Nous suivre Industrie Techno

PSA réserve ses hybrides au haut-de-gamme

Thibaut De Jaegher

Sujets relatifs :

,
PSA réserve ses hybrides au haut-de-gamme

© DR

Le constructeur français, PSA Peugeot-Citroën, va commercialiser l'année prochaine sa première voiture hybride. S'il espère à terme réussir à développer un moteur mixant diesel et électricité à un prix abordable, il réserve pour l'heure sa solution d'hybride diesel à ses voitures haut-de-gamme. Entretien exclusif avec Guillaume Faury, le directeur industriel et technique de PSA, pour comprendre les impacts de cette nouvelle technologie dans les bureaux d'études et les achats.

PSA est parti tardivement dans la course aux voitures hybrides et zéro émission. Comment pensez-vous pouvoir refaire votre handicap ?

Nous sommes prudents. Nous ne voulons pas mettre tous nos œufs dans le même panier. Nous ne pensons pas notamment qu'une seule technologie permettra de répondre à l'ensemble des attentes des automobilistes. Nous développons donc des voitures à faible émission de CO2 en explorant toutes les pistes technologiques. Nous sortirons une voiture électrique dès l'année prochaine avec la Peugeot Ion. Nous proposerons également notre technologie hybride diesel appelée Hybrid4 avant la fin 2010 sur notre cross-over Peugeot 3008.
 
Pourra-t-on voir ce type de moteurs sur tous les modèles de la gamme Peugeot et Citroën ?
Pour l'instant, les volumes sont faibles et les coûts sont donc élevés. Hybrid4 est donc plutôt une technologie haut-de-gamme. Notre objectif est évidemment de proposer à terme une solution à un prix abordable. Mais le coût de la technologie ne permettra pas de descendre en termes de segments. Nous resterons a minima sur des berlines du type C5 ou Peugeot 408.
 
Nous ne verrons donc pas d'hybride pour tous ?
Il est encore trop tôt pour le dire. Nous travaillons sur une solution à plus large diffusion ayant une équation économique correcte. Nous sommes en pleine phase de consultations des fournisseurs pour élaborer les grandes lignes de ce projet.
 
 
L'arrivée de ces technologies bouleversent-elles les profils de vos ingénieurs en bureau d'études ?
Il est clair que nous sommes à la recherche de nouveaux profils. En 2009, nous recrutons quelques ingénieurs et nous nous concentrons sur des profils d'ingénieurs en électricité et électronique. Les compétences-clés pour nous tournent aujourd'hui autour de la maîtrise de la batterie, de l'électronique de puissance et surtout de la gestion de l'énergie. Cette dernière problématique est devenue une question majeure pour nos bureaux d'études.
 
Est-ce que cela modifie aussi votre manière d'acheter?
Évidemment. Nos cahiers des charges prêtent de plus en plus attention au poids et à la consommation énergétique des équipements embarqués. Cela peut modifier au passage le paysage des fournisseurs de référence de PSA.
 
Propos recueillis par Thibaut De Jaegher

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

A Lyon, la navette autonome de Navya circule sur route ouverte

A Lyon, la navette autonome de Navya circule sur route ouverte

Depuis le début du mois de mars, une navette autonome effectue un parcours de 2,4 km entre la gare ZI Meyzieu et la zone d'activité[…]

Toyota et le MIT prédisent la durée de vie des batteries

Toyota et le MIT prédisent la durée de vie des batteries

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

L'âge d'or du Lidar

L'âge d'or du Lidar

Plus d'articles