Nous suivre Industrie Techno

Première mondiale de téléchirurgie

Stéphanie Cohen
Grâce à une connexion à haut débit de 10 mégabits par seconde, la première opération par téléchirurgie a pu avoir lieu entre New York et Strasbourg.
Le professeur Jacques Marescaux et son équipe de l'Institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif (Ircad) ont pratiqué le 7 septembre dernier, depuis New York, l'ablation de la vésicule biliaire d'une patiente hospitalisée au CHU de Strasbourg. L'opération, baptisée "Opération Lindbergh", a duré 45 minutes.

Le chirurgien a manipulé les bras du système robotisé Zeus, conçu par la société américaine Computer Motion et, pour la réalisation de cette prouesse, France Télécom a mis en place une connexion transatlantique à haut débit de 10 mégabits/seconde. 

En effet, il était impératif de respecter un délai constant et inférieur à 200 millisecondes entre le geste du chirurgien et le retour image. Grâce à cette liaison à haut débit par fibre optique, ce délai a été ramené à 150 millisecondes en moyenne. 

Pour visualiser les photos.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une étude parue dans Clinical Infectious Diseases le 13 avril indique que le bamlanivimab, l'anticorps monoclonal anti-Covid-19 d'Eli[…]

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

Plus d'articles