Nous suivre Industrie Techno

Pro/E Wildfire 4 : PTC sur la voie de l'usine numérique

Industrie et  Technologies
Petite visite chez PTC cette semaine pour voir la version Wildfire 4 de leur logiciel de conception mécanique Pro/Engineer. Des nouveaux modules, mais aussi l'annonce des premiers modules d'une offre usine numérique.


« Cette version comporte de nombreuses améliorations tant en ce qui concerne les fonctionnalités que des performances, évolutions qui se traduisent notamment par l'arrivée de quatre nouveaux modules. Mais j'aurai tendance à dire que le plus important ne se voit pas. Nous avons réécrit de nombreuses choses, tout en restant compatible avec l'existant, pour préparer le futur. Et cela deviendra encore plus évident pour nos clients, notamment pour l'interface utilisateur et les grands assemblages, dès la fin de l'année avec l'annonce de Wildfire 5 », prévient d'entrée de jeu Guy Ladan, Directeur du Développement de PTC France.

Et de fait l'annonce de Pro/Engineer Wildfire 4 est dans la droite ligne des versions 2 et 3, annoncées respectivement en avril 2004 et mars 2006. Notons que l'arrivée de Pro/E WF4 annonce la fin des mises à jour de WF2, dont la dernière est intervenue en décembre dernier. Pro/E WF5 devrait quant à elle être annoncée en fin d'année, pour une commercialisation prévue à l'été 2009. En effet, PTC semble décidé à passer d'un rythme biennal à annuel pour l'annonce de ses nouvelles versions.

La complémentarité Pro/E, Cadds 5, CoCreate OneSpace

« Cette nouvelle version ne marque pas l'unification de notre gamme autour d'un outil de conception unique. Nous avons fait l'acquisition en 2007 de CoCreate, afin de donner le choix à nos clients entre modélisation paramétrique de Pro/Engineer et explicite de OneSpace en fonction de leurs besoins, et les deux lignes de produits vont continuer à coexister. De même, notre ligne de produits Cadds 5, issue de ComputerVision, maintenant fortement orientée vers la construction navale, bénéficie toujours d'investissements importants. Sa V15 a été présentée fin 2007 et les versions V 16 et V17 sont en cours de développement. Notre volonté, n'est pas d'imposer un outil ou un format au marché, mais de laisser nos clients libres de leurs choix. C'est d'ailleurs pourquoi nous supportons tous les formats de données CAO du marché, même ceux de nos concurrents », explique Guy Ladan.

Dans le système de développement de produits (PDS) proposé par PTC, permettant de créer, collaborer, contrôler, configurer et communiquer autour des données produit, les principaux modules impactés par l'arrivée de Pro/E WF 4 sont la CFAO et la simulation, l'automatisation de la conception, la gestion des données CAO. L'objectif global est d'améliorer à la fois la productivité personnelle de l'opérateur et la productivité des processus. Les principaux thèmes d'évolution sont la globalité des processus de conception, l'électromécanique, l'ergonomie et la qualité.

Une qualité au top niveau

« Même si les versions précédentes étaient déjà d'un très bon niveau, cette version a fait l'objet de toutes les attentions de notre service qualité. Une version telle que WF4 représente environ 300 projets de R&D. Nous en avons testé 99 % à 100 %, alors que sur la version précédente, le taux de test n'atteignait que 72 %. Ainsi les tests de régression fonctionnelle sont passés de 862 à 1 852 et les tests de régression Bitmap de 18 à 102, enfin l'ajout d'objets à la suite de compatibilité est passé de 652 à 1 756. Nous avons pour ambition de passer rapidement du niveau 2 au niveau 3 du CMMI ».

Pour mémoire le CMMI (Capability Maturity Model Integration) est un modèle de maturité d'évaluation pour le développement de systèmes matériels ou logiciels. Il a pour objectif la maîtrise des processus d'ingénierie et par conséquent la maîtrise de la qualité des produits et des services issus de ces processus.

De nombreuses améliorations visibles et invisibles

Je ne m'étendrais pas sur le détail des multiples nouveautés, j'ai toutefois noté des améliorations notables sur le module d'esquisse (diagnostic avec mise en évidence des contours non-fermés et des entités superposées...), sur la création des congés avec optimisation de l'ordre de création pour assurer les meilleurs raccordements possibles, ou encore sur l'édition directe des surfaces par points de contrôle.

Une des améliorations "invisibles" annoncées se "voit" dans la gestion des grands assemblages. Il s'agit de la gestion automatique de la mémoire pour le chargement/déchargement automatique des composants en fonction des besoins de modélisation. « On charge seulement la peau en B-Rep de l'ensemble des composants lorsque l'on affiche un grand assemblage, puis uniquement les détails des composants à modifier. Cela permet de réduire jusqu'à 40 % la taille de la mémoire vive nécessaire pour la manipulation de tels assemblages. Et ce n'est qu'un début, car nos laboratoires travaillent sur des versions multiprocesseurs de ses algorithmes ».

Toute la panoplie des outils d'exploitation des données importées bénéficie elle aussi d'une cure de jeunesse, notamment le "Import Data Doctor" qui dispose maintenant d'un outil de reconnaissance des fonctions sur les modèles importés et leur remplacement par les fonctions paramétrées correspondantes. Notons aussi l'arrivée d'une fonction "Détruire surface" pour simplifier un modèle natif en vue de son utilisation pour du calcul ou pour la création de parcours d'usinage. Le rendu photo-réaliste et la mise en plans 3D évoluent eux aussi. Côté simulation, Pro/Mechanica gère dorénavant les matériaux à élasticité non linéaire comme les élastomères, ainsi que la résistance thermique au contact. Côté usinage, notons l'arrivée de la définition automatique du brut par enveloppe de la pièce finie, une amélioration de la simulation d'usinage, avec prise en compte de la cinématique réelle de la machine, ainsi qu'une modernisation de l'ensemble des interfaces.

Notons enfin l'arrêt du support de RedHat Linux. « Beaucoup de clients nous avaient demandés des versions de nos logiciels fonctionnant sur ce système d'exploitation en Open Source. Force est de constater que les ventes sont restées anecdotiques, les clients industriels restant sur des systèmes d'exploitation plus traditionnels : HPUX ; Solaris pour Sun Sparc ou Sun AMD ; Windows 32 ou 64 bits. D'où la décision d'arrêter le support de Linux ».

Quatre nouveaux modules

Parmi les quatre nouveaux modules annoncés, on retrouve un outil de tolérancement, Tolerance Analysis Extension. « Travaillant sur les chaînes de cotes linéaires, il vient compléter notre outil Cetol qui est capable de travailler en 3D. Ce nouveau module identifie automatiquement la contribution respective des différentes cotes à la chaîne globale et assure une gestion statistique des variations ».

Toujours dans les nouveaux modules, notons l'arrivée d'une interface associative entre CAO-Mécanique et CAO-Electronique. EDAcompare identifie automatiquement les modifications réalisées sur les versions mécanique et électronique d'un même circuit et met en relation en temps réel les différents concepteurs, pour accepter ou refuser les modifications. On est ainsi assuré que la carte imprimée équipée entrera bien dans l'espace qui lui est attribué dans un boîtier.

Du côté des interfaces, un nouveau module fait son apparition pour assurer l'importation et l'exportation des pièces et assemblages, tant en représentations légères qu'exactes, au format JT.

Enfin, cette version WF4 intègre un module spécifique de gestion numérique des droits basé sur la technologie LiveCycle Rights Management ES d'Adobe. « Grâce à lui, la gestion des droits est intégrée directement dans les fichiers à protéger, c'est donc un complément aux outils de GDT qui ne protègent que l'accès aux fichiers. On peut ainsi collaborer efficacement avec des partenaires, tout en protégeant sa propriété intellectuelle ». Ce module permet d'attribuer des droits d'ouverture, d'impression, d'enregistrement, de copie ou de durée d'utilisation à un fichier ou à un groupe de fichiers, en fonction des destinataires.

Premier pas vers l'usine numérique

Parmi les nouveautés à venir, signalons l'arrivée prévue pour l'été d'un module de d'ergonomie basé sur des mannequins 3D. Je l'avais déjà évoqué ici, PTC a fait discrètement à l'automne dernier l'acquisition de Digital Human. Cette société québécoise fondée en 2006 a développé des technologies de modélisation 3D destinées à faciliter l'utilisation de données sur l'humain dans les logiciels de jeu, de marketing, mais aussi de CFAO et de simulation.

C'est un premier pas vers l'usine numérique. « Nous avons encore de gros trous dans la raquette dans ce domaine, mais il est prioritaire pour nous et nous voulons aller vite. Il est donc probable que nous procéderons par acquisitions dans ce domaine », concède Guy Ladan. L'un des "gros trous" concerne par exemple la simulation des cellules robotisées.

Reste maintenant à identifier les technologies les plus intéressantes qui sont à vendre et à se mettre d'accord sur le prix. Ce qui est certain, c'est que PTC ne restera pas sans réponse sur le marché de l'usine numérique face à Delmia (Dassault Systèmes) et Tecnomatix (Siemens PLM Software).

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.ptc.fr & http://www.digitalhumaninc.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 26 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles