Nous suivre Industrie Techno

Philips mise sur la sous-traitance

Industrie et  Technologies
Le groupe néerlandais abandonne son modèle d'intégration verticale pour se concentrer uniquement sur le design et le marketing.


« Le modèle d'intégration verticale appartient au passé ». Tel est le verdict prononcé par Gerard Kleisterlee, PDG de Philips, lors d'une conférence de presse au Campus technologique du groupe néerlandais à Eindhoven, aux Pays-Bas.

Pour ce patron, à la tête de Philips depuis 2001, les produits d'électronique grand public sont devenus des commodités, au même titre que le PC. Plus besoin donc d'en assurer la conception et la fabrication en interne. Pour des raisons de compétitivité et de réactivité au marché, ces deux tâches gagnent à être confiées à des sous-traitants comme Jabil Circuits ou Flextronics. « La valeur ajoutée n'est plus dans la conception, ni dans la fabrication. Elle est dans le design, la spécification des produits et le marketing. Trois tâches sur lesquelles nous allons nous concentrer ».

Aujourd'hui, Philips sous-traite la conception et la fabrication de prés de 80 % de ses produits d'électronique grand public. Il ne réalise lui-même que les produits haut de gamme, ainsi que certains nouveaux produits pendant leur phase de lancement.

Gerard Kleisterlee, à l'origine de cette profonde transformation du groupe, veut renforcer ce modèle industriel "léger" copié sur Dell. Sur un marché aussi difficile que l'électronique grand public, il compte affranchir Philips des risques liés aux lourds investissements nécessaires en conception et production.

En cohérence avec cette stratégie, le groupe néerlandais sort petit à petit des composants. Après s'être débarrassé de ses semi-conducteurs (devenus société NXP), il se prépare à se désengager des écrans LCD, considérés auparavant pourtant comme stratégiques pour ses téléviseurs. Philips partage en effet avec le Coréen LG Electronics la société LG.Philips LCD, l'un des premiers fabricants mondiaux d'écrans LCD, basé en Corée du Sud. La sortie de cette activité est prévue pour l'été 2007. Trois sociétés sont sur les rangs pour racheter la part de Philips : les Japonais Matsushita et Sharp, et l'indien Videocon.

Ceci n'empêche pas le groupe néerlandais de jouer la carte de l'intégration verticale dans l'éclairage, devenu une activité hautement stratégique en raison de la révolution promise par le passage aux diodes électroluminescentes. Pour contrôler toute la chaîne de valeur des diodes jusqu'aux luminaires, Philips n'a pas hésité à racheter en 2005 Lumileds, une société californienne spécialisée dans les diodes de puissance.

Ridha Loukil

Pour en savoir plus : http://www.philips.com/global/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

50 milliards de dollars d’investissement dans 18 projets d’usines de puces en 2020

50 milliards de dollars d’investissement dans 18 projets d’usines de puces en 2020

Selon le syndicat professionnel SEMI, l’industrie des puces devrait débuter en 2020 la construction de 18 nouvelles usines dans le monde[…]

Les puces accélératrices de l'IA prolifèrent

Focus

Les puces accélératrices de l'IA prolifèrent

Impression 3D, nanotubes de carbone, AirCyber… les meilleures innovations de la semaine

Impression 3D, nanotubes de carbone, AirCyber… les meilleures innovations de la semaine

Repousser les limites de la loi de Moore grâce aux nanotubes de carbone

Repousser les limites de la loi de Moore grâce aux nanotubes de carbone

Plus d'articles