Nous suivre Industrie Techno

Piloter un robot d'intervention comme on joue à Call of Duty

Séverine Fontaine
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Piloter un robot d'intervention comme on joue à Call of Duty

Scène de gameplay de Call of Duty, l'un des jeux FPS les plus connus.

© callofduty.com

Avec cette méthode inspirée des jeux vidéos, le robot et l'opérateur ne feront plus qu'un. Des chercheurs suédois se sont inspirés des jeux FPS pour permettre aux opérateurs guidant les robots d'intervention de voir la zone d'action à travers leurs caméras. Ainsi, ils n'ont plus besoin de se concentrer sur la conduite du véhicule.

Se croire dans un jeu vidéo tel Call of Duty sur une zone d'intervention ? Non, pas vraiment. Mais se trouver au cœur de l'action en regardant à travers les «yeux» du robot, oui ! Une méthode de conduite inspirée de la méthode de jeu dite FPS - first-person shooter - va permettre aux opérateurs guidant les robots d'intervention de se concentrer sur leur zone d'action. Cette technique consiste à voir à travers les «yeux» du robot - comme le «gamer» voit à travers ceux de son personnage - plutôt que d'avoir une vue objective (jeu à la troisième personne), c'est-à-dire voir le robot dans son intégralité. Un chercheur du Centre pour les systèmes autonome du KTH Royal Institute of Technology de Stockholm explique que la technique permettrait une interaction plus naturelle de l'opérateur avec le robot, envoyé dans des lieux trop dangereux pour l'homme, tels que les bâtiments effondrés ou les incendies.

De cette façon, l'opérateur et le robot ne feront virtuellement plus qu'un. Les robots d'intervention pourront alors «imiter» la façon dont le corps humain se transforme lorsque la tête bouge pour regarder dans une direction par exemple. Le mouvement est de ce fait interprété par rapport à la vue de la caméra. Si le robot doit regarder à droite par exemple, le levier de direction sera déplacé dans cette direction. Ainsi, l'opérateur ne devra pas, en plus de ce qu'il se passe sur le terrain, prendre en considération l'orientation du robot comme c'est le cas dans le type de jeu à la «troisième personne». Le déplacement se fera naturellement. De plus, le robot sera capable de se déplacer de façon perpendiculaire à la «zone» ciblée, comme le fait un joueur lorsqu'il tire en se déplaçant.

Grace à ce système de commande, l'opérateur interagit avec le robot télécommandé de la même façon qu'il le ferait avec un avatar dans un jeu de rôle ou de jeu de tir à la première personne, comme Call of Duty

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Il faut développer des solutions de détection adaptées », clame Nicolas Arpagian (Orange Cyberdéfense)

Interview

« Il faut développer des solutions de détection adaptées », clame Nicolas Arpagian (Orange Cyberdéfense)

Les motivations des pirates ciblant l'industrie peuvent être économiques, crapuleuses ou politiques, selon Nicolas Arpagian. Il est[…]

Pour bien commencer la semaine : La 5G, une rupture en matière de cyber-risques

Pour bien commencer la semaine : La 5G, une rupture en matière de cyber-risques

Smart-city, cyber-sécurité, neuro-morphique… les meilleures innovations de la semaine

Smart-city, cyber-sécurité, neuro-morphique… les meilleures innovations de la semaine

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

Plus d'articles