Nous suivre Industrie Techno

Philippe Pouletty, le médecin-chercheur devenu entrepreneur et investisseur

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

,
Philippe Pouletty, le médecin-chercheur devenu entrepreneur et investisseur

Il a su aider des start-up prometteuses avec les bénéfices de ses propres brevets.

© D.R.

Qu'ils soient plutôt entrepreneurs ou scientifiques de haut vol, agitateurs d'idées ou orchestrateurs de talent, passionnés de technique ou fins analystes de ses usages, les cinquante pesonnalités dont nous vous proposons de découvrir le portrait jouent un rôle majeur dans l'innovation en France. C'est le cas de Philippe Pouletty, fondateur du fonds Truffle Capital.

Philippe Pouletty est un vétéran des biotechnologies, où il a exercé de nombreux métiers : médecin, chercheur, entrepreneur et investisseur. Ancien interne des hôpitaux de Paris, docteur en médecine de l’Université Paris VI, et titulaire d’un MS en immunologie et en virologie de l’Institut Pasteur, il part en 1986 comme chercheur post-doctoral au Department of medical microbiology & Immunology de l’Université de Stanford.

Il va y découvrir et breveter la technologie d’amplification des gènes utilisant la transcripase inverse et l’ARN polymérase, l’une des inventions les plus rémunératrices de l’histoire de la Stanford University à qui elle va rapporter 20 millions de dollars de redevances. Cette technologie sera licenciée et exploitée par BioMérieux et Gen-Probe. Cette découverte permettra à Philippe Pouletty d’entrer en 2012 dans le très réservé Stanford University Hall of Fame of Inventors.

Mais au total il est titulaire de 29 brevets et fondateur de 3 sociétés de biotechnologie en Europe et aux Etats-Unis dont deux ont été cotées en bourse et ont capitalisé environ 800 millions de dollars : SangStat fondée en 1988 et vendue en 2002 à Genzyme 600 millions de dollars, Conjuchem créée en 1993 et cotée en 2000 à Toronto.

Des succès qui vont lui permettre de lancer en 2001, avec Jean-François Fourt, Henri Moulard et Bernard-Louis Roques, le fonds Truffle Capital, basé à Paris qui gère plus de 500 millions d’euros et investit dans des spin-off appelées à devenir leaders dans les domaines des technologies de l’information, des sciences de la vie et de l’énergie. Depuis sa création, Truffle Capital a investi dans 47 sociétés dont près de 80 % sont basées en France.

A ce titre, il est membre du conseil d’administration d’une vingtaine d’entreprises de biotechnologie et de dispositifs médicaux faisant partie du portefeuille de Truffle Capital : Carmat (co-fondateur), Deinove (fondateur et président), Abivax (fondateur et président), Innate Pharma, Immune Targeting Systems, Myopowers (Suisse), Carbios, Neovacs, Pharnext (co-fondateur), Plasmaprime, Splicos (fondateur et président), Symetis (Suisse), Theraclion, Theradiag, Vexim (co-fondateur) et WittyCell (fondateur).

Il a été président, pour quatre mandats consécutifs, de France Biotech, l’association française des entreprises de biotechnologie et vice-chairman d’Europabio, la fédération européenne des biotechnologies. Il a aussi été à l’origine de plusieurs initiatives gouvernementales en France en faveur de la recherche et de l’innovation (loi de 1999 sur la simplification du droit des sociétés (SAS), Plan Biotech 2002 pour relancer et développer la biotechnologie, statut de la Jeune entreprise innovante (JEI)…).

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

Alors que les autorisations de mise sur le marché des vaccins contre le covid-19 doivent être accordées prochainement, les moyens[…]

15/12/2020 | SantéLogistique
Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

Plus d'articles