Nous suivre Industrie Techno

PLM : CapGemini renforce ses liens avec PTC

Jean-François Prevéraud
PLM : CapGemini renforce ses liens avec PTC

Ludovic Rota, directeur du centre d’excellence PLM pour CapGemini en France

© DR

A l’occasion de l’annonce du renforcement du partenariat avec l’éditeur de Windchill, Industrie & Technologies a rencontré Ludovic Rota, le directeur du centre d’excellence PLM pour CapGemini en France, afin de faire un tour d’horizon du marché du PLM vu par l’intégrateur.

Avec plus de 150 experts en PLM, à la fois en processus métier et en logiciels applicatifs, CapGemini est l’un des principaux intégrateurs de PLM en France, où il réalise de dix à quinze projets par an. Il vient de renforcer ses liens avec PTC autour de la solution Windchill en signant un accord de partenariat qui formalise et renforce une collaboration qui remonte déjà à plusieurs années.

« Cet accord renforce nos liens avec PTC. Nous aurons ainsi une meilleure visibilité sur la stratégie et les développements à venir pour la solution Windchill, nos consultants seront mieux formés, nous pourrons faire intervenir des experts de PTC auprès de nos clients et nous aurons accès aux équipes de R&D pour répondre à des demandes clients spécifiques », explique Ludovic Rota, directeur du centre d’excellence PLM pour CapGemini en France.

CapGemini est actif depuis plus de dix ans dans le domaine du PLM pour de grands industriels dans les domaines aéronautique, spatial et défense. Il y travaille autour de trois solutions : Enovia de Dassault Systèmes ; TeamCenter de Siemens PLM Software et Windchill de PTC. « Nous nous limitons à ces trois solutions, car pour disposer d’une réelle expertise, il ne faut pas se disperser. D’ailleurs elles répondent, chacune avec leurs spécificités, à la plupart des besoins de nos clients. Dassault Systèmes aborde le PLM par la 3D et l’expérience utilisateur final ; PTC est très orienté sur le référentiel autour de la gestion de la donnée ; Siemens PLM Software met en avant son expérience d’industriel et sa maîtrise de la production. »

Assurer la veille

Une sélection qui n’empêche pas CapGemini de faire de la veille technologique sur les autres solutions du marché telles celles de Lascom, Oracle ou SAP. Autre sujet de veille : l’open source. « Nous ne nous sommes pas encore fait notre religion sur le sujet et n’avons pas trouvé une solution qui nous rassure. Le choix d’un PLM est très structurant pour une entreprise. Il doit être parfaitement adapté aux besoins. C’est pourquoi il est souvent indispensable que l’éditeur s’implique dans la mise en place d’une solution et développe au besoin des éléments particuliers. Ce qui est beaucoup plus difficile à programmer avec une communauté open source. »

Des interrogations qui valent aussi pour les solutions en cloud computing. « Il y aura certainement des gains à venir, mais pour le moment cela suscite chez les industriels beaucoup plus de questions que de passage à l’acte, même si certaines filières commencent à y passer telles l’aéronautique avec BoostAerospace. Les problèmes de confidentialité et de sécurité, hypothétiques ou avérés, restent bloquants pour la majorité des industriels. Et il ne faut pas se voiler la face la conduite du changement est difficile à réaliser, notamment dans les grands groupes. D’ailleurs, il est intéressant de noter que les PME sont beaucoup plus motrices à travers les systèmes de Supply Chain Collaborative. »

Trois axes de mutation

Un marché du PLM qui est en pleine mutation autour de trois directions principales. « Les grands groupes industriels, qui ont été les premiers à adopter une approche PLM, sont aujourd’hui confrontés à une obsolescence de leurs solutions applicatives et/ou matérielles. C’est donc l’occasion pour eux de faire un bilan et savoir comment migrer vers une solution plus performante : en changeant simplement de version de logiciel ou en passant à une solution d’un autre éditeur. »

« Le périmètre applicatif du PLM évolue aussi au sein des entreprises industrielles. Souvent issue du bureau d’études la démarche PLM s’est étendue naturellement vers la production. Mais l’on voit maintenant un fort développement vers le SAV et le support des clients. »

« Enfin, le PLM aborde des marchés émergeants pour lui, notamment à travers des besoins de suivi de cahiers des charges, de gestion de recettes, de suivi marketing, de validation de conformité vis-à-vis de référentiels réglementaires, etc. Des marchés que l’on retrouve dans des secteurs tels que l’agroalimentaire, les biens de grande consommation, la cosmétique, la pharmacie et plus généralement les sciences du vivant ».

Une évolution que CapGemini entend bien suivre. « Si nos marchés étaient historiquement dans les domaines de l’aéronautique, du spatial et de la défense, nous comptons bien dans les mois qui viennent, grâce aux tendances d’évolution que je viens de rappeler, nous développer aussi dans les secteurs de la construction automobile et de l’électronique. L’objectif étant de nous positionner comme numéro Un sur le marché de l’intégration de solution PLM auprès de l’ensemble des secteurs industriels », conclut Ludovic Rota.

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Plus d'articles