Nous suivre Industrie Techno

Pourquoi le robot agricole Dino a besoin d’une assurance

Pourquoi le robot agricole Dino a besoin d’une assurance

© Tien Tran / NaÏo Technologies

Nouveaux matériels et nouveaux usages...Groupama, premier assureur du marché agricole, a tenu à faire passer le message. Il assure dorénavant aussi les robots agricoles. Illustration au Sima, avec Naïo Technologies.

Alors que les robots font une entrée remarquée dans le monde agricole, Groupama entend conforter son positionnement de premier assureur du monde agricole, avec une solution adaptée pour sécuriser et protéger les investissements que représente ce nouveau type de matériel. « Le monde agricole évolue et nous nous devons d'accompagner ces changements », précise Chantal Riby, chargée de marketing à la direction agricole de Groupama SA. « De la même façon que nous assurons les tracteurs ou les moissonneuses batteuses, nous devions proposer une couverture adaptée aux nouveaux robots agricoles ».

L’assurance de Groupama protège ainsi contre les éventuels dommages causés par le robot agricole à un tiers, contre les dommages corporels causés à son utilisateur et contre les dommages matériels subis par le robot suite à un accident ou en cas de vol ou de vandalisme. Pour faire passer le message, le groupe mutualiste a choisi un partenariat avec la start-up toulousaine Naïo Technologies, à l'occasion du Salon international du machinisme agricole (SIMA), qui se tient du 26 février au 2 mars 2017, à Paris Nord Villepinte.

Pendant toute la durée du salon professionnel, le nouveau robot de désherbage Dino, développé par Naïo Technologies, est présenté sur le stand Groupama. « Une illustration de l’apport de Groupama pour sécuriser les évolutions technologiques du machinisme agricole», souligne Chantal Riby. Et une belle vitrine commerciale pour la start-up toulousaine !

Dommages causés à un tiers... ou à son utilisateur

Après plusieurs années de R&D, Naïo Technologies, décline progressivement toute une famille de robots autonomes dédiés au désherbage mécanique. Les premiers modèles, baptisés Oz, plutôt adaptés aux petites productions maraichères, sont commercialisés depuis fin 2015. Une soixantaine sont aujourd'hui en circulation. Dans la foulée, la société vient de sortir Dino. Plus imposant que le premier modèle de la famille, Dino est un robot conçu pour du binage de productions légumières de plein champs, pour des surfaces de plus de 10 hectares. Il enjambe les rangs de plants et peut ainsi désherber plusieurs lignes simultanément. En parallèle, les équipes de développement de la société préparent la sortie commerciale de deux autres robots, cette fois plus adaptés au travail de la vigne : Bob, pour des écartements étroits entre les rangs de vigne et Ted, pour des écartements plus larges. Avec cette famille élargie, la start-up entend bien s'imposer à l'international.

Créée en 2011 et installée à Ramonville-Saint-Agne, dans la proche banlieue toulousaine, Naïo Technologies emploie 21 salariés (dont une dizaine de personnes recrutées dans les tous derniers mois) et a réalisé, en 2016, un chiffre d'affaires de 600 000 euros.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le CEA et AddUp s'associent pour développer la fabrication additive dédiée au secteur de l'énergie

Le CEA et AddUp s'associent pour développer la fabrication additive dédiée au secteur de l'énergie

En marge du Salon 3D Print, le CEA et le spécialiste de l'impression 3D métal AddUp ont annoncé une collaboration technique[…]

Calcul intensif, trophée 3D Print, captage de CO2... les meilleures innovations de la semaine

Calcul intensif, trophée 3D Print, captage de CO2... les meilleures innovations de la semaine

Quand les robots tirent les ficelles

Avis d'expert

Quand les robots tirent les ficelles

Avec OneWeb, Airbus accélère la cadence

Avec OneWeb, Airbus accélère la cadence

Plus d'articles