Nous suivre Industrie Techno

Plus de flops pour un supercalculateur suédois

Antoine Cappelle
Plus de flops pour un supercalculateur suédois

Ce Cray XT6m sera amélioré pour passer de la 28e à la 5e place européenne en terme de puissance

© PDC Center for high performance computing

Le plus puissant calculateur académique de Suède sera amélioré pour atteindre la performance de pointe de 305 Teraflops, soit mille milliards d’opérations par seconde.

L’engin, situé au centre de calcul de hautes performances de l’ Institut Royal de Technologie (KTH), est actuellement en service. Il contient 11 040 cœurs de calcul et tourne à 93 Teraflops. Ce Cray XT6m est déjà 76 e au classement mondial des ordinateurs les plus puissants. En Europe, il atteint la 28 e place. La version améliorée – Cray XE6 – sera disponible cet automne. Avec ses 305 Teraflops, elle dépassera le Grand équipement national de calcul intensif (GENCI), le plus puissant calculateur de France. Actuellement cinquième au classement européen, l'ordinateur français atteint les 268 Teraflops.

Le système suédois est financé par le KTH et l’Infrastructure nationale suédoise pour le calcul (SNIC). Il sera basé sur les processeurs à douze cœurs AMD Opteron  ''Magny-Cours"" et la technologie d’interconnexion de Cray Gemini. Le contrat inclut également Southpole AB, fournisseur de serveurs sous Linux.

Le Cray XE6 sera intégré au réseau européen de supercalculateurs, dans le cadre de projets tels que PRACE (partenariat pour le calcul avancé en Europe). Il sera destiné à la recherche, dans des disciplines telles que les sciences de la vie, la mécanique des fluides ou la modélisation du climat.

Antoine Cappelle

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

L’augmentation exceptionnelle du nombre de cyberattaques, marquée notamment par celles contre les hôpitaux de Dax et de[…]

« Il faut former beaucoup plus sur les risques de cyberattaques » lance Marc-Oliver Pahl, chercheur à l’IMT Atlantique

« Il faut former beaucoup plus sur les risques de cyberattaques » lance Marc-Oliver Pahl, chercheur à l’IMT Atlantique

Calcul quantique : Les grands industriels font leurs gammes dans la programmation

Calcul quantique : Les grands industriels font leurs gammes dans la programmation

Pourquoi la troisième démonstration de l’avantage quantique est moins spectaculaire mais bien plus rigoureuse

Pourquoi la troisième démonstration de l’avantage quantique est moins spectaculaire mais bien plus rigoureuse

Plus d'articles