Nous suivre Industrie Techno

Pour ses cartons, Kaysersberg préfère la flexographie

Benoît Rey

Sujets relatifs :

,
Pour ses cartons, Kaysersberg préfère la flexographie

© D.R.

- La société se dote d'une presse à sept couleurs pour augmenter sa flexibilité et la qualité d'impression des emballages en carton ondulé.

C'est la première machine de ce type en France. La Masterflex 1600, conçue par la société suisse Bobst, est installée, depuis le mois de février, sur le site de Saint-Just-en-Chaussée (Oise) de DS Smith Kaysersberg. Auparavant, le fabricant d'emballages industriels imprimait ses cartons ondulés en cinq couleurs au maximum. Une de ses presses flexographiques fonctionnait seulement en quadrichromie , à partir des couleurs élémentaires cyan, magenta, jaune et noir. C'est sur cette machine qu'un investissement de 1,5 million d'euros a permis d'ajouter trois couleurs supplémentaires.

La décision peut paraître curieuse. En termes de qualité, l'offset et l'héliogravure jouissent d'une bien meilleure réputation que la flexographie. L'offset, par exemple, existe déjà couramment en huit couleurs. Explication de Marc Chiron, responsable marketing chez Kaysersberg : « Nous maîtrisons ces deux procédés, mais ils ne sont applicables aux cartons de grande taille qu'en préprint. C'est-à-dire que l'on doit d'abord imprimer l'image sur une feuille de papier, puis dans un second temps la coller au carton. » Avec la flexographie, en revanche, il est possible d'imprimer sur le carton ondulé directement !

Pour imprimer ses cartons, Kaysersberg les fait désormais passer par sept groupes imprimeurs successifs, chacun y déposant une couleur. Chaque groupe imprimeur se compose de trois cylindres en rotation. Le premier est l'aniloxe. Il transfère l'encre vers le cylindre porte-cliché. L'encre s'y dépose sur les parties en relief. Puis elle est transférée, par l'intermédiaire du cylindre dit de compression, sur la feuille de carton. Selon Serge Odof, spécialiste de l'impression d'emballage à l'école d'ingénieurs Esiec de Reims, c'est ici que réside l'intérêt de la flexographie : « Le cliché est en caoutchouc ou en polymère ; il n'écrase pas le carton, contrairement à l'héliogravure où il est en métal. »

La grande distribution intéressée

Quant à l'ajout de trois couleurs, il permet de nouvelles nuances et des teintes particulières, irréalisables en quadrichromie, comme l'orange Veuve Clicquot par exemple. Avec sept couleurs, en revanche, un même emballage carton pourra désormais reproduire une photographie en quadrichromie ; il en restera encore trois pour le logo de la marque qui, souvent, exige des couleurs Pantone. On peut même réserver un groupe imprimeur pour l'application d'un vernis de protection, de brillance ou d'imperméabilité...

Tout cela se fait avec une résolution maintenant proche de l'offset ! La trame maximale de la Masterflex est de 135 lignes par pouce, soit pratiquement celle de l'offset, usuellement de 150. De plus, elle peut atteindre une cadence de 10 000 feuilles par heure, soit 2 000 de plus que l'offset !

Ce type d'impression concerne avant tout les produits de luxe. « Plus pour longtemps », souligne Marc Chiron. Car la tendance actuelle, dans la grande distribution notamment, consiste à investir dans les "prêts-à-vendre". Ce sont les emballages dont on arrache la partie supérieure, et qui servent ainsi de présentoirs sur les rayons des supermarchés. Ils se doivent d'être le plus attractif possible.

Si la tendance se confirme, on devrait donc voir apparaître de plus en plus de presses à sept couleurs. Kaysersberg d'ailleurs en a d'ores et déjà commandé une nouvelle. Elle devrait arriver courant juin dans son usine alsacienne de Kunheim.

TRAVAIL EN TEMPS MASQUÉ

- Les trois groupes imprimeurs supplémentaires de la Masterflex apportent un avantage de plus en plus prisé aujourd'hui : ils permettent de travailler en temps masqué. Comme l'explique Daniel De Berti, le directeur de Bobst France : « On peut, par exemple, enchaîner instantanément de la trichromie et de la quadrichromie. Pendant que les trois premiers groupes fonctionnent, le personnel peut préparer les quatre autres pour le prochain tirage. » Lors de commandes courtes ou moyennes, le gain de temps est ainsi considérable.

EN BREF

le PROBLÈME - Obtenir de plus beaux rendus d'impression. - Pouvoir préparer le tirage suivant en temps masqué. la SOLUTION - Ajouter trois groupes imprimeurs à la quadrichromie déjà en place.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0900

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies