Nous suivre Industrie Techno

PTC au meilleur de sa forme

Industrie et  Technologies
Les dirigeants de PTC ont fait étape à Paris pour rencontrer leurs clients francophones. L'occasion de faire le point sur l'année fiscale qui vient de se clore et d'évoquer le futur. L'occasion aussi de faire le point sur la concurrence et sur le client A


C'est un Richard Harrison rayonnant qui a ouvert la séance plénière du PTC World qui s'est tenu voici quelques jours à DysneyLand Paris. Il faut dire que le President & CEO de l'éditeur de Needham a matière à se réjouir. Sa société a en effet réalisé un chiffre d'affaires de 854,9 millions de dollars, pour son année fiscale 2006 qui se terminait fin septembre, en hausse de 19 % par rapport à l'année précédente. Une croissance organique forte, aidée, il est vrai, par les acquisitions d'Arbortext et de Mathsoft.

« Contrairement à ce que proposent nos concurrents, nous n'offrons pas un système de développement de produits "intégré", mais un système "intégral". Une différence fondamentale. Plutôt que de travailler avec des outils hétéroclites, communiquant tant bien que mal via des passerelles, nous avons choisi, il y a quelques années déjà, de redévelopper notre offre Pro/Engineer Wildfire et Windchill autour d'un modèle de données unifié, puis d'étoffer cette offre par l'acquisition de technologies dans les domaines de la documentation technique (Arbortext et récemment Itedo Software), du calcul scientifique (Mathsoft), de la fabrication (Polypan Technologies), ou de la communication avec les systèmes de CAO-Electronique (Ohio Design Automation). De plus nous attachons une importance toute particulière à la qualité de développement de nos logiciels, avec l'emploi des procédures CMMI, ce qui nous permet d'augmenter année après année le taux de satisfaction de nos clients ».

Une stratégie qui commence à porter ses fruits si l'on en juge par la loyauté de la base installée et l'entrée dans quelques grands comptes tenus par des concurrents. Cela permet à Richard Harrison d'afficher un bon bilan. Outre la forte progression du chiffre d'affaires, la marge opérationnelle est en croissance, passant de 14,3 à 15,5 %, la société n'a pas de dettes et dispose de 183 millions de dollars en cash après ses dernières acquisitions. « Ces chiffres me permettent d'afficher un objectif de chiffre d'affaires dépassant le milliard de dollars pour notre année fiscale 2008 avec une marge opérationnelle de 20 % ».

Quelques points forts des acquisitions

Jim Heppelmann, le directeur technique de PTC, est ensuite venu détailler aux nombreux utilisateurs présents l'intérêt des différentes offres récemment acquises. Ainsi j'airetenu : « Arbortext vous permet de créer rapidement des documents structurés se mettant automatiquement à jour. Arbortext est à Word, ce que la 3D est à la 2D en CAO ». « Mathcad est l'Excel des ingénieurs, qui permet d'exprimer et de capturer des savoir-faire en vue de piloter Pro/Engineer ». « IsoDraw d'Itedo viendra renforcer notre offre illustration technique Pro/Illustrate dès la prochaine version de nos produits, qui arrivera en mars prochain ». Et de détailler aussi les offres historiques de la maison : « Cadds 5 continuera à évoluer. La version 15 accompagnée d'Optegra V15 arrivera ainsi au cours du dernier trimestre 2007. Les principales évolutions porteront sur la détection de collisions, ainsi que le routage des harnais et des tuyauteries ». Enfin, il a donné quelques chiffres sur les bases installées de Pro/Engineer et Windchill. « 24 246 clients, sur plus de 40 000, utilisent moins de 3 licences de Pro/Engineer, alors que nos 20 plus grands comptes ont en moyenne 2 800 licences ». « Toyota est notre plus gros client Windchill. 28 % de notre base installée sont déjà passés de la version 3 à la version 8 et 60 % prévoient de le faire rapidement ».

Des visions et des chiffres alléchants, mais nous sommes un peu restés sur notre faim car les deux dirigeants se sont éclipsés tout de suite après leur présentation pour rejoindre l'étape germanique de leur tour d'Europe. J'ai par contre pu rencontrer en aparté Paul Cunningham, Executive VP en charge des ventes, et Marc Diouane, responsable des activités européennes.

Des précisions sur les chiffres

Paul Cunningham a ainsi donné plus de détails sur les chiffres. « La plus grosse part de nos revenus (42 %) provient de l'Amérique du Nord. C'est elle qui connaît la plus forte croissance (+35 %). Mais l'Europe (34 % du CA) connaît aussi une belle progression (+13 %). Par contre l'Asie reste un peu en retrait (24 % du CA) avec une croissance plus faible (+6 %). La part des ventes directes reste prépondérante (80 %) mais connaît une progression plus faible (+17 %) que celles faites à travers notre réseau de partenaires (+24 %). Ce sont les ventes de systèmes d'entreprise qui connaissent la plus forte croissance (+35 %) même si elles ne représentent qu'un tiers de notre activité. Enfin, nos ventes de services (26 % du CA) connaissent une progression de 31 %, celles des licences (31 % du CA) de 26 % et celles de la maintenance (43 % du CA) de 8 %. Ces chiffres montrent que nos clients ont bien compris et adoptent notre approche "intégrale" de Product Development System ».

Concernant la politique d'acquisitions de l'entreprise, Paul Cunningham nous a confirmé qu'elle allait se poursuivre notamment dans des domaines tels que la gestion de spécifications ou la gestion de portfolios. « Mais elles peuvent aussi concerner des marchés nouveaux pour nous comme par exemple celle que nous avons faite d'Aptavis Technologies l'an dernier dans le domaine du textile. C'est un secteur très intéressant pour nous. Juste un chiffre, 500 000 nouveaux produits y sont présentés chaque année. C'est dire le besoin d'outils de PLM efficaces ».

Concernant les PME, Paul Cunningham estime qu'elles sont prêtes pour une approche ASP et qu'elles expriment une réelle demande pour une version "lite" de Windchill. Mais il se refuse à en dire plus. « Ce qui est certain, c'est que la politique actuelle d'outsourcing de nombreux travaux vers des partenaires extérieurs à l'entreprise fait le lit du PLM. Car il faut impérativement organiser les processus d'échange d'informations afin de bien les contrôler ».

Concernant la concurrence: « La reprise de MatrixOne par Dassault Systèmes a eu un effet bénéfique sur nos ventes de Windchill. En effet, beaucoup de clients de MatrixOne utilisaient de multiples outils de CAO. Les premières discussions qu'ils ont eues avec Dassault Systèmes depuis le rachat leur ont fait comprendre qu'ils allaient subir une forte pression pour unifier leur parc autour de Catia V5. Du coup, ils se retournent vers Windchill qui a fait ses preuves dans la gestion de configurations "multiCad". De plus, les difficultés d'Agile Software nous apportent aussi de nombreux comptes dans le domaine de l'électronique ».

Un point sur Airbus

Marc Diouane a quant à lui tenu à faire une mise au point sur l'utilisation des logiciels de PTC chez Airbus. « Airbus utilise depuis plus de 10 ans les solutions PTC pour la maquette numérique, et plus spécifiquement Cadds 5 pour la CAO mécanique et Division Mock-Up pour la visualisation et la maquette numérique. Ces solutions ont été principalement déployées sur les programmes A340 et A380 en France et en Angleterre. Airbus utilise aussi les solutions Catia V4 et V5 de Dassault Systèmes, en Allemagne, pour l'aménagement de la cabine et le câblage ainsi qu'en France pour le mât réacteur de l'A380, ainsi que pour la conception des A400M et A350 ».

« La visualisation de la maquette générée par les outils CAO est confiée aux solutions PTC, Division Mock-Up et ProductView, qui sont les seules à permettre la visualisation de l'avion complet pour effectuer des revues de maquette en configuration. Pour l'ensemble des programmes, l'usine numérique est partagée entre différents outils de simulation qui sont gérées par la solution Windchill en tant que plate-forme unique de gestion du cycle de vie des produits ».

« Le PDM d'entreprise est confié à Windchill (Windchill PDMLink et Windchill ProjectLink). Il couvre la gestion des configurations avion et des processus d'entreprise comme la certification, la conception, la fabrication. Windchill est au cÅ“ur du processus de développement, le référentiel central de l'entreprise et la source d'alimentation de l'ERP (SAP). Windchill est également le point d'entrée pour l'entreprise étendue pour la collaboration avec les sous-traitants, ainsi que les compagnies aériennes. Windchill a été déployé sur l'A380 comme système fédérateur des systèmes existants, basés sur mainframe. Pour les programmes A400M et A350, Windchill est le seul système utilisé ».

« Enfin, Airbus utilise également Arbortext pour la publication de sa documentation technique avion, utilisant le format XML, et fait confiance aux solutions de calcul scientifique et technique, Mathcad pour le pilotage de la conception en amont de la CAO ».

En résumé, Airbus utilise environ :
  • 3 600 postes Cadds et Optegra ;
  • 20 000 postes Windchill PDMLink et ProjectLink ;
  • 3 000 postes Division Mock-Up et ProductView ;
  • 500 postes Arbortext ;
  • Plus de 500 postes Mathcad.
Pas si mal pour un compte que la concurrence de Suresnes estime lui être acquis.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.ptc.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 25 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le constructeur automobile Volkswagen et l'éditeur de logiciel de CAO Autodesk ont travaillé ensemble pour moderniser le design du[…]

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Plus d'articles