Nous suivre Industrie Techno

Pi3C offre le PLM de PTC en mode hébergé

Industrie et  Technologies
La plate-forme d'ingénierie collaborative de Cités-en-Champagne étend son accord avec PTC pour offrir une approche PLM plus complète aux PME. Tout en gardant les avantages du mode SaaS. Ou comment se lancer dans le PLM pour 150 euros par mois.


J'ai rencontré cette semaine François Tribouillois, PDG de Pi3C, et Damien Lyant, Aera Vice-President Channel Southern Europe de PTC, à l'occasion de la signature d'un partenariat entre leur deux sociétés pour la distribution exclusive d'une offre PLM en mode Software as a Service (SaaS).

« Notre collaboration remonte à 2004. Nous proposons depuis cette période à nos clients, essentiellement des PME, sous-traitantes travaillant à l'affaire pour des donneurs d'ordres ou fabricantes de leur propre gamme, une solution de travail collaboratif, basée sur Windchill ProjectLink, qui fonctionne sous forme de service », rappelle François Tribouillois.

Cela permet à ces PME de se lancer dans le travail collaboratif entre des sites géographiquement distants pour un coût modique. Il n'y a pas besoin d'investir dans de gros serveurs informatiques, ils sont chez Pi3C, ni dans de coûteux logiciels. Ceux-ci sont accessibles en mode SaaS pour une centaine d'euros par mois et par utilisateurs. De plus, la mise en place d'une telle plate-forme, incluant le paramétrage et la formation des utilisateurs, se fait en moins d'une semaine.

« C'est une solution douce, qui permet de voir rapidement l'intérêt d'une telle approche sur un projet bien identifié, sans avoir à remettre en cause toute l'organisation de la société et de ses relations avec ses partenaires. Et de fait, nos clients sont pleinement satisfaits du fonctionnement, d'autant plus qu'ils enregistrent des retours sur investissements dès les premières semaines de mise en place ».

Rappelons qu'en mode SaaS, l'utilisateur ne paye que ce qu'il consomme en louant les technologies en fonction de ses besoins, sans investissement de départ. Notons aussi que cette première plate-forme d'ingénierie collaborative autour de Windchill ProjectLink s'est étoffée avec les outils de web-conférence Netviewer, ainsi que ceux de publications et de traçabilité d'Adobe Acrobat 3D.

De la gestion de projet au PLM

Mais au-delà de cette première étape qu'est la mise en place d'une plate-forme d'ingénierie collaborative en mode hébergée, les deux partenaires ont souhaité étendre, à la demande de certains clients, leur collaboration à la gestion des données techniques. « Notre objectif en signant cet accord de distribution avec l'un des pionniers du monde SaaS en France, est de mettre à la portée du plus grand nombre d'entreprises nos solutions PLM standard, qui ont fait leurs preuves chez de grands donneurs d'ordres dans de multiples secteurs industriels », explique Damien Lyant.

Une démarche que PTC avait tentée de faire en direct voici quelques années, mais qui n'a pas décollée en Europe. « Nous avons tiré la leçon de l'échec. D'une part les clients potentiels n'étaient pas encore mûrs et d'autre part nous leur proposions d'héberger leurs données relatives aux projets concernés sur nos serveurs basés aux USA, ce qui était rédhibitoire pour beaucoup », avoue Damien Lyant. C'est pourquoi PTC préfère maintenant travailler avec un spécialiste local, Pi3C, et héberger les données de ses clients dans le Centre e-Business Hosting d'IBM situé à Montpellier.

Cette mutualisation des moyens permet d'offrir à moindre coût aux PME des solutions sécurisées performantes jusqu'ici réservées aux grands groupes industriels, du fait des investissements nécessaires. « Tout cela sans altérer la technologie », insiste Damien Lyant.

La nouvelle offre PLM on Demand que va commercialiser Pi3C permet aux PME d'accéder sous forme de "services à la carte" à l'offre historique Windchill ProjectLink (gestion de projet et développement collaboratif de projets), ainsi qu'à Windchill PDMLink (référentiel pour la gestion des données produit, ainsi que des modifications et des configurations).

Cette offre, qui sera facturée 150 euros par mois et par utilisateur, arrive au bon moment. D'une part elle permet de limiter les investissements tout en ayant un niveau de fonctionnalité optimum, et d'autre part elle permet à certains sous-traitant de proposer plus de services à leurs donneurs d'ordres sans augmenter le tarif de leur prestation. Deux arguments qui font mouche en temps de crise. D'autant plus que la mise en place d'une solution complète se fera en moins de trois semaines, formation des utilisateurs comprise. (Voir le témoignage du fabricant d'automates médicaux Noviloire)

Une offre qui répond aussi aux attentes exprimées par certaines filières métiers. C'est par exemple le cas dans le domaine aéronautique autour du projet Seine (Standards pour l'Entreprise Innovante Numérique Etendue), ou de la filière dentaire autour de ProDentic. Et d'autres filières, telle l'énergie, entament leurs réflexions dans ce domaine.

Au-delà du PLM ...

Du coup, Pi3C qui a réalisé un chiffre d'affaires de l'ordre de 600 k€ en 2008, espère atteindre le million d'euros en 2009. Il vient d'ailleurs pour cela d'embaucher plusieurs commerciaux. Et Pi3C entend bien ne pas s'arrêter en si bon chemin. « Du fait de notre hébergement chez IBM, nous faisons partie du Club Alliances qui regroupe des éditeurs proposant leurs solutions en mode On Demand dans de nombreux secteurs. Et notre savoir-faire en terme de distribution et d'administration d'offres On Demand en intéresse certains », confie François Tribouillois.

« La mise en place d'une solution de PLM on Demand va permettre à certains sous-traitants en difficulté, notamment dans le secteur automobile, d'aller prospecter d'autres donneurs d'ordres en leur proposant une relation client beaucoup plus efficace que l'échange de fichiers via un site FTP, tout en restant dans la même gamme de prix », conclut François Tribouillois.

Cela permettra aussi à certains donneurs d'ordres de valider les technologies PTC sur des cas réels et de faire entrer ces solutions par la "petite porte" malgré des choix d'entreprises différents.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.pi3c.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 27 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Airbus mise sur le design génératif d'Autodesk pour concevoir une nouvelle usine à Hambourg

Airbus mise sur le design génératif d'Autodesk pour concevoir une nouvelle usine à Hambourg

Autodesk vient d'annoncer un nouveau partenariat avec Airbus lors de son université, qui se déroule à Las Vegas entre le 19[…]

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Plus d'articles