Nous suivre Industrie Techno

Préhenseur biomimétique, capteurs autonomes, vision embarquée… Les Global Industries Awards dessinent l’industrie de demain

Alexandre Couto

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Préhenseur biomimétique, capteurs autonomes, vision embarquée… Les Global Industries Awards dessinent l’industrie de demain

Les Global Industrie Awards 2021 ont récompensé l'innovation dans 8 catégories.

Le Salon Global Industrie, qui se tient du 6 au 9 septembre à Lyon, a remis à l’issue de sa première journée ses trophées récompensant « l'excellence dans l’innovation ». Les organisateurs ont distingué 8 entreprises, dans des catégories reflétant les défis de l’industrie de demain.

 

Des prix remis en présentiel ! La première journée du salon Global Industrie (GI), qui se tient du 6 au 9 septembre à Lyon Eurexpo, a vu le retour des Global Industrie Awards (GIA). Ces prix récompensent des exposants du salon qui se sont distingués par un produit ou un savoir-faire innovant. Dans cette période de relance et de redéfinition des modèles industriels, « ce rendez-vous revêt une portée nouvelle », a mis en avant Sébastien Gillet directeur du Salon. « La compétitivité et la pérennité de notre industrie sont plus que jamais corrélées à notre capacité d’innover », a poursuit-il.

Un avis partagé par Agnès Pannier-Runacher, ministre délégué à l’Industrie, qui a clôturé sa visite du salon par une intervention lors de cette cérémonie. Elle a également mis en exergue l’importance des technologies dans la phase de transition que connaît actuellement le secteur industriel : « Des enjeux de compétitivité comme l’automatisation, ou encore sociétaux, comme la transition environnementale, font de l’industrie un véritable terrain de jeu en matière d’innovation. Nous sommes aujourd’hui à un moment passionnant, car si l’on veut créer de véritables innovations de rupture, c’est dans l’industrie qu’il faut aller », a-t-elle souligné.

Cinq catégories et trois prix spéciaux

L’édition 2021 des GI Awards a récompensé des sociétés dans 5 catégories, représentatives selon les organisateurs du futur de l’industrie : « Collaboration Exemplaire », « Mutation Numérique », « Nouvelle Technologie », « Performance Productive » et enfin « Solution Responsable ». Trois prix spéciaux ont également été décernés : le prix de la Start-up, le prix de la Résilience, et le prix de l’industrie au féminin.

Ce dernier qui récompense une entrepreneure dont la stratégie innovante a été remarquable a été attribué à Florence Robin, cofondatrice et Présidente de l’entreprise toulousaine Limatech, spécialisée dans la création de batteries lithium-ion trois fois plus légères, dédiées aux futurs avions électriques.

L’usinage avec contrôle in situ

Dans la catégorie « Collaboration Exemplaire », le lauréat est le fabricant de machines-outils Somab qui a travaillé en partenariat avec le spécialiste du contrôle 3D, I-MC. Les deux entreprises ont créé une cellule d’usinage dotée d’un capteur 3D manipulé par un robot 6 axes. Placé dans un environnement normalement difficile d’accès, le système de contrôle in situ permet d’améliorer drastiquement la précision des pièces usinées. Une chaine numérique complète a été mise en place, allant du modèle CAO à la pièce finie. Somab et I-MC ont été mis en relation avec l’intermédiaire du CEA, qui a également participé au projet.

Démocratiser l’intelligence artificielle

La société ADDI-Data est lauréate dans la catégorie « Mutation Numérique » avec son système de vision embarqué, personnalisable et multi-applications baptisé MSX-AI-5000. Les systèmes de vision industrielle 2D et 3D, ainsi que des algorithmes de deep learning, permettent d’automatiser de nombreuses tâches d’inspection visuelle. Les données sont générées de manière chiffrée pour automatiser un processus ou encore  alimenter un jumeau numérique.

Un préhenseur biomimétique

Schunk et son préhenseur pour robot Adheso remportent le prix dans la catégorie « Nouvelle Technologie ». La société s’est inspiré de la nature, et notamment de la capacité des geckos de s’accrocher à n’importe qu’elle surface, pour mettre au point sa technologie de préhension. Elle utilise les forces intermoléculaires dites de Van der Walls pour maintenir l’adhérence entre le préhenseur et l’objet à déplacer. Principaux avantages : cet effecteur ne nécessite aucune source électrique et ne dépose aucun résidu collant sur l’objet.


Le préhenseur de la société Schunk s'inspire des capacités du gecko

L’industrie 4.0 au bout des doigts

Dans la catégorie « Performance Productive », la société Astrée Software a été récompensée pour sa solution Aquiweb-Plantdata. Il s’agit d’un portail web personnalisable pour accéder simplement et rapidement aux données de production de l’usine. L’utilisateur peut configurer son propre portail d’accueil et peut à tout moment contrôler le fonctionnement de son parc machine au moyen d’une tablette ou d’un smartphone.

Des capteurs à récolte d’énergie

La société Posital Fraba a été récompensée pour ses capteurs de type Wiegand qui délivrent des impulsions électrique à chaque changement de polarité d’un champ magnétique externe. Le courant électrique est produit grâce au déplacement d'un aimant à l'intérieur du module. Ce processus ne nécessite aucun contact mécanique, ce qui réduit nettement l’usure du capteur. Il peut être utilisé en tant que détecteur de champ magnétique ou en tant que système d'alimentation pour des circuits électroniques de faible puissance.


Capteurs Wiegand à récolte d'énergie mis au point par Posital Fraba

Le prix de la start-up a été attribué à PICC Software qui a développé une plateforme d’intelligence collective qui agrège l’intelligence des utilisateurs et des outils d’intelligence artificielle de type réseaux neuronaux. Il s’agit d’un outil d’aide à la décision qui permet de visualiser rapidement certains éléments clés d’un projet et de pointer automatiquement les possibilités d’amélioration.

Enfin le prix de la Résilience, nouveauté de cette édition 2021 des GI Awards, a été décerné à l’entreprise Offolio pour sa solution Free Planning. Lancé par deux jeunes entrepreneurs au début de la crise sanitaire, cet outil veut révolutionner la planification industrielle en automatisant certaines étapes qui étaient jusqu’à présent traitées manuellement. Selon ses créateurs, Free Planning permet à l’industriel de se concentrer d’avantage sur sa stratégie et de raccourcir le « time-to-market ».

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Reportage] Plongée dans la gravimétrie quantique du laboratoire Syrte

Dossiers

[Reportage] Plongée dans la gravimétrie quantique du laboratoire Syrte

À l’Observatoire de Paris, l’unité mixte de recherche Syrte planche sur des équipements innovants destinés[…]

21/09/2021 | RechercheStart-up
Labos de recherche, tremplin pour start-up : 4 pépites techno de la fabrication d'échantillons et prototypes

Dossiers

Labos de recherche, tremplin pour start-up : 4 pépites techno de la fabrication d'échantillons et prototypes

Labos de recherche, tremplin pour start-up : 4 pépites qui accélèrent le travail des chercheurs

Dossiers

Labos de recherche, tremplin pour start-up : 4 pépites qui accélèrent le travail des chercheurs

Labos de recherche, tremplin pour start-up : Au III-V Lab, les machines d'épitaxie sont reines

Dossiers

Labos de recherche, tremplin pour start-up : Au III-V Lab, les machines d'épitaxie sont reines

Plus d'articles