Nous suivre Industrie Techno

Plein feux sur la corrosion dans les transports

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

, ,

Nantes. Les deux journées techniques consacrées par le Cetim à la prévention de la corrosion ont passé au crible les solutions développées pour l'automobile, l'aéronautique, le naval et le ferroviaire : peintures

Thème quasiment universel, la prévention de la corrosion concerne particulièrement les transports où les conditions climatiques et d'usage mettent à rude épreuve les matériaux. D'où l'intérêt de ces deux journées techniques organisées par le Cetim les 25 et 26 septembre à Nantes et présentées par et pour des ingénieurs de bureaux d'études.

Dans le domaine de l'automobile, Mme Cordier (PSA) rappelait les règles de conception ainsi que les critères de choix des matériaux et de leur protection. Les garanties anticorrosion du constructeur vis-à-vis du client sont de 5 ans sans corrosion d'aspect visible ouvrants ouverts et véhicule sur pont et de 12 ans sans perforation sur toutes les pièces. Pour y parvenir, il a été décidé une utilisation systématique de tôles revêtues sur la robe et dans les zones les plus sollicitées de la structure (soubassement). La dépose de cataphorèse a par ailleurs été optimisée pour obtenir une épaisseur allant de 8 microns minimum pour l'intérieur de l'habitacle jusqu'à 20 microns minimum sur les zones gravillonnées.

Côté aéronautique, M. Michelin présentait les évolutions en cours de la protection des surfaces par peintures. Parmi les solutions du futur, les films adhésifs donneront accès à des revêtements fonctionnels permettant notamment de réduire les traînées aérodynamiques.

Dans le domaine des peintures navales, M. Corrieu ( DCN, Direction des constructions navales) présentait l'étendue des solutions mises en œuvre selon les matériaux concernés : acier, aluminium, composites… Tandis que M. Thouvenot, de la SNCF, détaillait les solutions à base de peintures bicouches alkydes (en phase solvant ou aqueuse) utilisées actuellement sur les véhicules roulants.

Du côté des industriels des traitements de surface, Claude Brault (SGI) présentait les atouts de l'anodisation pour la protection des alliages d'aluminium (utilisés dans tous types de transports). Il mettait surtout l'accent sur les développements en cours, concernant l'anodisation chromique. Si les textes réglementaires ne l'interdisent pas, ils imposent des résultats en matière de valeurs imites de concentration du chrome hexavalent dans les rejets de l'installation, de limitation de la quantité d'eau utilisée et de diminution des déchets produits.

De son côté, Maurice Garçon, délégué national de l'association Galvazinc rappelait le principe et l'intérêt de la galvanisation pour la protection des aciers. 'Lorsqu'on galvanise, il n'y a pas seulement dépôt de zinc sur l'acier, contrairement aux autres procédés de protection métallique ou organique. Il y a réaction métallurgique de diffusion entre le zinc et le fer, avec formation de plusieurs couches d'alliages zinc-fer'. Et d'assurer qu'en termes économiques la galvanisation, en coût direct d'achat, n'est pas plus chère qu'un système de peinture trois couches.

Chez Henkel, M. Julvez présentait la phosphatation comme traitement avant peinture des surfaces métalliques (métaux ferreux, matériaux revêtus de zinc, alliages d'aluminium et matériaux avec électrodépôt allié du type Zn/Ni ou Zn/Fe). En précisant bien que la couche de phosphatation n'est pas un traitement final de protection anticorrosion mais qu'elle doit être suivie de l'application d'un revêtement.

Chez Du Pont de Nemours ; M. Bergère rappelait les atouts du procédé de cataphorèse applicable aux substrats ferreux (fer, acier, fonte), non ferreux (zinc, aluminium ; magnésium) et alliages (zamak, laiton). Cette technique assure une déposition uniforme (spécialement pour formes complexes et au niveau des arêtes), un haut pouvoir de pénétration et une absence de coulure et de sur-épaisseurs. C'est en outre un procédé complètement automatisé garantissant un rendement élevé (plus de 90 % de rendement produit) qui génère peu de COV et pas de rejets toxiques.

Michel Le Toullec

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Filtrage des fumées, bus hydrogène, kérosène « vert »… les meilleures innovations de la semaine

Filtrage des fumées, bus hydrogène, kérosène « vert »… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Kérosène vert, hydrogène, microalgues... les innovations qui (re)donnent le sourire

Kérosène vert, hydrogène, microalgues... les innovations qui (re)donnent le sourire

La Méridionale teste un système de dépollution des fumées innovant sur son navire amiral

La Méridionale teste un système de dépollution des fumées innovant sur son navire amiral

La première station de recharge pour les bus à hydrogène inaugurée en France

La première station de recharge pour les bus à hydrogène inaugurée en France

Plus d'articles