Nous suivre Industrie Techno

Positionnement par satellite : un récepteur GPS et Galileo qui gagne en précision

Positionnement par satellite : un récepteur GPS et Galileo qui gagne en précision

Le système Galileo compte actuellement 22 satellites en orbite. A terme, il devrait en compter 24 et deux unités de secours.

© ESA-J. Huart

Dans le cadre du projet EDG²E, l'Agence européenne du système global de navigation par satellite (GSA) souhaite développer un récepteur capable de prendre en compte les signaux GPS et Galileo améliorés par le système EGNOS. Durant quatre ans, Thales dirigera le consortium de partenaires et ATR testera le prototype du récepteur sur l'une de ses machines.

Le 8 mars 2018, l’Agence européenne du système global de navigation par satellite (GSA) a lancé le projet EDG²E (Equipement à double fréquence pour les systèmes GPS, Galileo et EGNOS). Pour une durée de quatre ans, il consiste à développer le prototype d’un nouveau récepteur GNSS (Global Navigation Satellite System). Capable de prendre en compte les signaux issus des systèmes de positionnement américain GPS et européen Galileo, il utilisera également les données du système d’augmentation spatial EGNOS.

Sous la supervision de Thales, le projet impliquera également Thales Alenia Space, AKKA, Dassault Aviation, la Direction générale de l’aviation civile et ATR. Le fabricant de turbopropulseur testera le prototype sur l’un de ses avions.

Un avion en vol utilise les signaux de navigation reçus de la part de satellites des systèmes de positionnement américains GPS ou russes Glonass, et prochainement ceux du futur système européen Galileo. Mais ces signaux contiennent des erreurs. Pour améliorer leur précision, l’avion a recours à un système d’augmentation par satellite (SBAS)

Composé de trois satellites géostationnaires et d’un réseau de stations au sol, le SBAS européen EGNOS est certifié pour l'aviation depuis 2011. Il envoie des informations sur la fiabilité et la précision des signaux GPS en utilisant une seule fréquence. Une nouvelle version en cours de développement chez Airbus, EGNOS v3, utilisera deux fréquences pour communiquer et améliorer les signaux des systèmes GPS et Galileo.

« Le projet EDG²E constitue une étape importante pour la GSA, car il contribuera à la disponibilité de produits de haute technologie sur le marché de l'aviation, exploitant les fonctions multi-constellation à double fréquence offertes par EGNOS v3 », indique dans un communiqué Jean-Marc Pieplu, chef du programme EGNOS à la GSA.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Sido, drone martien, particules robotiques... les innovations qui (re)donnent le sourire

Sido, drone martien, particules robotiques... les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

L’avion géant de Stratolaunch a volé pour la première fois

L’avion géant de Stratolaunch a volé pour la première fois

Argos4 quitte les salles blanches de Soterem

Argos4 quitte les salles blanches de Soterem

Vidéo ultra-ralentie, éolienne télescopique, Prisma… les meilleures innovations de la semaine

Vidéo ultra-ralentie, éolienne télescopique, Prisma… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles