Nous suivre Industrie Techno

Photovoltaïque : les priorités de Saint-Gobain Solar

Thomas Blosseville
Photovoltaïque : les priorités de Saint-Gobain Solar

© Union Européenne

Pour être compétitif, le photovoltaïque doit diviser par trois son prix. Parmi les technologies en lice, découvrez les priorités de Saint-Gobain Solar... et les solutions qu'il exclut.

Le photovoltaïque reste sous perfusion des Etats, via les tarifs de rachat privilégiés. Pour être compétitif, le kilowattheure issu du soleil ne devra plus couter que 12 centimes d'euros... contre une trentaine aujourd'hui. Silicium cristallin, couches minces... Dans les laboratoires, les solutions s'affrontent pour devenir le standard de demain. Découvrez les choix technologiques de Saint-Gobain Solar, la division spécialisée dans l'énergie solaire du spécialiste de l'habitat. Décryptage en 3 questions.


Le coût du silicium cristallin va-t-il baisser ?

Les cellules en silicium cristallin dominent à plus de 85 % le marché mondial du photovoltaïque. Mais restent trop cher ! Selon Saint-Gobain Solar, les économies d'échelle sont très prédictibles. Trois facteurs sont indispensables pour réduire son prix : augmenter les volumes de production ; améliorer les rendements et baisser la quantité de silicium consommée. Encore faut-il créer le marché, une condition que seuls des tarifs incitatifs de rachat peuvent remplir. Toute la profession s'accorde sur ces priorités, que Saint-Gobain Solar ne remet pas en cause. La compétition se joue plutôt sur la prochaine génération de cellules photovoltaïques, celles à couches minces. 


Quels matériaux pour les couches minces ?

Moins chères, les cellules à couches minces devraient contester la suprématie du silicium cristallin dans les années à venir. Mais il existe trois grandes familles de couches minces. Selon les matériaux utilisés, elles n'ont pas toutes les mêmes performances. Là où, par exemple, l'américain First Solar a parié sur le tellure de cadmium et le français Total sur le silicium amorphe, Saint-Gobain Solar croit dans la famille Cuivre-Indium-Sélénium.

Saint-Gobain Solar exclut le cadmium, car il est toxique. Il faudrait une garantie que le cadmium soit récupéré et recyclé en fin de vie. Difficile quand les panneaux solaires sont diffusés sur le marché résidentiel. Quant au silicium amorphe, son rendement n'est pas suffisant. Il n'aurait pas démontré sa capacité à dépasser 9 % de rendement en phase industrielle et 12,5 % en laboratoire. Là où le Cuivre-Indium-Sélénium atteindrait déjà 20 %.


Quelle technologie pour quel usage ?

Comparées au silicium cristallin, les couches minces tendent à générer plus d'énergie en condition de faible éclairement. Parmi elles, le silicium amorphe est moins sensible aux élévations de température. Il pourrait être privilégié là où les températures sont les plus élevées. Mais dans l'habitat mieux vaut, selon Saint Gobain Solar, privilégier les meilleurs rendements, pour limiter les surfaces installées. Le Cuivre-Indium-Sélénium est alors préconisé par l'industriel français.

Pour aller plus loin : retrouvez aussi, en ligne, les priorités photovoltaïques de Total et, dans notre numéro de janvier, notre dossier spécial Energie solaire

Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une cathode nano structurée améliore la performance des batteries sodium-soufre

Fil d'Intelligence Technologique

Une cathode nano structurée améliore la performance des batteries sodium-soufre

Des chercheurs de l’Université de Wollongong en Australie ont fabriqué un nanomatériau qui améliore la performance[…]

Vers 6, 10 et 20% d'hydrogène dans le gaz : les opérateurs gaziers donnent le tempo

Vers 6, 10 et 20% d'hydrogène dans le gaz : les opérateurs gaziers donnent le tempo

Selon l’AIE, le captage de CO2 est indispensable pour décarboner l’industrie mais reste trop cher

Selon l’AIE, le captage de CO2 est indispensable pour décarboner l’industrie mais reste trop cher

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Plus d'articles