Nous suivre Industrie Techno

Prix Nobel de Chimie : les découvertes sur l’autoréparation de l’ADN récompensées

Baptiste Cessieux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Prix Nobel de Chimie : les découvertes sur l’autoréparation de l’ADN récompensées

Les trois chercheurs ont contribué à la compréhension des mécanismes de réparation de l'ADN.

© Nobel Fondation

Tout au long de la semaine, la remise des Prix Nobel 2015 récompense les scientifiques dont les travaux ont fait avancer la compréhension du monde. Ce matin, Aziz Sancar, Tomas Lindahl et Paul L. Modrich se sont vu remettre le Prix Nobel de Chimie pour leur travaux sur la réparation de l’ADN.

Le Prix Nobel de Chimie  2015 vient d’être remis à Aziz Sancar, Tomas Lindahl et Paul L. Modrich. Le prestigieux prix récompense leurs travaux expliquant comment l’ADN se répare au sein d’une cellule. L’ADN subit en effet de nombreux stress (UV, radicaux libres, substance cancérigène…) et doit se réparer en continu pour préserver son patrimoine génétique. Les trois biochimistes récompensés ce matin ont chacun contribué à différents stades de la compréhension des processus chimiques mis en place par les cellules.

Le Turque Aziz Sancar, a pour sa part, expliqué la façon dont les nucléotides (les "chainons" de l’ADN) peuvent se séparer  les uns des autres pour réparer les dégâts causés par des radiations Ultra-Violettes ou des substances mutagènes.

Le Suédois Tomas Lindahl, a également permis de cartographier un grand nombre des enzymes (protéine catalytique) qui interagissent dans ces séparations. C’est également lui qui a apporté la preuve que le taux de dégénérescence de l’ADN ne permettait pas à la vie de perdurer sur Terre. Cette constatation permet alors de chercher les outils biologiques chargés de "réparer" les briques d’information contenues dans le noyau et les mitochondries.

Paul Modrich a, lui, démontré que les cellules pouvaient corriger leur ADN même après la mitose (division cellulaire). Ce phénomène, nommé "réparation des mésappariements", permet de réduire drastiquement les erreurs de transmission génétique au fur et à mesure des milliers de divisions cellulaires qui ont lieu chaque seconde dans notre corps.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un transistor organique haute performance pour l’électronique imprimée

Fil d'Intelligence Technologique

Un transistor organique haute performance pour l’électronique imprimée

C’est un pas de plus vers une électronique imprimée plus performante. Le groupe de recherche "dispositifs et systèmes[…]

L'électronique imprimée se rêve en championne des technologies vertes

L'électronique imprimée se rêve en championne des technologies vertes

Aux Assises de l'économie circulaire, industriels et pouvoirs publics veulent accélérer la transition écologique

Aux Assises de l'économie circulaire, industriels et pouvoirs publics veulent accélérer la transition écologique

Nitrate d’ammonium : deux spécialistes des risques industriels alertent sur des « bombes agricoles en puissance »

Nitrate d’ammonium : deux spécialistes des risques industriels alertent sur des « bombes agricoles en puissance »

Plus d'articles