Nous suivre Industrie Techno

Pragmatisme à tous les étages

Mirel Scherer

Sujets relatifs :

, ,
Pragmatisme à tous les étages

© D.R.

Milan (Italie), 5 - 10 octobre 2006. La biennale italienne de la machine-outil a privilégié l'efficacité plutôt que les grandes envolées technologiques.

C'est, pour la première fois, dans le nouveau centre d'exposition futuriste situé à une vingtaine de kilomètres de Milan, que la 25e édition de la biennale de la machine-outil italienne a eu lieu. Un ensemble, conçu par l'architecte Massimiliano Fuksas, qui illustre le génie italien. Des pavillons pratiquement sans colonnes, avec de grands espaces d'accès et de passage, dotés de nombreuses salles de conférences et de services en tout genre et, en prime, un accès facile et rapide de Milan et des aéroports...

Les promoteurs du projet ont vu grand, très grand, pour cet ensemble d'exposition, le plus grand en Europe selon eux. Près de 2 000 exposants ont occupé les 66 000 m2 de superficie qui, de l'avis unanime, a été un beau succès. Quelques chiffres encore pour le démontrer : 42 % des entreprises présentes étaient étrangères et 4 000 machines, pour une valeur totale de 350 millions d'euros, faisaient leurs preuves au salon. « Nous avons eu des contacts intéressants, ce qui démontre que l'industrie italienne reprend des couleurs après quelques années de vaches maigres », ont déclaré d'une seule voix Danilo Salamoni, directeur de MCM France, et Luigi Gaggero, directeur de M&H.

Si les affaires semblent reprendre du poil de la bête dans la péninsule italienne, les visiteurs ont pu constater à la Bi-Mu, comme lors des autres salons européens consacrés à la machine-outil que, du côté de l'innovation, l'heure est au pragmatisme.

Systèmes modulaires et cellules multifonctions

Les équipements sont modulaires pour mieux s'adapter aux différents types de production, travaillent sans surveillance pour baisser les coûts, et réduisent, pour ne pas dire éliminent, les erreurs d'usinage... Bref, il faut garantir à l'utilisateur un produit meilleur avec un temps de mise sur le marché plus court et le tout à des coûts compétitifs. La quadrature du cercle ? Pas tant que ça comme le démontraient les constructeurs présents au salon.

Illustrant ce pragmatisme, MCM, constructeur de centres d'usinage et autres systèmes flexibles pour la mécanique générale, l'aéronautique et l'automobile, a ainsi mis en veilleuse son projet de machine hybride Concept 600L dont la broche est portée par un mécanisme parallèle. Destiné à l'usinage à sec, il présentait toutefois une dynamique exceptionnelle : avances rapides de 120 m/min (vectorielles de 208 m/min), accélération de 30 m/s2.

Le constructeur italien a préféré dévoiler au salon une machine certes moins futuriste, mais qui attire l'attention par ses performances (voir encadré). MCM démontrait aussi son savoir-faire dans les systèmes flexibles avec une cellule multifonction, la Capto C6. Composée de deux centres d'usinage 5 axes, elle assure aussi bien des opérations de fraisage que de tournage de pièces complexes. L'astuce : un magasin commun et modulaire pour les palettes porte-pièces et pour les outils avec le système de fixation Capto de Sandvik Coromant. « Cela permet de passer d'un type de pièce à un autre sans interrompre la production pour les réglages », explique Danilo Salamoni.

Parpas, dont les fraiseuses sont synonymes d'usinage de haute précision, a lui aussi oublié pour le moment son système d'usinage révolutionnaire Spider qui comportait huit robots Scara portant la broche. Le constructeur a préféré équiper sa machine portique Diamond de moteurs linéaires pour réduire le temps de cycle.

Grande vitesse aussi pour une machine d'une telle taille chez Mecof, une société qui fait partie du groupe autrichien Emco. The Machine, c'est son nom, comporte une traverse qui se balade sur des pilons latéraux. Une structure extrêmement rigide grâce à des montants réalisés en acier mécanosoudés et remplis avec un béton spécial. Moyennant quoi, la machine s'installe sans fondation.

Une solution qu'adopte aussi FPT avec ses fraiseuses ergonomiques et très productives dont la dernière-née, la Verus, reprend la structure monolithique du montant vertical breveté par le constructeur italien. Une solution qui améliore la qualité des usinages en diminuant, entre autres, les effets néfastes de l'inertie et des moments de flottation du montant. La machine dispose bien sûr, de la tête d'usinage universelle et à 5 axes, brevetée par FPT, qui assure une puissance et une vitesse de rotation parmi les meilleures du marché.

Fidia, l'autre spécialiste italien du fraisage à grande vitesse de haute précision, adopte lui aussi la palettisation pour faciliter à la fois le travail sans surveillance et l'usinage de pièces différentes sans aucun arrêt de la machine. La fraiseuse G 996 RT assure des usinages d'ébauche et de finition grâce à un système de palettisation modulaire à 2, 4, 6 palettes, voire plus, situées dans un magasin vertical pour économiser la place. La machine usine en temps masqué des pièces de 1 m de diamètre et dont le poids peut atteindre les 1 000 kg.

La modularité est également la marque de fabrique de Jobs avec sa famille de machines LinX, probablement la plus complète du marché. Dotées de moteurs linéaires, les trois versions de cette machine disposent d'un axe X qui peut s'agrandir en fonction des besoins avec des modules de 2 m. « S'adapter rapidement aux applications est un maître mot pour nos ingénieurs qui ont conçu des têtes d'usinage pour chaque type d'usinage », confirme Antonio Dordoni, directeur des ventes de Jobs, qui les détaille : la tête bipolaire T2D-T3D pour les usinages de prototypes et de modèles automobiles, la tête T3D version aéronautique, la tête T2K-T3K pour l'usinage complet de panneaux et de structures aéronautiques, la tête TMX pour les usinages de mécanique générale de précision... Cerise sur le gâteau, les machines de Jobs nécessitent peu de maintenance car les pièces d'usure sont peu nombreuses.

Modularité, flexibilité et productivité sont des objectifs impérieux pour les ingénieurs d'Imas Transfer. La preuve : le système d'usinage HFT qu'appréciaient au salon les aficionados de l'usinage économique et polyvalent. L'utilisateur peut en effet choisir entre les différentes formules pour constituer son installation en piochant dans le nombre de stations d'usinage (de deux à six), de modules de travail (de un à cinq), d'axes d'usinage (4 axes CNC par module et un cinquième axe satellite à positionnement continu sur 360°), tête Tilt à course continue sur ± 110°, etc.

Une machine pour usiner des métaux légers ou durs

Quatre versions différentes aussi pour la famille Flymill de fraiseuses à grande vitesse de Breton. Cela dit, si vous voulez apprécier les Flymill dans toute leur puissance et dynamique, il vous faudra choisir la tête birotative 5 axes à entraînement direct qui développe une vitesse de 100 tr/min sur l'axe C avec une puissance de 40 kW.

Les innovations, efficaces et modulaires bien évidemment, ne manquaient pas chez Riello, un groupe qui compte dans son giron des noms comme Mandelli ou Burkhardt+Weber. La cellule MC4 de Riello dispose de deux centres d'usinage avec une ou deux broches et système de changement de palettes.

Réputé pour ses machines destinées à l'usinage des grandes pièces, Mandelli proposait lui aussi un concept modulaire. Baptisée Spark 1300, sa machine s'installe sans fondation et s'adapte sans peine à l'usinage des métaux légers (en vitesse et accélération) ou durs (en puissance et couple) sur 4 ou 5 axes. L'utilisateur peut configurer sa solution en choisissant la tête d'usinage, le magasin d'outils et le système de palettisation adéquat dans la panoplie que propose Mandelli.

Reste à contrôler si tous ces équipements présentés par les uns et les autres usinent des pièces dans le respect du cahier des charges. Rien de plus facile avec le système de mesure 3D Form Inspect de M&H, dont la version 2.0, modulaire comme il se doit, s'enrichit d'une tête de 40 mm de diamètre, d'un système à infrarouge de transmission bidirectionnelle de données, d'une sélection facile de canaux de mesure, etc. Pas étonnant que le système du constructeur italien ait été adopté par un bon nombre de constructeurs de machines-outils...

+8,6% - c'est la croissance de la machine-outil italienne en 2006.

ENTENDU AU SALON

Le prix d'achat d'une machine ne doit pas être le seul élément de décision. La fiabilité, la productivité et la technologie doivent peser sur le choix d'un équipement. » Franco Savio, administrateur délégué de Sirma

VU AU SALON

Jour et nuit > Fidia ajoute un système de palettisation à sa fraiseuse de haute précision G 996 RT. Objectif : pouvoir travailler sans surveillance.

VU AU SALON

Sans fondation > La famille de centres d'usinage Spark de Mandelli s'installe sans fondation et l'utilisateur peut configurer lui-même sa solution.

PETITE MAIS EFFICACE UNE ACCÉLÉRATION DE 2G

Des vitesses rapides d'axe de 75 m/min, un temps de changement d'outils de 1 seconde, des vitesses de broche de 16 000, 20 000 ou 30 000 tr/min et des puissances qui atteignent 68 kW, une table rotative continue à 4, 5 ou 6 axes, des outils prêts à l'emploi (avec lavage et contrôle) en moins de 5 secondes... les utilisateurs les plus exigeants ne seront pas déçus par la Concept 2g (2 g pour l'accélération) de MCM. « Nous avons fini le montage de cette machine rapide, efficace et rigide pour la Bi-Mu », confiait Danilo Salamoni, directeur de la filiale française du constructeur italien. Si vite que le prix de cette petite merveille n'a pas encore été fixé...

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0883

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Le projet Bashycat permet de récupérer les métaux contenus dans les catalyseurs des raffineries et des centrales thermiques.Qui dit combustion[…]

01/04/2009 | ENVIRONNEMENTInnovations
Téléphoner sans parler

Téléphoner sans parler

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Plus d'articles