Nous suivre Industrie Techno

PLM : Patchwork3D donne de l’hyperréalisme à vos projets

Jean-François Preveraud
PLM : Patchwork3D donne de l’hyperréalisme à vos projets

Faire des réunion de projet autour de modèles hyperréalistes modifiables en temps réel.

© EADS Sogerma

Petite plongée dans le monde de l’image hyperréaliste interactive cette semaine avec la rencontre de Philippe Dieudonné, responsable de Lumiscaphe, à l’occasion de la sortie de la version 4.0 du logiciel Patchwork3D.

Enfin un éditeur heureux dans un marché morose ! Avec un chiffre d’affaires de 1,3 millions d’euros en 2009, en hausse de 30 %, l’éditeur bordelais Lumiscaphe passe à travers la crise. Il faut dire qu’il est l’un des rares développeurs à proposer des outils pour créer des images 3D hyperréalistes interactives.                                                      

« Après avoir créé notre filiale américaine l’an passé à Los Angeles, non loin des studios de design californiens, nous avons ouvert cette année un bureau près de Detroit pour être encore plus proche des responsables du style de l’industrie automobile. Nous venons de faire la même opération en Allemagne avec l’ouverture d’une filiale basée à Munich. Et nous abordons la marché chinois via un partenariat avec le distributeur Axis3D », confie Philippe Dieudonné, responsable commercial de Lumiscaphe.

Il faut dire que l’offre Patchwork3D, dont la version 4.0 vient de sortir, ne manque pas d’attraits. « Nous nous situons au même niveau de performances, voire au-dessus de celui de notre concurrent direct, DeltaGen de l’éditeur allemand Realtime Technology, mais nous nous concentrons sur notre rôle d’éditeur sans nous disperser vers le service, ce qui nous permet de progresser plus vite. Par contre, nous sommes plus performants que des logiciels comme Showcase d’Autodesk, qui ne dispose pas de modules d’animation ou de mise à plat des habillages 3D », estime Philippe Dieudonné.

Garder l’œil du photographe

Et ce sont bien les performances de Patchwork3D qui font son succès. La qualité des images réalisées à partir des modèles CAO 3D permet souvent d’économiser une ou plusieurs étapes de prototypage physique et de fournir, très en amont, des images directement exploitables par les services marketing et communication des entreprises utilisatrices. « Mais que l’on ne s’y trompe pas, la qualité du logiciel ne fait pas tout. C’est le ‘‘sens de l’image’’ du spécialiste qui va l’utiliser qui fera toute la valeur ajoutée ».

Parmi les principales nouveautés de la version 4.0 de Patchwork3D notons le support des architectures 64 bits, ce qui permet de s’affranchir des contraintes de taille de modèle et de vitesse de traitement. Autre évolution majeure le module de post-traitement 2D temps réel. Il devient ainsi possible pour la création des maquettes d’aspect virtuelles d’ajouter en temps réel du ‘‘grain photo’’ aux images. « Cela évite d’avoir à les retoucher après coup à l’aide de Photoshop. Comme dans la réalité, l’opérateur adapte en temps réel son point de vue, ses éclairages et ses réglages lors de la création de l’image, plutôt que de retraiter une image figée ». Ces images peuvent être exportées au format .kfx pour faciliter leur réutilisation et être paramétrées en dimension métrique ou en pixels.                                                           
Autres évolutions, celles des éditeurs de sélections, de matériaux et de capture, qui voient leurs performances augmenter. Un nouvel éditeur de sélections dans Shaper permet de mémoriser et rappeler plusieurs sélections et peut utiliser des expressions régulières travaillant sur le nom des surfaces (par exemple sélection de toutes les surfaces ayant un nom commençant par ‘‘inter’’), mais aussi de mémoriser l’affectation des matériaux et labels aux surfaces des calques d’aspect pour visualiser l’aspect final du produit.

Grâce à l’éditeur de capture, les captures sont désormais conformes à la visualisation 3D temps réel (aspect ratio de l’image, plans de coupe, grille et référentiel) L’éditeur de matériaux, quant à lui, rend possible le report automatique des dimensions de la texture affectée, de manière à conserver son échelle. Dimensions métriques qui sont importées directement du fichier d’origine, en format DPI ou qui sont renseignées par l’utilisateur. Il est aussi possible d’ajouter des ‘‘colors books’’, dont celui de Photoshop, dans le sélecteur de couleurs pour bénéficier d’une très large palette de couleurs.

Une configuration à la demande

Cette version intègre aussi l’outil de configuration ConfBuilder lancé voici un an. Celui-ci permet la création de modèles configurables à la demande par modification préprogrammée d’un certain nombre de paramètres (harmonies ; variantes géométriques…). Une application ActiveX, ConfExplorer, permet à l’utilisateur final de créer et de visualiser en temps réel les modèles créés dans ConfBuilder.                                                               

Autant d’arguments qui rendent Philippe Dieudonné confiant dans l’avenir : « Nous devrions connaître une croissance de l’ordre de 50 % en 2010 ce qui nous permettrait de dépasser le seuil symbolique des 2 millions d’euros ». D’autant que Lumiscaphe entend aborder de nouveaux marchés, notamment dans le domaine de l’architecture. « L’arrivée de cette version 64 bits permet de traiter correctement les gros modèles et de se déplacer en temps réel à l’intérieur, sans sacrifier le réalisme des rendus et de l’éclairage, voire de valider d’éventuelles interférences ou collisions ».

Après les produits, Lumiscaphe est donc prêt pour valider leurs lieux de vente. Une approche qui devrait plaire à de nombreux grands industriels.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.lumiscaphe.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l’Usine Nouvelle, suit depuis plus de 28 ans l’informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il a été à l’origine de la lettre bimensuelle Systèmes d’Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Après avoir optimisé la consommation énergétique des équipements électriques et électroniques du[…]

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Éco-conception : À Wattrelos, Decathlon peaufine son modèle vertueux

Dossiers

Éco-conception : À Wattrelos, Decathlon peaufine son modèle vertueux

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Plus d'articles