Nous suivre Industrie Techno

Pour communiquer en toute sécurité

Mirel Scherer
PARIS, PORTE DE VERSAILLES, 31 MARS, 1ER ET 2 AVRIL 2009. Le choix d'une solution adaptée à l'application reste un casse-tête dans la "jungle" des réseaux industriels. Les solutions proposées vont des modules d'interfaçage polyvalents aux plates-formes de communication ouvertes.

En dépit d'une présence assez anémique à cette quatrième édition du salon M to M, le domaine reste hautement stratégique. De l'industrie automobile au contrôle industriel en passant par la gestion et la maintenance d'équipements, la domotique, l'électronique, la santé... tous les domaines sont concernés. Encore faut-il prévoir la bonne connexion entre les équipements, qu'elle soit réalisée via un réseau câblé ou sans fil. «-De nouveaux protocoles et standards émergent en permanence et il est très difficile pour un fabricant de composants d'automatisme d'y voir clair-», constate Marc Richard, directeur commercial d'HMS France, un fournisseur suédois de solutions d'interfaçage entre les automatismes et les réseaux industriels.

Dans ce foisonnement de solutions, l'Ethernet Industriel constitue néanmoins une valeur repère. Réseau temps réel, large bande ou haut débit... il diffuse petit à petit dans toutes les solutions. Même Sercos, le protocole de communication devenu un quasi standard dans les automatismes, annonce sa version compatible Ethernet. «-Cet engouement s'explique par la souplesse de cette solution mais il reste difficile de faire son choix parmi les six solutions propriétaires existantes-», note Marc Richard.

L'équation n'est pas plus simple pour les bus de terrain. Et que dire de la concurrence entre Ethernet Industriel et ces réseaux de terrain-? «-Je ne crois pas, pour des raisons de fiabilité et de coûts, au remplacement pur et simple de ces derniers par une solution Ethernet, considère Marc Richard. Certains domaines industriels comme les biotechniques ou la chimie cherchent toujours des solutions éprouvées et privilégieront donc les bus de terrain.-»

Un dispositif polyglotte

Pour résoudre ce casse-tête, HMS propose une solution d'interfaçage modulaire-: le Anybus CompactCom. C'est un dispositif plug and play qui relie les dispositifs d'automatisme à n'importe quel réseau industriel. Le secret de ce dispositif "polyglotte"-? Une combinaison astucieuse des modules actifs (créés selon la spécification du réseau industriel correspondant et incluant ce protocole jusqu'à la couche 7 du modèle OSI-open system interconnection) et des modules passifs. Ces derniers fournissent l'interface physique (RS-232, RS-485, USB, Bluetooth...) avec le réseau sélectionné.

Le souci du bon choix de la solution de communication anime aussi Teamlog qui propose une offre complète (matériel, logiciel et services) basée sur une plateforme ouverte. Baptisée Open-Ware, cette dernière comporte une interface homme-machine, un serveur de médiation, un adaptateur pour assurer la conversion de protocoles et des outils de connexion compatibles avec les différents réseaux (Ethernet, Wi-Fi, Zigbee,-etc.). Spécialiste de solutions d'interconnexion des équipements distants, Kerlink s'intéresse lui aussi aux défis de communication des applications industrielles. «-L'enjeu du M to M n'est pas seulement de faire dialoguer les équipements, mais d'améliorer leur exploitation-», affirme Simon Chignard, directeur marketing de cette jeune pousse créée en 2004 sur le site de Rennes Atalante. L'interconnexion doit autoriser les interactions avec les installations industrielles. Pour améliorer par exemple, le temps de réponse à un incident. Ou avoir une vision détaillée et précise de ce qui se passe dans une usine pendant la fabrication. Pour répondre à ce défi, Kerlink propose des services et des outils conçus spécialement pour le M to M. Exemple-: Wirma, des calculateurs communicants sous Linux qui se déclinent selon le domaine d'application. Ou les Wirtrack, des balises communicantes qui recueillent et stockent les données pour les fournir à la demande. Ou encore des services opérés à partir de son propre réseau M to M, le Wanesy. Omnipotent, ce dernier est capable de mobiliser l'ensemble de réseaux qui existent sur le site pour garantir la qualité des interventions. Une sécurité supplémentaire pour l'utilisateur...

ANALYSEUN MARCHÉ EN FORTE EXPANSION

Selon le cabinet Idate, le M to M suscite un fort engouement des entreprises qui y voient la possibilité de gagner en productivité, en compétitivité et en sécurité. Plus de 10-milliards d'équipements devraient être communicants en 2012 (dont 95-% hors équipements informatiques) estiment ainsi ses experts. La croissance du M to M devrait donc se poursuivre, dans de multiples secteurs d'activité et d'applications, via des technologies matures (Ethernet, ADSL, GSM,-etc.).

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0911

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Bataille navale en 3 D

Bataille navale en 3 D

DCNS, spécialiste français des systèmes navals de défense, a présenté au salon Laval Virtual son premier démonstrateur de table tactique 3 D. La DCNS[…]

01/05/2009 | alertesINNOVATIONS
Innover pour résister à la crise

Innover pour résister à la crise

Les navires équipés contre les marées noires

Les navires équipés contre les marées noires

La mesure 
dans tous ses états

La mesure dans tous ses états

Plus d'articles