Nous suivre Industrie Techno

Protection civile pour navire militaire

Youssef Belgnaoui

Sujets relatifs :

,
- Avec son système d'extinction par brouillard d'eau, le Tonnerre respecte les normes civiles de protection incendie.

Tonnerre. C'est le nom du navire militaire qui, comme son frère jumeau Mistral, répond pour la première fois aux normes de sécurité incendie de la navigation civile. Ce bâtiment de projection et de commandement, dont Alstom Marine achève la construction de la partie avant sur les chantiers de Saint-Nazaire, pourra être affecté à des missions militaires ou humanitaires.

Amené à transporter des civils, le navire se plie donc aux mesures prises par l'Organisation maritime internationale dans le cadre de la lutte contre l'incendie des navires de passagers. Parmi les mesures imposées figure l'installation d'un système d'extinction automatique d'incendie.

Alstom Marine a équipé le Tonnerre de la solution Hi-Fog, du finlandais Marioff. Cette technologie du brouillard d'eau à haute pression (140 bars) associe les caractéristiques d'extinction de l'eau aux qualités de pénétration des gaz. Le tout sans risque pour la sécurité des personnes ni de l'environnement, en minimisant la dégradation des biens à protéger. En cas d'incendie, les espaces protégés sont envahis par un brouillard d'eau de haute densité, qui atteint facilement les zones de feu cachées. Ce brouillard absorbe le rayonnement thermique émis par la source de l'incendie, auquel il fait écran. Il chasse également l'oxygène de la zone de combustion.

Des gouttelettes de 50 µm de diamètre

Sur les navires, les systèmes à brouillard d'eau sont préférés aux installations de type Sprinkler. Le succès de cette technologie réside dans sa légèreté, qui n'affecte pas la stabilité de l'embarcation. En effet, les installations Sprinkler sont, comme le système Hi-Fog, des équipements d'extinction fixes à déclenchement automatique, constitués d'un réseau de tuyauteries qui alimentent en eau plusieurs têtes d'extinction. Mais, dans le cas du Sprinkler, les tuyaux sont d'un diamètre nettement supérieur, ce qui alourdit le dispositif.

Les systèmes à haute pression présentent l'avantage de véhiculer de très fines gouttelettes d'eau à une grande vitesse et avec un minimum d'eau. L'extinction de l'incendie est obtenue par la décharge très rapide de ces gouttelettes (50 µm de diamètre contre 1 mm pour un système Sprinkler). Une tête de pulvérisation Hi-Fog suffit à protéger une surface de 25 m2 alors qu'une tête de Sprinkler ne couvre que 7 à 12 m2. « Pour un risque identique, le système par brouillard d'eau consomme 0,5 l/min/m2 d'eau, alors qu'il faut compter dix fois plus pour un système Sprinkler », assure Michel Charbonnel, directeur général de Marioff.

Alors comment expliquer la prédominance des dispositifs Sprinkler pour la protection des bâtiments terrestres ? Pour Michel Charbonnel, il ne s'agit pas d'une question de prix, mais de la force de l'habitude des installateurs et du manque de référentiels : « Les clients potentiels sont séduits par cette solution, mais ils sont arrêtés par leurs assureurs qui se retranchent derrière le fait que, contrairement aux systèmes Sprinkler, il n'existe pas de normes d'installation. » La situation va peut-être changer. Un projet de norme a été adopté au niveau européen. Une fois validé, les installateurs auront à leur disposition, d'ici à trois ans, les critères requis et le type de tests à réaliser en fonction du risque pour la mise en oeuvre d'un système d'extinction par brouillard d'eau.

EN BREF

L'Objectif - Équiper le navire militaire d'une installation de protection incendie répondant aux normes de transport civil de passagers La Solution - Le système par brouillard d'eau Hi-Fog à haute pression qui associe les caractéristiques d'extinction de l'eau aux qualités de pénétration des gaz

PLUS APPRÉCIÉE SUR MER QUE SUR TERRE

- La solution d'extinction d'incendie par brouillard d'eau connaît un grand succès sur les navires. Ci-contre, le dispositif de pompes hydrauliques à bord du Tonnerre. Ce système est apprécié pour sa légèreté et sa faible consommation d'eau. En revanche, le manque de référentiels d'installations freine son utilisation pour la protection des bâtiments terrestres.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0868

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies