Nous suivre Industrie Techno

[PHOTO TECH] Les objets du patrimoine sous l’œil des particules du nouvel AGLAE

[PHOTO TECH] Les objets du patrimoine sous l’œil des particules du nouvel AGLAE

Le faisceau de particules du nouvel AGLAE fait 20 micromètres de diamètre.

© Christophe Hargoues / C2RMF / CNRS Photothèque

Le nouvel Accélérateur Grand Louvre d'analyse élémentaire (AGLAE) caractérise les objets du patrimoine en les bombardant de particules accélérées. Inaugurée le 23 novembre, sa version améliorée peut être utilisée 24h/24 grâce à un système automatisé et un faisceau stabilisé. De nouveaux outils et des détecteurs plus sensibles sont venus perfectionner cet instrument installé dans les sous-sols du Louvre depuis 1988. 

Situé dans les sous-sols du Palais du Louvre à Paris, la version améliorée de l’Accélérateur Grand Louvre d’analyse élémentaire (AGLAE) a été inauguré le 23 novembre. Cet accélérateur de particules est le seul au monde entièrement dédié aux objets du patrimoine. Statuettes, peintures et autres sculptures vont pouvoir être caractérisées et authentifiées de par leur réaction à un assaut de particules de haute énergie.

Des noyaux d’hydrogène ou d’hélium sont accélérés à des vitesses allant jusqu’à 30 000 km/s avant d’être projetés dans la matière à analyser. Là, ils apportent de l’énergie aux atomes qui composent la matière. Ceux-ci émettent rayonnements et particules qui permettent d’analyser la nature et la concentration des éléments chimiques présents.

Des détecteurs plus sensibles

Dans cette version améliorée de l'AGLAE, Thales a notamment permis de stabiliser et d’automatiser la ligne de faisceau grâce à des systèmes analogiques et numériques, le rendant utilisable 24h/24 contre 8h à 10h par jour dans sa précédente version. Un quadruplet d’électro-aimants permet notamment de stabiliser le faisceau de particules.

L'AGLAE s’est également doté de plusieurs détecteurs de rayons X à large surface de détection. Très sensibles, ils permettent de diminuer le temps d’exposition et l’intensité du faisceau nécessaire. Une propriété intéressante pour l’analyse de matériaux fragiles. Tous les évènements générés par l’interaction particule-matière sont enregistrés grâce à des détecteurs de particules et de rayons gamma et une fibre optique reliée à un spectromètre.

© Christophe Hargoues / C2RMF / CNRS Photothèque

© Christophe Hargoues / C2RMF / CNRS Photothèque

© Christophe Hargoues / C2RMF / CNRS Photothèque

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Crazy Labs] Au Louvre, un accélérateur dédié à la préservation du patrimoine

[Crazy Labs] Au Louvre, un accélérateur dédié à la préservation du patrimoine

Il bombarde de particules les objets du patrimoine, mais pour les préserver. L’accélérateur grand Louvre d’analyse[…]

Pile à combustible pour avion, robots explorateurs de ScanPyramids, voiture volante d’Airbus… les meilleures innovations de la semaine

Pile à combustible pour avion, robots explorateurs de ScanPyramids, voiture volante d’Airbus… les meilleures innovations de la semaine

ScanPyramids : des robots pour explorer des endroits inaccessibles

ScanPyramids : des robots pour explorer des endroits inaccessibles

Algues, accélérateur de particules, logistique du futur … les innovations qui (re)donnent le sourire

Algues, accélérateur de particules, logistique du futur … les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles