Nous suivre Industrie Techno

abonné

Pourquoi travailler sa souplesse

JEAN-FRANÇOIS PREVÉRAUD

Sujets relatifs :

, ,
Pour faire face à l'évolution des modes de consommation, qui impose de diversifier les gammes de produit, les industriels doivent rendre leurs moyens de production beaucoup plus flexibles. Ils sont aidés en cela par la vague de la numérisation de l'industrie. Une kyrielle d'outils technologiques peut aider à repenser du tout au tout l'organisation de la production.

L'usine agile : le concept est suffisamment vaste pour que tous les industriels s'y retrouvent, depuis les tenants de l'atelier flexible dans les années 80, jusqu'aux promoteurs actuels de l'usine du futur, de l'industrie 4.0 allemande ou de la Brillant factory américaine. Mais ne nous y trompons pas, il s'agit d'une évolution profonde de l'industrie manufacturière, rendue possible par l'arrivée massive du numérique, qui va révolutionner les moyens de production, ainsi que les relations entre les clients et les fournisseurs. Elle va aussi profondément modifier le rôle de l'homme dans la production en le replaçant au coeur de l'action.

« Les industriels se doivent d'avoir une production de plus en plus flexible, agile pour employer le terme à la mode », constate Éric Gautier, directeur Europe pour le développement de l'offre manufacturing de Siemens PLM Software. Ce besoin est lié à la mondialisation de l'économie, qui impose de fabriquer au plus près des marchés, entraînant un fractionnement de la production et une plus grande pression concurrentielle entre les entreprises. Autre facteur important, la versatilité des consommateurs qui changent beaucoup plus facilement de produit et de fournisseur que leurs aînés. Conséquence : les entreprises doivent innover, diversifier et segmenter leur offre, ce qui entraîne une très grande complexité en production. Le tout sans déroger au triptyque temps/coût/qualité et en étant toujours plus respectueux de l'environnement.

L'agilité des entreprises repose sur plusieurs axes

« Pour cela, l'agilité des entreprises doit relever cinq défis : sociétal, managérial, personnel, organisationnel et stratégique et enfin technologique », estime Pierre-Marie Gaillot, responsable projet Usine du futur au Centre technique des industries mécaniques (Cetim). Le sociétal, c'est optimiser le bien commun, c'est-à-dire utiliser au mieux les ressources mises à disposition, en ouvrant l'entreprise vers l'extérieur et en respectant l'environnement. Le managérial, c'est redéfinir la place de l'homme dans l'usine en lien avec le numérique qui bouleverse complètement les équations traditionnelles d'organisation. « On va passer d'une organisation en silos où l'on fait dialoguer les processus les uns avec les autres, à une logique de poupées russes où tout va être intégré, la désintermédiation. »

Du côté du personnel, le numérique apporte l'accès à l'information à tous, alors que jusqu'à maintenant celle-ci descendait progressivement dans les organigrammes. L'opérateur finira par en savoir autant si ce n'est plus que son chef, ce qui entraînera un changement dans le management, notamment au niveau des décisions techniques.

Côté organisationnel, l'usine va devoir s'insérer dans des alliances et des chaînes de valeur plus complexes grâce à la chute des barrières géographiques que permet le numérique. L'entreprise va aussi pouvoir faire évoluer virtuellement sa configuration en[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N° 0985

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

Profitant des formidables progrès de l'informatique embarquée et de l'essor de l'usine 4.0, les exemples d'applications[…]

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

Dossiers

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Interview

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Plus d'articles