Nous suivre Industrie Techno

Plaisance : luxe, confort et propreté

Marie Camière
Plaisance : luxe, confort et propreté

© D.R.

GÊNES (ITALIE), 4 - 12 OCTOBRE 2008. Les nouvelles technologies de bord facilitent la navigation, tandis que les moteurs de dernière génération se font plus écologiques.

Malgré la crise, la 48e édition du Salon nautique international de Gênes (Italie) a tout de même attiré 315 000 visiteurs en neuf jours, à peine moins qu'en 2007. Avec plus de 1 500 exposants venus de quarante pays, et 2 500 bateaux exposés, dont 600 à flot, ce salon reste le plus gros événement du secteur florissant de la plaisance.

1.Technologies de bord : priorité au confort

Pour rendre la navigation plus confortable et plus simple, les industriels ont amélioré les instruments existants ou développé de nouvelles solutions. Visant à faciliter les manoeuvres d'accostage, les joysticks se sont par exemple perfectionnés. Proposées en package avec des moteurs par des constructeurs comme Yanmar ou Volvo Penta, ces manettes de commande permettent de diriger le bateau dans n'importe quelle direction.

Présenté au salon, le yacht Azimut 70 Flying Bridge (22 mètres) est ainsi doté du système Easy docking, un joystick qui permet de déplacer l'embarcation dans la direction désirée en compensant automatiquement les effets du vent et des courants grâce aux informations transmises par les instruments de bord. Le norvégien Engbo a par ailleurs lancé le système EMS (Electric mooring system), qui permet de mollir ou raidir les amarres à l'aide d'une télécommande pour s'approcher ou s'éloigner du quai. Pour optimiser le confort à bord, les stabilisateurs antiroulis gyroscopiques ont eux aussi fait des progrès : le nouveau Gyro 7000 de Seakeeper a ainsi enfermé le volant dans une sphère sous vide et son frein hydraulique permet de passer du stand-by au fonctionnement en quelques secondes. Les pilotes automatiques font également des émules.

2. Moteurs : injection et convertisseurs catalytiques

Les constructeurs dirigent leurs efforts de recherche vers des solutions plus écologiques, le nec plus ultra étant le yacht hybride de Mochi Craft. Plus modestement, mais dans le même esprit, Honda Marine fait, lui, le choix d'améliorer les performances de ses références de puissance moyenne (50 chevaux) en remplaçant les carburateurs par de l'injection pour ses modèles BF 40 et BF 50. Dotés de la technologie Ecomo (Economy controlled motor) et d'un système avancé d'allumage électronique, ils réduisent de 30 % les émissions de monoxyde de carbone.

Volvo Penta a, quant à lui, présenté ses nouveaux modèles D1 et D2 (moteurs Diesel de 12 à 76 chevaux). Presque tous les composants ont été améliorés en vue d'un meilleur contrôle de l'injection et de la combus- tion, permettant de réduire de 50 % des émissions de particules. Il a également innové avec les premiers moteurs marins équipés de convertisseurs catalytiques (cinq moteurs de 150 à 400 chevaux). Fonctionnant avec des systèmes d'injection électronique multipoint, ceux-ci permettent de réduire drastiquement les émissions d'hydrocarbures et de monoxyde de carbone, satisfaisant ainsi aux exigences de la norme la plus sévère au monde en la matière, California CARB 4 star.

entendu au salon

Je crois beaucoup en l'avenir de la pile à combustible à l'hydrogène. J'espère qu'en 2015 cette technologie sera disponible pour l'industrie nautique. »

ANDREA FRABETTI, vice-président de l'AYT (Advanced yacht technology), centre de recherches du groupe Ferretti.

DÉVOILÉ AU SALONLE PREMIER YACHT HYBRIDE

Présenté en avant-première mondiale, le Long Range 23 de Mochi Craft (groupe Ferretti) promet une navigation propre, grâce à son système de propulsion hybride "zéro émission mode" (ZEM). Deux moteurs Diesel de 588 kW sont accouplés chacun à un moteur électrique de 70 kW et complétés par deux groupes diesel. Ils permettent trois modes de propulsion :

- La propulsion diesel classique (vitesse de 16 noeuds), qui, en outre, entraîne les moteurs électriques, permettant le rechargement complet des batteries lithium-ion en quatre heures.

- La propulsion diesel-électrique (vitesse de 8 noeuds), à très faible émission de CO2, assurée par les seuls moteurs électriques, ceux-ci étant alimentés par les groupes électrogènes et par les batteries.- La propulsion ZEM, assurée par les seuls moteurs électriques, ceux-ci étant alimentés exclusivement par les batteries, sans aucune émission ni bruit. L'embarcation dispose de deux heures d'autonomie dans ce mode à pleine vitesse de propulsion (8 noeuds). À l'arrêt, une fonction ZEM permet de maintenir toutes les fonctionnalités de bord en utilisant exclusivement les batteries, tandis qu'une fonction plug-in permet, au port, de recharger ces dernières en douze heures, via une prise électrique dédiée.

VU AU SALON

DES GPS TRACEURS/ SONDEURS HAUTE RÉSOLUTION La nouvelle série A de navigateurs GPS Raymarine est dotée de technologies haute définition, avec des cartes 2D ou 3D (Navionics), des photos aériennes et une palette de 256 couleurs. Le traceur/sondeur A70D (photo), avec son écran LCD 162 mm (6,4 pouces) lisible en plein soleil, se distingue par son système fishfinder HD digital. Conçu pour la pêche côtière, fluviale ou hauturière, avec une double fréquence 200/50 kHz, il détecte avec précision les poissons jusqu'à une profondeur de 90 mètres.

la STABILISATION ANTIROULIS OPTIMISéE Présenté par Saim, le stabilisateur antiroulis gyroscopique Gyro 7000 de Seakeeper élimine le roulis aussi bien à l'ancre qu'en vitesse de croisière. Jusqu'à 15 mètres de longueur, une unité suffit. Au-delà il faut en installer plusieurs. Le volant d'acier, enfermé sous vide, atteint une vitesse de 10 000 tours/minute, tandis qu'un frein hydraulique permet de passer du stand-by au fonctionnement en quelques secondes. Ce modèle affiche une basse consommation énergétique et est équipé d'un système de refroidissement à base de glycol avec échangeur de chaleur à l'eau de mer.

UN PILOTE AUTOMATIQUE PLUS SÛR Le GPH 10 Marine Autopilote lancé par Garmin, destiné aux bateaux à barre hydraulique, innove en matière de sécurité avec sa technologie brevetée, Shadow Drive, qui autorise les manoeuvres sans avoir à désactiver le pilote automatique en cas d'urgence. Dès que le barreur revient à un cap fixe, le pilote se réactive automatiquement. Le GHP 10 fait appel à un microprocesseur haute performance et à un gyrocompas pour un maximum de performance et de fiabilité, même par mer agitée.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0905

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les paramètres de coupe améliorés de 30 %

Les paramètres de coupe améliorés de 30 %

conçu par Seco Tools, le système de tournage avec arrosage intégré refroidit l'outil et assure un bon cisaillement du copeau.Le système mis au point[…]

01/04/2009 | TOURNAGEInnovations
Innover pour réduire les coûts

Innover pour réduire les coûts

Dassault Systèmes rapproche l'ingénierie et la production

Dassault Systèmes rapproche l'ingénierie et la production

L'informatique "verte" à l'heure des économies

L'informatique "verte" à l'heure des économies

Plus d'articles