Nous suivre Industrie Techno

Prix Nobel de Chimie : les ribosomes à l’honneur

Muriel de Véricourt
Prix Nobel de Chimie : les ribosomes à l’honneur

Structure d'un ribosome bactérien.

© D.R.

Le Prix Nobel 2009 de Chimie a été attribué à deux américains et une israélienne pour leurs travaux sur les ribosomes et leur interaction avec différents antibiotiques.

Comme le Prix Nobel de physique, le Prix Nobel de Chimie est partagé entre trois chercheurs. Les américains Venkatraman Ramakrishnan, du laboratoire MRC de biologie moléculaire de Cambridge (Royaume-Uni), l’américain Thomas A. Steitz, de l’Université de Yale et l’israélienne Ada E. Yonath, de l'Institut de Science Weizmann, à Rehovot, ont été récompensés pour leurs travaux sur la structure et le fonctionnement des ribosomes.

Ces composants de la cellule, véritables usines de fabrication des protéines via la translation de l’ADN, constituent des cibles majeures pour les antibiotiques, l’action de beaucoup d’entre eux consistant à empêcher les ribosomes bactériens de fonctionner, précise l’académie royale des sciences de Suède.

Les trois scientifiques distingués par le Prix Nobel de Chimie ont utilisé la cristallographie aux rayons X pour détailler la structure atomique des ribosomes et élaborer des modèles expliquant leur liaison avec différents antibiotiques. Ces modèles sont désormais utilisés pour la mise au point de nouveaux médicaments.

Muriel de Vericourt

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La deeptech Atlant3D Nanosystems, grand vainqueur du challenge Hello Tomorrow 2021

La deeptech Atlant3D Nanosystems, grand vainqueur du challenge Hello Tomorrow 2021

Le salon Hello Tomorrow Global Summit, dédié aux start-up de la deeptech, s’est tenu les 2 et 3 décembre derniers à[…]

06/12/2021 | Start-up
Labcom : le CNRS fête son 200ème laboratoire commun avec les entreprises

Labcom : le CNRS fête son 200ème laboratoire commun avec les entreprises

« Le machine learning est bien moins performant en cybersécurité qu’en traitement d’images », regrette Ludovic Mé, de l’Inria

Dossiers

« Le machine learning est bien moins performant en cybersécurité qu’en traitement d’images », regrette Ludovic Mé, de l’Inria

[Dossier cybersécurité] La simulation à l’assaut des systèmes industriels

[Dossier cybersécurité] La simulation à l’assaut des systèmes industriels

Plus d'articles