Nous suivre Industrie Techno

Premier vol réussi pour Aquila, le drone solaire de Facebook

Premier vol réussi pour Aquila, le drone solaire de Facebook

© Facebook

Le drone solaire de Facebook a volé à environ 650 mètres d’altitude pendant un peu plus d'1h30. Le réseau social envisage de multiplier les essais et d’augmenter progressivement la hauteur, la vitesse et la durée du vol. A terme, Facebook souhaite que son drone puisse voler à une altitude de 18 000 mètres pendant trois mois consécutifs. 

96 minutes. C’est le temps qu’a duré le premier vol à taille réelle d’Aquila, le drone solaire développé par les équipes du Connectivity Lab de Facebook. Dans un post de blog officiel, le réseau social a, en effet, annoncé avoir réalisé un premier test concluant le 28 juin dernier dans le ciel de Yuma, en Arizona, avec un drone d'une envergure de 28 mètres. Auparavant, les ingénieurs avaient mené plusieurs essais, notamment au-dessus du Royaume-Uni, avec une version réduite.

Ces travaux s’inscrivent dans le cadre du projet Internet.org, qui vise à apporter une connexion Internet aux régions les plus reculées du monde afin de diminuer la fracture numérique. Dans cette optique, le réseau social avait révélé, en mars 2014, son ambition de déployer une flotte de drones solaires, reliés entre eux par un système de laser.

Ce premier essai a permis aux ingénieurs de Facebook de récolter un certain nombre de données sur le comportement du moteur, des batteries, du matériel radio ou encore sur le fonctionnement du pilote automatique, sa consommation énergétique et son aérodynamisme. Le vol s’est effectué à environ 650 mètres d’altitude. Le réseau social envisage de multiplier les essais et d’augmenter progressivement la hauteur, la vitesse et la durée du vol. A terme, Facebook souhaite que son drone puisse voler à une altitude de 18 000 mètres. A cette hauteur, il ne consommerait que 5000 watts (soit l’équivalent de la consommation de trois sèche-cheveux). De cette manière, Aquila pourrait stationner dans la stratosphère pendant trois mois sans interruption.

Outre ces défis aéronautiques, Facebook doit relever un autre challenge : celui de la connectivité pour apporter un accès Internet au sol. Le prochain vol d’essai d’Aquila s’effectuera donc avec le système de communication laser, actuellement développé par une équipe basée à Woodland Hills, en Californie. En juillet 2015, l’équipe avait annoncé que son système laser pouvait atteindre un taux de transfert de données de plusieurs dizaines de gigabits par seconde.

Le drone Aquila n’est pas la seule initiative de Facebook pour apporter Internet aux 4 milliards de personnes sur la planète qui n’y ont pas encore accès. Début juillet, Mark Zuckerberg a levé le voile sur le projet OpenCellular, une plate-forme open source qui sert de point d’accès sans fil pour connecter les appareils en 2G, 3G, 4G ou en Wifi. OpenCellular se présente sous la forme d’un boîtier de la taille d’une boîte de chaussures. Il permet de créer des réseaux cellulaires à l’échelle locale.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

Des chercheurs suisses ont mis au point le prototype d’un transformateur moyenne fréquence plus de dix fois moins encombrant que ses[…]

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Fake news : ces technologies qui les traquent

Fake news : ces technologies qui les traquent

Plus d'articles