Nous suivre Industrie Techno

Priorité à l'intégration des technologies

Propos recueillis par Youssef Belgnaoui Photo : T. Cogny
Siemens Building Technologies développe des solutions pour le confort du bâtiment, la sécurité incendie et la protection des biens et des personnes. Son objectif est d'intégrer ces trois disciplines distinctes au sein d'un environnement de gestion unique en s'appuyant sur des technologies standards.

Industrie et Technologies : Pouvez-vous nous préciser les spécificités de Siemens Building Technologies (SBT) au sein du groupe ?

Helmut Macht : Les activités de SBT se répartissent en trois grands pôles : l'automatisation du bâtiment, la protection incendie et les systèmes de sécurité électroniques. Le premier développe des solutions pour le chauffage, la climatisation, la ventilation, l'efficacité énergétique et le confort du bâtiment en général. Le second conçoit du matériel pour la détection et l'extinction incendie. Le dernier concerne les dispositifs de contrôle d'accès, de vidéosurveillance et de protection contre l'intrusion. C'est d'ailleurs cette dernière activité ainsi que toutes les solutions qui favorisent l'efficacité énergétique et contribuent aux économies d'énergie qui, en Europe, tirent la croissance.

I. T. : Existe-t-il des synergies entre ces différentes solutions qui deviennent indispensables à tout bâtiment moderne ?

H. M. : Chacune de ces solutions a un rôle spécifique à jouer. Les équipements destinés à la régulation thermique, au confort, au contrôle d'accès, à la sécurité ou à la protection incendie visent des objectifs distincts et sont donc évidemment techniquement différents. En revanche, l'intégration de l'ensemble de ces disciplines au sein d'un environnement unique est pour nous extrêmement important. La supervision et la maintenance de l'ensemble s'en trouveront facilitées. La réussite de cette intégration passe forcément par la communication entre les différents systèmes de ces disciplines. Des informations relevées par un système d'une discipline peuvent être utiles et exploitables par un système d'une autre discipline. Pour fédérer ces différents métiers, nous nous appuyons sur le protocole standard BacNet autour d'une architecture de réseau Ethernet avec ou sans fil. La poursuite du développement d'outils de contrôle et de diagnostic accessibles à distance est aussi une de nos priorités.

I. T. : Le confort et l'efficacité énergétique des bâtiments font partie des demandes les plus pressantes. Quelles sont les améliorations possibles ?

H. M. : La collecte d'informations est évidemment essentielle. La multiplication des points de mesure autorise une connaissance plus fine du comportement thermique et électrique du bâtiment. Cette multiplication n'est envisageable que si nous développons des capteurs multivariables de faible coût. La technologie Mems devrait permettre de répondre à cet objectif en intégrant dans un même composant des éléments sensibles à différents paramètres : flux d'air, température, humidité, luminosité, bruit pour le confort, mesure de CO, CO2, COV et d'odeurs pour la surveillance de la qualité de l'air. Le développement de capteurs communiquant sans fil facilitera aussi leur installation et leur déploiement.

I. T. : Et du point de vue de la sécurité incendie ?

H. M. : La fiabilité de la détection incendie est effectivement cruciale. En Suisse, nous avons constaté que 10 % des alertes incendies étaient de fausses alarmes. Pour les réduire de façon significative voire les éliminer, nous développons des technologies multisenseurs qui s'appuient sur des méthodes de traitement de signaux plus robustes. Les détecteurs combinent des capacités de mesure optique et de température. Il est nécessaire de travailler sur les algorithmes de traitement de ces paramètres qui conduisent à une amélioration de la fiabilité de la détection d'incendie. Ils pourraient être paramétrés selon la nature de l'incendie susceptible de survenir selon que les détecteurs sont installés dans une salle informatique, dans un entrepôt, dans une salle de documentation... La nature du feu est également à prendre en compte du point de vue du système d'extinction mis en oeuvre. Nous proposons des solutions d'extinction par différents types de gaz. Nous ne souhaitons toutefois pas engager des développements de systèmes sprinkler. Nous misons davantage sur l'extinction par brouillard d'eau beaucoup moins consommatrice d'eau. En travaillant notamment sur la forme des buses, pour réaliser des brouillards constitués de très fines gouttelettes pouvant couvrir des surfaces plus étendues.

I. T. : La vidéosurveillance sur IP connaît un fort développement. Quelle sera la prochaine étape ?

H. M. : Comparées aux caméras analogiques, les caméras IP qui se connectent directement sur Ethernet apportent une grande souplesse d'installation. Les solutions de vidéosurveillance numériques offrent des possibilités de sauvegarde, de recherche et de traitement d'images sans commune mesure avec leurs aînées analogiques. Les images sont aussi transmissibles via Internet ou vers un téléphone mobile. Mais nous en sommes encore au début. À l'avenir, les caméras IP vont embarquer plus systématiquement d'importantes capacités de traitement d'images. Des analyses plus complexes seront donc déportées et ne seront plus à la charge du système central. Ainsi, selon son affectation, la caméra sera paramétrée pour la reconnaissance de caractères pour relever une immatriculation, repérer le sens de circulation dans un couloir, la présence ou l'absence d'objets particuliers, détecter de la fumée, etc.

LES CHIFFRES CLÉSLa R&D chez SBT

- Sur les 2 040 personnes employées sur le site du siège de SBT à Zug (Suisse), 790 personnes sont affectées à des projets d'ingénierie et de R&D. - Dans le monde, 1 242 personnes intègrent un réseau mondial de R&D dont 562 en charge du développement logiciel.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0881

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

PROSPECTIVE

PROSPECTIVE

Dix tendances technologiques en 2009Pour la huitième année consécutive, Deloitte livre, dans "Technology, Media & Telecommunications Predictions -[…]

01/04/2009 | AlertesInnovations
Trente labos à portée de main

Trente labos à portée de main

ENVIRONNEMENT

ENVIRONNEMENT

La chimie en quête de solutions moins énergivores

La chimie en quête de solutions moins énergivores

Plus d'articles