Nous suivre Industrie Techno

Pourquoi Michelin crée son premier laboratoire public-privé, le Factolab

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Pourquoi Michelin crée son premier laboratoire public-privé, le Factolab

© Michelin

Michelin ouvre son centre de recherche de Ladoux, près de Clermont-Ferrand, à trois laboratoires de recherche publics. Une première dans l’histoire du groupe.

Le groupe Michelin, habituellement si secret, a décidé d’ouvrir les portes de son centre de recherche de Ladoux — où sont conçus et testés tous ses pneus — à des laboratoires extérieurs à l’entreprise. Le FactoLab, inauguré vendredi 10 février, unira les services de recherche de l’équipementier à trois laboratoires de recherche universitaires clermontois : l’Institut Pascal*, le Lapsco** et le Limos***. Ce laboratoire public-privé sera dédié à l’industrie du futur. « FactoLab met en œuvre un programme de recherche et développement à moyen et long terme sur la coopération homme-machine, notamment dans les domaines de la robotique et des nouvelles technologies numériques », précise le leader mondial du pneumatique, dont le siège se situe à Clermont-Ferrand.

Rendre attractive l’industrie du futur

L’objectif est double : il s’agit de rendre l’industrie plus performante et plus attractive. À travers des robots collaboratifs et des dispositifs connectés, le FactoLab veut se mettre « au service des opérateurs de production, afin d’éliminer une partie des tâches physiquement pénibles ou génératrices de stress et d’améliorer, ainsi, le confort de travail ». Les premières expérimentations ont déjà eu lieu sur les sites de Cholet en France et de Valladolid en Espagne.

FactoLab est gouverné par un comité d’orientation, composé de six membres : trois représentants de la recherche académique et trois représentants du groupe Michelin. Pour les laboratoires publics partenaires, FactoLab permet d’enrichir les coopérations en bénéficiant d’un cadre applicatif stratégique et de l’adossement à un groupe à visibilité internationale. Pour le groupe Michelin, la création de FactoLab ouvre la possibilité de travailler avec les meilleurs chercheurs de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans des domaines tels que les sciences cognitives. Une stratégie du gagnant-gagnant mise en place récemment par la firme auvergnate, « afin de gagner du temps dans la course à l’innovation qu’impose la concurrence mondiale ».

Geneviève Colonna d’Istria

*L’Institut Pascal : Université Clermont Auvergne, CNRS, SIGMA.

**Le Lapsco : Université Clermont Auvergne, CNRS.

***Le Limos : Université Clermont Auvergne, CNRS, Mines Saint-Etienne.

****LabEx IMobS3 : projet collaboratif né dans le cadre des Investissements d’Avenir, le Laboratoire d’Excellence IMobS3 fédère les compétences de laboratoires publics clermontois.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Bourget, digitalisation de l'énergie, F1 en réalité virtuelle : les innovations qui redonnent le sourire !

Bourget, digitalisation de l'énergie, F1 en réalité virtuelle : les innovations qui redonnent le sourire !

C'est officiellement l'été depuis quelques jours, mais les cerveaux ne se sont pas mis en grêve d'idées. La[…]

"La principale qualité pour innover ? La naïveté", Gaël Langevin, fondateur de InMoov

"La principale qualité pour innover ? La naïveté", Gaël Langevin, fondateur de InMoov

[Mosaïque interactive] 10 innovations qui vont tout changer

Dossiers

[Mosaïque interactive] 10 innovations qui vont tout changer

Open innovation : vive le vol en escadrille !

Open innovation : vive le vol en escadrille !

Plus d'articles