Nous suivre Industrie Techno

abonné

[Portrait] Julien Blanchard, l'entrepreneur qui veut décarboner l’industrie du ciment

Alexane Roupioz
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Portrait] Julien Blanchard, l'entrepreneur qui veut décarboner l’industrie du ciment

Julien Blanchard, président d'Hoffmann Green Cement Technologies.

© Pascal Guittet

Moderniser l’industrie des matériaux de construction pour la rendre plus verte, tel est le credo de Julien Blanchard, cofondateur et PDG de Hoffmann Green Cement Technologies. Après une première usine du futur inaugurée en 2018, qui produit du ciment sans clinker, deux autres sites verront bientôt le jour.

C'est un bâtiment au design sobre dont les murs blancs et rouges contrastent avec les champs verdoyants aux alentours. Trois panneaux photovoltaïques produisent 25 % de l’énergie consommée sur le site. À l’intérieur, 48 silos parfaitement alignés, plus d’un kilomètre de convoyeurs et 200 automates tournent à plein régime. Implanté à Bournezeau, en Vendée, le site baptisé H1 produit chaque année 50 000 tonnes de ciment. Pourtant, ici, aucune cheminée ni aucun four. Hoffmann Green Cement Technologies dessine un avenir plus vert pour l’industrie du ciment. « Lorsqu’on parle de transition écologique, on fixe des objectifs à 2030, puis à 2050. C’est à notre génération de porter ce changement, et chaque jour compte », affirme avec conviction Julien Blanchard, le cofondateur et président d’Hoffmann Green.

À tout juste 40 ans, l’entrepreneur originaire des Deux-Sèvres est à la tête de trois entreprises vendéennes dans les matériaux de construction. Une aventure commencée quinze ans plus tôt, en 2006, lorsque, son diplôme de commerce en poche, il rachète la briqueterie Gillaizeau, alors en redressement judiciaire. « À l’époque, j’avais le choix entre prendre un poste de responsable marketing dans une société ou reprendre une entreprise pas chère. J’ai fait le pari de l’entrepreneuriat. » Julien Blanchard plonge dans le monde de l’industrie. Dès son arrivée aux commandes de Gillaizeau, il relance la gamme de produits et modernise les procédés et les bâtiments de cette société qui exploite des carrières d’argile pour fabriquer des briques, carreaux, tuiles et plaquettes en terre cuite.

À l'affût des tendances

En 2007, alors que l’entreprise renaît de ses cendres, le Grenelle de l’environnement et ses préconisations en matière d’éco-construction l’interpellent. « Je suis toujours à l’affût des tendances et des décisions prises pour essayer de comprendre l’évolution du marché. À ce moment-là, je me suis dit qu’il fallait se tourner vers des produits plus respectueux de l’environnement. » En 2009, inspiré par des exemples en Allemagne et au Japon, il crée Argilus pour développer des éco-matériaux à base d’argile crue. À 30 ans, il dirige deux entreprises avec passion, rigueur et acharnement. « Julien a énormément[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1045

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2021 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Recyclage des batteries : ruée vers l’hydrométallurgie

Recyclage des batteries : ruée vers l’hydrométallurgie

L’évolution de la réglementation européenne sur le recyclage des batteries lithium-ion, prévue pour 2022, pousse les[…]

Plastiques : Carbios inaugure son démonstrateur industriel de recyclage enzymatique

Plastiques : Carbios inaugure son démonstrateur industriel de recyclage enzymatique

Electrode en silicium pur et électrolyte solide : une nouvelle architecture de batterie Li-ion

Fil d'Intelligence Technologique

Electrode en silicium pur et électrolyte solide : une nouvelle architecture de batterie Li-ion

La start-up Fairmat lève 8,6 millions d’euros pour recycler les composites à fibres de carbone avec des robots

La start-up Fairmat lève 8,6 millions d’euros pour recycler les composites à fibres de carbone avec des robots

Plus d'articles