Nous suivre Industrie Techno

Poietis veut imprimer du vivant

Poietis veut imprimer du vivant

© dr

[Start-up - entreprises]

Fondée en 2014 et dirigée par Fabien Guillemot, la start-up Poietis basée à Bordeaux s'est spécialisée dans les techniques de bioprinting, ou bioimpression en français.

La jeune pousse utilise la bioimpression par laser pour reproduire la complexité des tissus biologiques. Une fois imprimés couche par couche selon des organisations préddéfinies par conception numérique, les tissus sont placés dans un bioréacteur pour faire émerger des fonctions biologiques spécifiques. Cette technologie permet, entre autres, de créer des greffons artificiels de cornée et de peau.

Le développement et la fabrication de tissus biologiques représentent des enjeux socio-économiques évalués à 15 milliards de dollars en 2014. Il devraient doubler d'ici 2018. Outre la médecine régénératrice, les tissus vivants bioimprimés trouvent aussi des applications dans les industries cosmétique et pharmaceutique. L'Oréal a, par exemple, récemment noué un partenariat avec l'américain Organovo, qui développe une technologie concurrente de Poietis, afin d'accélérer sa production d'échantillons de peau pour tester ses nouveaux produits. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

Alors que les autorisations de mise sur le marché des vaccins contre le covid-19 doivent être accordées prochainement, les moyens[…]

15/12/2020 | SantéLogistique
Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

Plus d'articles