Nous suivre Industrie Techno

Pollutec : la microfluidique au service de la qualité de l’air et de l’eau

Pollutec : la microfluidique au service de la qualité de l’air et de l’eau

Un échantillonneur Fluidion

La microfluidique, nouvelle star des systèmes de mesure environnementaux ? Ces dernières années, ceux-ci se sont miniaturisés et sont devenus connectés. Depuis quelques années, on parle même de microfluidique : les réactifs circulent dans des canaux de l’ordre du micromètre ou de la dizaine de micromètre. Deux start-up présentent au salon Pollutec 2016 des dispositifs de mesures de qualité de l’air et de l’eau microfluidiques prêts à la commercialisation.

Les systèmes de mesure et détection de la qualité de l’eau et de l’air évoluent. De plus en plus petits, ils sont aussi de plus en plus précis. Et la réglementation se fait en parallèle plus contraignante que jamais, en raison des forts coûts sanitaires qu'imposent ces pollutions. En particulier la qualité de l’air intérieur, dont le coût pour la collectivité est de 20 milliards d’euros par an, souligne Stéphanette Englaro, présidente et DG de la start-up In'Air Solution. Celle-ci présente un analyseur de formaldéhyde, une substance cancérigène présente surout dans les espaces intérieurs. L'analyseur est basé sur deux brevets déposés avec le CNRS par Stéphane Le Calve, l'inventeur de la solution, et repose sur la technologie microfluidique : un réactif s’écoule en continu dans le réseau, d’où il réagit avec l’air extérieur. En cas de présence de formaldéhyde, le réactif émet un signal fluorescent repéré par un système optique. La dose de réactif nécessaire étant très peu importante, la start-up présente un système deux fois plus petit que ses homologues actuels, plus sélectif et précis (une mesure toutes les deux secondes). Là où plusieurs systèmes concurrents risquent de confondre formaldéhyde et éthanol, In Air Solutions assure distinguer les deux à tous les coups. La start-up devrait bientôt proposer avec le même principe un analyseur intégrant capteur de benzène, tolluène, éthylène et xylène.

Le couplage de la technologie Mems avec la microfluidique

Outre la qualité de l'air, la qualité de l'eau est aussi un enjeu sanitaire majeur. La start-up Fluidion s'attaque au problème avec son système Alert, qui prélève et analyse les paramètres physico-chimiques et microbiologiques (e-coli, coliformes) des eaux de baignade, de pêche, d’eau potable ou des rejets de station d’épuration. Elle s’appuie sur un couplage innovant des technologies Mems (micro electro mécanical systems) et microfluidique, qui permet le prélèvement de plusieurs dizaines d'échantillons indépendants, à des temps précisément contrôlés, et avec très peu de consommation électrique. Les données sont ensuite communiquées à distance. Fluidion travaille aussi sur un drone navigant et téléopérable pour faire ces mesures in situ. La start-up est lauréate de la Vitrine de l’innovation du salon Pollutec 2016.

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Selon l’AIE, le photovoltaïque connaîtra une croissance « spectaculaire » d’ici 5 ans

Selon l’AIE, le photovoltaïque connaîtra une croissance « spectaculaire » d’ici 5 ans

Dans un rapport publié ce 21 octobre, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit une forte hausse des[…]

Pour bien commencer la semaine : La 5G, une rupture en matière de cyber-risques

Pour bien commencer la semaine : La 5G, une rupture en matière de cyber-risques

« La donne change pour la récupération de chaleur fatale dans l’industrie », lance Gilles David, PDG d’Enertime

« La donne change pour la récupération de chaleur fatale dans l’industrie », lance Gilles David, PDG d’Enertime

Comment le Syndicat des énergies renouvelables veut accélérer le développement des EnR en France

Comment le Syndicat des énergies renouvelables veut accélérer le développement des EnR en France

Plus d'articles