Nous suivre Industrie Techno

Prism et les Spyfiles 3 de Wikileaks : les technos pour la surveillance généralisée

Prism et les Spyfiles 3 de Wikileaks : les technos pour la surveillance généralisée

© Source : Les Echos

Le programme Prism, porté à la connaissance du grand public par le lanceur d’alertes Edward Snowden, n’est que la partie émergée de l’iceberg de la surveillance de masse. Wikileaks vient de publier les Spyfiles 3, soit 249 documents de 92 sociétés privées du renseignement. Ces documents révèlent comment les Etats-Unis et l’Union Européenne ont dépensé des millions pour acquérir des technologies de surveillance dernière génération, permettant l’émergence d’une véritable économie du logiciel d’espionnage. Des marchands d’armes numériques n’hésitent pas quant à eux à vendre des logiciels de surveillance à travers le monde.

Un nouveau coin du voile de l’industrie de la surveillance de masse a été levé la semaine dernière, avec la publication sur Wikileaks de 249 documents de 92 sociétés privées du renseignement. Le groupe de travail de contre-espionnage du site de Julian Assange, chargé de surveiller les agences de renseignement et les sociétés privées de surveillance, a collecté des données sur les mouvements des acteurs de l’industrie de la surveillance, comme Gamma, Trovicor ainsi que des groupes de hackers lors de leurs voyages dans différents pays dont l'Azerbaidjan, le Bahrain, le Brésil, l'Espagne ou encore le Mexique. Parmi les sociétés repérées par Wikileaks, la société allemande Trovicor, ex-Nokia Siemens Networks, a vendu des systèmes d’interception à l’Iran, au Barhein et à la Syrie, détaille le site l’Informaticien.

Le logiciel FinFly surveille les citoyens en Oman et au Turkménistan

L’enquête a ainsi dévoilé qu’un employé de Gamma, société britannique, a vendu des logiciels espions en Oman et au Turkménistan. Il s’agit du logiciel FinFly 'iProxy' de Dreamlab. Le malware est silencieusement installé en parallèle d'un téléchargement légitime, tout en faisant en sorte que le téléchargement fonctionne comme prévu. Le mode d'identification de la cible a pour conséquence que toute personne utilisant la même connexion réseau sera systématiquement et automatiquement interceptée et infectée, y compris des cibles involontaires.

Les logiciels espions ou d’intrusion commercialisés par ces sociétés privées n’ont rien à envié à la NSA. Ces technologies sont capables de décrypter les services chiffrés et masqués tels que Skype, BitTorrent, VPN, SSH et SSL.  Les documents détaillent également les méthodes d'interception brute des communications par voix, SMS, MMS, email, fax et téléphone par satellite, tandis que les contractants du renseignement proposent en parallèle d'analyser en temps-réel des interceptions web et mobiles.

5 sociétés ennemies d'internet

Wikileaks n'est pas le seul à s'alarmer de cette surveillance généralisée. Dans son rapport spécial sur le sujet, Reporters sans frontières a répertorié 5 entreprises «ennemies d'Internet» : Gamma, Trovicor, Hacking Team, Amesys et Blue Coat. L'organisation de défense de la liberté d'expression et de la presse analyse : «Ces logiciels espions sont utilisés pour espionner le contenu d’autres disques durs, récupérer des mots de passe, accéder au contenu de messageries électroniques ou espionner des communications de VOIP. Ils peuvent être installés directement sur les ordinateurs ou via le réseau Internet par l’intermédiaire de fausses mises à jour ou de pièces jointes dans un email sans que l’utilisateur ne s’en aperçoive.» Le site Privacy International regrette l'absence de contrôle gouvernemental de cette industrie émergente. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Equipé d’une caméra et de capteurs de force, le nouveau robot du MIT apprend rapidement la meilleure façon[…]

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Fake news : ces technologies qui les traquent

Fake news : ces technologies qui les traquent

Cybersécurité, laboratoire de robotique, éolienne… les meilleures innovations de la semaine

Cybersécurité, laboratoire de robotique, éolienne… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles