Nous suivre Industrie Techno

Piratage : les Bitcoins de nouveau dans la tourmente

Piratage : les Bitcoins de nouveau dans la tourmente

© dr

Le piratage de la plate-forme d’échanges de bitcoins Bitstamp le 5 janvier, qui a conduit au vol de 19 000 bitcoins, soit l’équivalent de 4,5 millions d’euros au cours actuel, remet de nouveau en question la sécurité de cette crypto-monnaie.

Un an après la faillite de la plate-forme d’échanges de bitcoins japonaise Mt.Gox, le piratage de  la plate-forme Bitstamp remet de nouveau en question la fiabilité du bitcoin, une crypto-monnaie générée par des algorithmes. L’attaque informatique contre Bitstamps a compromis des portefeuilles de bitcoins et générée la perte de 19 000 bitcoins, soit l’équivalent de 4,5 millions d’euros, détaille un article de Clubic.

Une des fragilités des plates-formes d’échanges réside dans le stockage. Bitstamp propose un service de transfert de monnaie en temps réel, ce qui oblige de stocker une partie des devises dans le Cloud, et ces serveurs reliés à Internet sont exposés aux attaques.

Lors du hackaton Blackhat, en août dernier, des chercheurs en cybersécurité avaient réussi réussi à générer des Litecoins, une monnaie cryptographique concurrente du Bitcoin, prouvant ainsi la vulnérabilité du système.

                                                  LIRE :  En utilisant des failles du cloud, deux chercheurs génèrent des Litecoins

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

Pendant l'été, Industrie & Technologies revient sur plusieurs mois de mobilisation des industriels et des chercheurs pour faire[…]

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Interview

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Plus d'articles