Nous suivre Industrie Techno

Prix des ingénieurs de l'Année

Pour une carrière : Jacques Lewiner

Jean-François Preveraud
Il valorise ses recherches par des start-up en série.

Modeste et ludique.  Le bureau de Jacques Lewiner est à son image. Exigu, ses murs repeints tranchent avec ceux, jaunis, du bâtiment A de l'Ecole supérieure de chimie et physique industrielles de Paris (ESCPI ParisTech).

Son antre depuis plus de 37 ans. Sur le rebord de la fenêtre, des dizaines de petits personnages et de robots. Certains ont réussi à s'échapper sur un immense plateau de bois, qui sert de table de travail au professeur depuis son arrivée à l’école. « C'était celui de Marie Curie. Mais avant de l'adopter, j'ai vérifié qu'il n'était pas radioactif », rassure, souriant, le directeur scientifique honoraire de l'école.

C’est Pierre-Gilles de Gennes, prix Nobel de Physique et directeur de l’Ecole, qui l’a fait venir du CNRS. Aujourd’hui, à 63 ans, il y enseigne toujours la physique des solides et l’électromagnétisme. Il dirige toujours son Laboratoire d'électricité générale. Une dénomination désuète qui fait sourire dans notre monde de l’électronique. « J'ai gardé le nom qu’avait choisi Paul Langevin, l’ancien directeur de l’¹école, pour le laboratoire où il avait mené ses travaux sur le sonar. J'ai bien fait. Il me permet de toucher à tous les sujets ».

Les électrets à la base de ses 1 000 brevets

De fait, c'est dans ce laboratoire qu'il a découvert les électrets - ces matériaux qui conservent leur charge - imaginés, cent ans plus tôt par le savant britannique Oliver Heaviside. Une découverte pour laquelle il va déposer plusieurs brevets. L’un d’entre eux va trouver preneur et générer suffisamment de revenus pour permettre à Jacques Lewiner d’en déposer. beaucoup d'autres. Il en a déposé plus de 1 000 en comptant les extensions internationales. « En fait, j'ai juste marché dans les pas de mes prédécesseurs, comme Pierre Curie. C'est lui qui a insufflé à cette école cet esprit de liberté, qui permettait aux chercheurs de déposer des brevets, mais à leurs frais et à leurs risques ».

Bien sur, tous les brevets de Jacques Lewiner n'auront pas le même succès.

Et, s’il se félicite d’avoir par ce biais attiré dans son bureau des personnages atypiques, les industriels ne s’y sont pas toujours bousculés.

Qu’à cela ne tienne. Pour vendre ses idées, le physicien ira jusqu'à prendre un stand sur un salon dédié aux composants électriques professionnels !

Horreur, pour la communauté scientifique. « Le Monde m’a même consacré une page ! »

A l’origine de nombreuses start-up

L’inventeur s’est aussi transformé en entrepreneur. Seul, une fois, puis avec d’anciens étudiants, comme Eric Carreel, avec qui il a crée Inventel et développé la première box internet. Il a aussi persuadé Georges Charpak, prix Nobel de Physique, de créer avec lui une entreprise d’imagerie médicale 3D Biospace (rebaptisée Eos Imaging). Plus récemment, c’est avec un jeune entrepreneur, Christophe Bonazzi, qu’il développe Finsecur, pour fabriquer, en France, des détecteurs de fumée professionnel.

Il est aussi de l’aventure Cytoo, une start-up qui sait organiser les cellules en culture, issue des nouveaux laboratoires des biologies de l’école, installés par lui et Pierre-Gilles de Gennes.

Mais ce n’est pas seulement auprès de l’industrie, mais aussi des jeunes, qu’il veut valoriser la recherche. « La science c’est marrant. Et contrairement à ce que l’on pense, tout est à découvrir ». Une conviction qu’il partageait avec Pierre-Gilles de Gennes. Ensemble, ils ont créé l’espace des Sciences, ouvert au public, au sous-sol de l’Ecole, et soutenu le projet ‘‘la main à la pâte’’ de Georges Charpak, destiné aux écoles. « On s’est bien amusé. L’important, c’était de donner un sens à notre action : la transmission ». Discrètement, via des oeuvres caritives auprès des plus démunis du monde, il continue cette œuvre.

Aurélie Barbaux
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pénurie de respirateurs : les makers du monde entier progressent à grands pas

Pénurie de respirateurs : les makers du monde entier progressent à grands pas

Au début partis en ordre dispersé, les makers du monde entier se structurent pour élaborer des modèles de respirateurs[…]

30/03/2020 | IngénierieIndustrie
L'IRT SystemX veut hybrider IA, connaissances métier et modèles physiques

L'IRT SystemX veut hybrider IA, connaissances métier et modèles physiques

Trophées des ingénieurs du futur : lauréat et nommés dans la catégorie Tech for Good

Prix des ingénieurs de l'Année

Trophées des ingénieurs du futur : lauréat et nommés dans la catégorie Tech for Good

Trophées des ingénieurs du futur : lauréat et nommés dans la catégorie Digital

Prix des ingénieurs de l'Année

Trophées des ingénieurs du futur : lauréat et nommés dans la catégorie Digital

Plus d'articles