une répartition 15/85 %, ce qui nous place en bonne position quand on sait que le marché du PLM croit de 30 % par an alors que celui de la CAO est au mieux stagnant », précise Neils Moses, VP of Finances de PTC.

Celui-ci est d’ailleurs très optimiste sur la stratégie mise en place, car il pense que PTC devrait atteindre un chiffre d’affaires de 1,6 milliards de dollars en 2014, soit une croissance moyenne annuelle de 13 %, après avoir réalisé un chiffre d’affaires de 938 M$ en 2009 et avoir un objectif de croissance de 5 % pour 2010. Une croissance qui dans les 5 ans à venir devrait surtout se faire sur les grands comptes.

Notons que la tendance actuelle à la délocalisation d’une partie des activités de développement dans les pays à bas coût de main d’œuvre favorisera effectivement les ventes de licences d’outils de travail collaboratifs dans les pays occidentaux. « Mais pas uniquement », s’insurge Marc Diouane. « Je constate que nos clients industriels ont une bien meilleure compréhension de ce qu’ils peuvent attendre de la délocalisation, notamment vis-à-vis de la protection de leur propriété intellectuelle. Certains même ont rapatrié une partie de leurs développements en occident. Ils ne délocalisent que ce qui peut les aider à être plus compétitifs en terme de coût ».

Une croissance qui sera aussi verte

Bernard Mahé, responsable des solutions de conformité environnementale au niveau européen, est ensuite entré plus dans le détail de l’offre ‘‘verte’’ de PTC. « Tous les grands groupes industriels ont aujourd’hui annoncé une stratégie de développement de produits ‘‘plus verts’’ pour répondre aux demandes de leurs clients et faire face à la montée des réglementations en la matière. Cela se décline autour de 4 grands axes : la gestion des substances ‘‘dites dangereuses’’ ; la recyclabilité ; l’empreinte carbone et la consommation énergétique ; l’efficacité des matériaux choisis. Pour répondre à cette demande nous sommes entrain de mettre en place depuis environ un an une solution : InSight Environmental Compliance, qui dans un premier temps à couvert les deux premiers aspects de la demande que je viens de décrire. Cela s’est fait grâce à l’acquisition fin 2008, de la société Synapsis Technology et de son logiciel InSight, qui permet aux industriels de gérer la conformité aux normes environnementales REACH, RoHS, WEE, etc. ». Une technologie issue des demandes de Motorola, qui a souhaité depuis la fin des années 90 gérer les matières dangereuses dans ses téléphones portables.

Pour couvrir les deux autres axes, PTC a fait l’acquisition en début de cette année de la technologie développée par Planet Metrics, spécialiste de l’analyse de l’impact environnemental. Cette technologie permet aux industriels de modéliser les nomenclatures produits et processus, d’analyser et d’optimiser leurs émissions de carbone et leur consommation énergétique tout au long de la chaîne de développement, depuis les prémices de la conception jusqu’à la fin de vie du produit. « Notons que la base de données renseigne aussi les prix des matières et de l’énergie, ainsi que les risques liés au climat en tenant compte de l’évolution du prix de la tonne de CO2, ce qui permet d’évaluer le prix d’un produit ».

Faire les bons choix

Ce logiciel permet aussi d’évaluer en bureau d’études, dès la phase amont de conception, différentes alternatives en termes de choix de matériaux et de process d’obtention. Jusqu’à maintenant de tels ‘‘bilans carbone’’ étaient réalisés à posteriori par des équipes de spécialistes totalement déconnectés des équipes de conception.

Le logiciel Planet Metrics inclut une base de données, complète et normalisée, de profils environnementaux. Ce logiciel associe des outils d’analyse à un affichage intuitif de type ‘‘carte thermique’’, facilitant l’identification des ‘‘points chauds’’ à fort impact, au niveau des matériaux, du conditionnement, de la chaîne d’approvisionnement, du transport et de l'élimination des déchets. Outre le bureau d’études, cette information est aussi disponible de manière facilement accessible pour tous les autres services de l’entreprise (achat, développement durable…).

« Tous ces produits sont accessibles directement à travers la plate-forme InSight en connexion avec Windchill pour récupérer les informations liées à la nomenclature de conception du produit. Ils seront d’ici la fin de l’année directement intégrés dans InSight avec d’autres modules gérant notamment la fiabilité des produits par rapport à des règles et qui devraient être annoncés dans les semaines à venir », conclut Bernard Mahé.

PTC voit donc l’avenir en … vert !

A la semaine prochaine

Pour en savoir plus : http://www.ptc.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l’Usine Nouvelle, suit depuis plus de 28 ans l’informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il a été à l’origine de la lettre bimensuelle Systèmes d’Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles