Nous suivre Industrie Techno

abonné

Produire mieux pour consommer mieux

Nous devrions utiliser plus de protéines végétales... à condition toutefois d'en fabriquer suffisamment. Tour d'horizon des efforts pour maximiser les rendements des plantes dont elles sont extraites et leur taux de protéines.

Consommer davantage de protéines végétales ? Ce serait souhaitable, affirment en coeur agroécologistes et nutritionnistes. Et pour les industriels de l'agroalimentaire, la substitution des protéines animales par des protéines végétales peut s'avérer payante puisque leur production est moins onéreuse que la fabrication de la même quantité de protéines de boeuf.

Seul hic : ni la France, ni l'Europe ne sont autosuffisantes en protéines végétales. Rien que pour l'alimentation animale, qui constitue le plus gros des débouchés, « on ne couvre que 60 % de nos besoins », indique Benoît Carrouée, chef du service technique de l'Union nationale interprofessionnelle des plantes riches en protéines (Unip). Et ces besoins sont principalement couverts par le soja, importé d'Amérique, dont la fraction protéique représente 40 % de la matière sèche. En France, et en Europe, « les légumineuses fourragères ou à graines représentent aujourd'hui moins de 3 % des grandes cultures », ajoute Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint à l'agriculture à l'Institut national de la recherche agronomique (Inra). Et pourtant, ces plantes dont les taux de protéines varient de 23-24 % pour le pois à 30 % pour la féverole et jusqu'à 36 % pour le lupin sont capables de fixer naturellement l'azote de l'air, et sont donc économes en apports d'engrais. Certes, la sensibilité de ce processus biologique au stress thermique et hydrique lié aux changements climatiques limite les rendements, mais les améliorations variétales ont été notables au cours des 20 à 30 dernières années.

Dans ce contexte, l'objectif le plus urgent pour les industriels de l'agroalimentaire consiste à sécuriser les approvisionnements et à augmenter les rendements. Par exemple pour le pois protéagineux, on développe des espèces cultivables en hiver, car celles de printemps sont sensibles à la sécheresse et aux[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0962

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

Profitant des formidables progrès de l'informatique embarquée et de l'essor de l'usine 4.0, les exemples d'applications[…]

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

Dossiers

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Interview

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Plus d'articles