Nous suivre Industrie Techno

Pitney Bowes Asterion s'engage sur les volumes contre des ristournes

MATHILDE FONTEZ redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Exit la logique de livraison de consommables ! Désormais, le spécialiste de l'impression de données en grande série entend choisir et acheter au juste prix les tonnes de papier qu'il consomme chaque année. Ses recettes ? La réduction du panel de fournisseurs et du nombre de références produits.

Ma priorité, ce sont les consommables », annonce d'emblée François Granier. Étonnant ? Pas vraiment lorsqu'on sait que l'homme est à la tête de la direction des achats de Pitney Bowes Asterion, un spécialiste de l'impression de données (factures, relevés de compte...). Depuis son arrivée dans l'entreprise, il concentre donc ses efforts sur les achats de papier et les enveloppes. « Cela paraît un peu restrictif, mais nous produisons chaque année 1,2 milliard de pages et expédions 650 millions de plis. Le papier, c'est notre matière première ! »

Jusque-là, l'entreprise n'avait pas réellement développé de stratégie en matière d'achats. La fonction était assurée par la direction administrative et financière. Mais la crise a joué les aiguillons. Les achats sont alors devenus un poste à optimiser, comme les autres. « Auparavant, ce n'était pas vraiment un sujet de préoccupation. Ça a changé. Quand on ne peut plus facturer ses services plus cher, on cherche à réduire ses coûts d'achat. La pression concurrentielle nous oblige à devenir plus agressifs. »

Le responsable a donc cherché à identifier les améliorations possibles. « Certains de nos clients nous fournissaient jusque-là des consommables. Nous souhaitons dorénavant limiter au maximum ce type de pratiques pour mieux contrôler nos coûts. D'autant que nous avons remarqué qu'au fil du temps, ils perdaient la compétence, explique François Granier. Les fournitures qu'ils nous envoyaient commençaient à s'éloigner de notre cahier des charges. » Ce qui contraignait les opérateurs à utiliser les machines en deçà de leurs capacités. D'où une perte de productivité.

Plus d'interactivité avec les fabricants

Le métier de Pitney Bowes Asterion a énormément évolué. L'entreprise est maintenant dotée de machines dernier cri, d'imprimantes qui traitent jusqu'à 2 000 pages par minute et de machines de mise sous pli qui avalent jusqu'à 23 000 plis à l'heure ! Il faut donc que la matière première soit à la hauteur. « Nous souhaitons plus d'interactivité dans nos échanges avec les fabricants. Nous voulons conclure avec eux des partenariats, nous engager sur un tonnage en échange d'un prix attractif. Pour les types de produits à grand volume, nous pensons même acheter le papier à la tonne et ensuite, payer le façonnage. »

Mais avant d'en arriver là, reste à identifier le bon partenaire. Et François Granier a sa méthode. Elle lui vient de son passé de vendeur. « Quand j'étais de l'autre côté de la barrière, j'ai compris que le principal était de s'assurer qu'on est bien compris. Ma priorité est donc de parvenir à une compréhension commune et de faire partager notre stratégie. Négociation vente et négociation achat, c'est la même chose. En d'autres termes, la meilleure formation aux achats, c'est la vente. » Le directeur des achats visite donc systématiquement tous les sites de production des fournisseurs avec en tête l'idée de comprendre leur métier, de la même façon qu'il le faisait avec ses clients. « Comment fonctionne l'entreprise ? Pourquoi est-elle plus chère sur ce poste-là ? Je cherche à connaître la structure des coûts et à mettre en évidence les points sur lesquels les fournisseurs doivent travailler. Si je comprends pourquoi, je suis en mesure d'accepter qu'un fournisseur soit plus cher sur un poste de fabrication. »

Trois fournisseurs par type de produits

Nicolas Granier compte aussi réduire le nombre de références utilisées. Il est notamment en train de procéder à une harmonisation des gammes sur les différents sites de fabrication. « J'essaie de définir une typologie de consommables avec dénominateurs communs, de manière à réduire la variété des produits. » Le tout avec, en tête, l'objectif final d'avoir trois fournisseurs, au plus, par typologie de produits, de négocier un partenariat pour les gros volumes et d'utiliser des compléments de fabrication pour les produits plus exotiques. « Tout cela devrait permettre une économie sensible, espère Nicolas Granier. Mais aussi améliorer la qualité, et les délais, et accroître l'efficacité de la production. »

Visiter ses fournisseurs permet de mieux comprendre leur structure de coûts.

BOULIMIQUE

L'entreprise produit chaque année 1,2 milliard de pages et expédie 650 millions de plis. Une grande acheteuse de papier !

L'ENTREPRISE EN BREF

GROUPE PITNEY BOWES Spécialiste de la gestion du courrier critique (factures, relevés de compte...) 6,3 milliards de chiffre d'affaires 810 salariés 9 sites de production

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0915

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

100 ans et toujours dans le vent !

100 ans et toujours dans le vent !

Toujours en activité, la soufflerie d'Auteuil, construite en 1912 par Gustave Eiffel, sert aujourd'hui à mener des projets de pointe. Elle rappelle[…]

01/09/2012 | REPORTAGE
Sous la forêt, le gypse

Sous la forêt, le gypse

Chez Geodis Logistics, le stockage informatisé réduit les coûts de 30 %

Chez Geodis Logistics, le stockage informatisé réduit les coûts de 30 %

Renault dans la course à la réduction des coûts

Renault dans la course à la réduction des coûts

  • Nous suivre