Nous suivre Industrie Techno

Livre

PGI et e-business : douze éditeurs sous la loupe

Pénétrer la stratégie e-business des éditeurs de PGI (progiciels de gestion intégrée) nécessite un oeil de lynx. Et un sacré esprit d'analyse pour cerner la bonne information.

Industries et Techniques a observé à la loupe les éléments essentiels de la stratégie des éditeurs de PGI pour mieux comprendre leur approche du problème.
Les treize éditeurs les plus importants ont été sollicités pour répondre à petit questionnaire concernant leurs ambitions e-business. Un seul s'est esquivé, QAD, qui ne sera donc pas présent ici. Le résultat est publié sous la forme d'une fiche qui explicite pour chacun, la stratégie adoptée et les outils mis en oeuvre.

L'avis des experts
Les points de vue du cabinet américain AMR et du français Pierre Audoin Conseil sont repérés par leurs initiales : AMR et PAC.

Miniglossaire
CRM : Customer relationship management ou gestion de la relation client.
SCM : Supply chain management ou logistique intégrée.
EAI : Enterprise Application Integration ou intégration des applications informatiques d'entreprise.

Dossier réalisé par Mirel Scherer et Victor Renouard

SAP VISE LA PREMIERE MARCHE DU PODIUM
Par acquisition de concurrents spécialisés, le géant allemand complète sa solution e-business.
L'e-business change tout. Même la stratégie de SAP. Le géant allemand qui, autrefois, développait jalousement toutes les briques de son progiciel de gestion intégrée (PGI) s'associe désormais avec les meilleurs. Voire, si besoin, les rachète purement et simplement. " Construire des solutions e-business c'est unifier des systèmes hétérogènes ", explique Jean-Michel Franco, directeur marketing produit chez SAP France.

L'éditeur complète ainsi peu à peu sa solution e-business mySAP.com pour couvrir tous les cas de figure. L'accord de partenariat avec Commerce One lui donne les outils nécessaires dans le domaine des places de marché. Le rachat de TopTier, un spécialiste émérite des portails d'entreprise, complété par un accord surprise avec Yahoo ! répond aux avancées inquiétantes d'Oracle et autres PeopleSoft.

Il manquait encore une brique dans la fondation e-business de SAP ? Qu'à cela ne tienne : Commerce One a racheté à son tour en mars dernier la société Exterprise, spécialisée dans la construction et la gestion de réseaux d'affaires collaboratives. Ce qui semble arranger les deux partenaires. Commerce One qui risquait, à terme, de n'exister que par rapport à son encombrant associé, reste compétitif, tandis que SAP accède à des puissants outils collaboratifs.

SAP jettera-t-il un jour son dévolu sur cet ensemble indispensable pour construire une solution e-business collaborative ? L'avenir le dira. En attendant, l'éditeur allemand connaîtra, selon AMR, une belle croissance pour ses produits Internet, commercialisés sous la bannière mySAP.com : à la fin de cette année ils représenteront 80 % de son chiffre d'affaires total (qui avoisinera quelque 7,3 milliards de dollars). L'année 2001 sera d'ailleurs, toujours selon le cabinet américain, une année cruciale pour SAP, en plein effort pour passer du rang de simple éditeur de PGI à celui plus enviable de leader du marché des solutions e-business. Réussira-t-il ce coup de maître ? M. S.
L'avis des experts
Forces
Le parc installé de SAP (plus de 19 000 clients), constitue un énorme marché captif pour ses solutions e-business (AMR).
La transfiguration de l'éditeur fournira à ses utilisateurs des solutions CRM et APO plus riches qu'avant (AMR).
SAP continuera à doubler ses bénéfices à 400 millions de dollars prévus en 2001. Une évolution dopée par l'arrivé de plus en plus massive dans le contingent des utilisateurs des entreprises dont le chiffre d'affaires se situe entre 50 et 200 millions de dollars et qui choisissent SAP pour passer dans le monde du e-business (AMR).
Partenariat avec Commerce One (PAC).
Partenariats étroits avec l'ensemble de l'industrie informatique (PAC).
Faiblesses
Dans les domaines du CRM ou du SCM, la confrontation sera dure avec les offreurs spécialisés (tels que Siebel ou i2) et la bataille est loin d'être gagnée d'avance (AMR).
Le passage de la solution MarketSite de Commerce One à un système Private Trading Exchange (PTX) à travers trois plates-formes technologiques et trois équipes de développement différentes ne sera pas un exercice de tout repos pour les utilisateurs (AMR).
Difficultés de pénétrer le marché des PME-PMI (PAC).

L'offre
Produits propres :
- mySAP.com qui couvre : CRM ; SCM ; Finances ; e-procurement ; gestion du cycle de vie des produits ; portails d'entreprises (technologie TopTier)
Partenariats :
- Commerce One (places de marché)
- 600 fournisseurs de solutions sont certifiés par SAP.

ORACLE PROPOSE UNE PANOPLIE COMPLETE
L'éditeur vise à couvrir l'ensemble des besoins de gestion de l'entreprise.
e-business suite d'Oracle (www.oracle.com) est, selon les spécialistes de l'éditeur, une solution complète, simple et rapide à mettre en place. Ce qui permet à son charismatique PDG, Larry Ellison de lancer à ses clients une vieille rengaine que son concurrent SAP sussurrait déjà il y a dix ans : " don't touch it, don't modify it ! " Ne le changez pas ne le modifiez pas, adaptez plutôt votre entreprise à notre solution.

" Notre offre couvre l'ensemble des besoins des entreprises depuis la gestion de la relation client (CMR) jusqu'à la gestion de la relation fournisseurs (B2B) en passant par la gestion interne de l'entreprise (PGI)." explique Carole Muller, d'Oracle France.

Pour la gestion de la relation client, Oracle propose différents canaux : portail Internet, commerce électronique, centres d'appels et centre d'interactions (gestion des appels entrants, sortants, mixtes, multimédias et multicanaux), solutions mobiles : pour les équipes déployées sur le terrain, (ventes, service après-vente).

La gestion de la relation fournisseurs (B2B), comprend les places de marché (market place et business place pour travail collaboratif), les achats sur internet, la supply chain. Pour le pilotage stratégique et opérationnel (business intelligence), Oracle propose une gamme d'applications analytiques dédiées aux directions générales, aux directions opérationnelles, finance, marketing, vente, production achats... ainsi qu'une infrastructure technologique décisionnelle intégrée avec Oracle 9i.

Enfin, l'EAI n'a pas été oublié. La suite applicative d'Oracle est intégrée mais aussi modulaire. Les entreprises peuvent ainsi ne mettre en oeuvre qu'une partie des domaines fonctionnels d'Oracle e-business suite, tel que par exemple dans le domaine du CRM, du B2B, et assurer l'intégration avec les systèmes existants grâce à ses solutions d'EAI. La suite d'Oracle bénéficie de la plate-forme Internet Oracle9i qui permet de développer, de déployer et de gérer des sites et des activités e-business. M. S.
L'offre
Oracle n'a aucun partenariat ou alliance avec d'autres éditeurs. Son offre propre comprend :
Produits propres :
- Oracle CRM (comprend plus de 35 modules)
- Oracle APS (Advanced Planning and Scheduling)
- Oracle Exchange (offre de place marché), et Oracle Exchange.com place de marché inter-entreprises ouverte, Oracle Industry Exchange (places de marché sectorielles, ou places de marché verticales)
- Branded Exchanges (offre permettant aux entreprises de créer leur propre place de marché)
- Oracle Product Developement Exchange (OPDX, solution complète de développement collaboratif et de gestion du cycle de vie des produits)
- Oracle Internet Procurement : solution de gestion des achats de biens et de services
- Oracle interconnect (ensemble de solutions assurant l'intégration des solutions applicatives d'Oracle avec des solutions d'autres éditeurs du marché ou des solutions internes)
L'avis des experts
Forces
L'avantage majeur d'Oracle c'est sa position de leader dans le domaine de bases de données, des infrastructures d'échange et des applications de gestion d'entreprise (AMR).
La solution e-business suite est adaptée aux PME qui ont besoin d'un interlocuteur unique (AMR).
Image e-business sur les produits d'infrastructure (PAC).
Faiblesses
La difficulté pour Oracle sera d'assembler toutes les applications et les technologies qu'il a introduites sur le marché ces derniers mois (AMR).
Faible pénétration sur certains segments en France (SCM, CRM, RH...) due à sa stratégie de généraliste (PAC).
Le modèle Independent Trading Exchange (ITX) qu'utilise OracleExchange est obsolète par rapport à Consortium (CTX) et Private Trading Exchange (PTX) (AMR).
Certains utilisateurs ne souhaitent pas dépendre d'un seul fournisseur (PAC)
Ce n'est pas une solution adaptée à tous les domaines industriels ; exemple : le pétrole (AMR).

PEOPLESOFT : UNE SOLUTION BIEN ACCUEILLIE
Ses solutions e-business, sorties au bon moment, connaissent le succès.

Avec sa nouvelle version PeopleSoft 8, l'éditeur américain PeoplesSoft (www.peoplesoft.fr) prétend couvrir toutes les "briques" du e-business. Avec à son actif l'intégration réussie du système CRM de Vantive, société rachetée à la fin 1999. Après une année 1999 morose, l'éditeur a renoué en 2000 avec les bons résultats : 1,7 milliard de dollars de chiffre d'affaires, soit 22 % de croissance. Ventes de licences : 46 % de plus. Les services se taillent la part du lion dans son CA : 1,18 milliard de dollars. " Plus de soixante nouvelles applications dédiées au e-business sont sorties au moment du lancement PeopleSoft 8 en septembre 2000 ", indique Thierry Mathoulin, directeur de ventes de PeopleSoft France.

Toutes ces applications sont développées sur une architecture 100 % Internet. La nouvelle solution a été accueillie favorablement par le marché : selon les dirigeants de PeopleSoft mille commandes ont été enregistrées dans les premiers quatre mois depuis son lancement en septembre dernier. Les seuls domaines de l'e-business sur lesquels l'éditeur ne sera pas présent avec des produits propres : "Les produits grand public" car il considère que cela ne fait pas partie de son métier . M. S.
L'offre
Produits propres :
Les modules e-business de PeopleSoft 8 : - eProcurement, eStore, MarketPay MarketPlace, SupplyChain, CRM SIRH & Payroll, Portal, EPM (Analytics) Financials & Distribution, PSA.
Partenariats :
- Business at Work pour les ASP dédiés aux Sociétés de Services
L'avis des experts
Forces
Bonne présence surtout dans ses secteurs de prédilection : santé, ressources humaines et services financiers (AMR).
Focalisation sur le CRM (rachat de Vantive) et la RH (image et parts de marché) (AMR).
Selon les premiers utilisateurs, la version 8 du logiciel s'installe aisément et la mise au niveau d'une solution ancienne n'est pas trop fastidieuse (AMR).
Faiblesses
Pas très présent dans l'industrie manufacturière (AMR).
Faible présence sur certains segments en France (SCM...) (PAC).
La nouvelle solution doit faire ses preuves (AMR).

GEAC MET L'ACCENT SUR LE CRM
Le canadien a regroupé ses produits e-business dans une seule division.
En 1999, Geac Computer, éditeur canadien de logiciels pour grands comptes et du progiciel de gestion intégrée Streamline sous NT pour PME/PMI, rachetait le groupe britannique JBA Holdings Plc dont une entité éditait le PGI System 21 sous OS/400 destiné principalement aux PME/PMI lui aussi.

En France, JBA détenait en outre, deux autres logiciels : Anaël pour la comptabilité-finance et Sysper pour la paie et les ressources humaines. Geac avait aussi racheté par sa division SmartEnterprise l'éditeur Clarus Corp. et sa suite logicielle de gestion des finances, des RH et de l'e-commerce B2B.

Durant l'année 2000, tout cela s'est restructuré avec la création d'une grande division baptisée Geac Enterprise Solutions. " Elle regroupe et commercialise nos offres ERP et Finances, RH et Paie, Distribution selon les plates-formes grands systèmes, NT, Unix et OS/400 ", précise Viviane Ribeiro, Managing Director en France. Geac Enterprise Solutions met l'accent sur le CRM (gestion de la relation client), le travail collaboratif, les services en location. Liste non close. V. R.
L'avis des experts
Forces
Avec le rachat de JBA il pénètre des nouveaux marchés : agroalimentaire, automobile. Il lui faudra cependant y allouer des forces supplémentaires (AMR).
L'éditeur a engagé une stratégie agressive de développement de nouveaux produits et d'amélioration des outils existants (AMR).
Faiblesses
Sera-t-il capable d'offrir plus que le simple support de ses produits aux utilisateurs ? (AMR)
Faible pénétration du marché français des produits PGI (PAC).
De nouveaux rachats seront nécessaires pour entrer de plain pied dans les marchés à haute croissance (e business par exemple) (AMR).
Le chiffre d'affaires a continué à baisser sur les premiers neuf mois de l'exercice fiscal 2001 (AMR).
L'offre
Produits propres :
- Les versions "e" des gammes AS/400 et NT (workflow intégré et B2B).
- Produits propres planifiés : Knowledge management ; Evolution des versions "e".
Partenariats :
- Offre en mode ASP pour les gammes de progiciels sur AS/400.
- Offre de CRM pour les gammes AS/400 et NT.

BAAN : IBAAN COMPATIBLE À 85 % AVEC L'ANCIENNE SOLUTION
L'éditeur se focalise sur l'offre dans le domaine du business to business (B2B).
Après avoir touché le fond, Baan (www.baan.fr) racheté par Invensys revient. Le profit est de retour. La stratégie se précise aussi avec le lancement d'une série d'outils pour l'e-business (iBaan) et l'intégration avec les solutions d'automatismes de production d'Invensys. Ce qui couvre tous les besoins d'une entreprise manufacturière.

" Baan se focalise uniquement sur les offres e-business dans le domaine du B2B ", précise Fabienne Bauvin, directeur marketing de Baan France. " Le B2C n'est pas encore à l'ordre du jour. " Son conseil ? Choisir un outil qui est bien intégré avec l'ERP et apte à s'ouvrir vers les autres applicatifs de l'entreprise. Commencer sur le B2B en impliquant très tôt les clients/distributeurs et/ou les fournisseurs. M. S.
L'avis des experts
Forces
Focalisation sur le secteur industriel, gamme étendue avec Invensys (PAC).
Effort constant sur les produits (PAC).
Base installée (PAC).
Appui d'Invensys au sein duquel Baan intégrera les solutions (PAC).
85% de iBaan s'intégre dans la solution Baan IV (AMR).
Faiblesses
Pas d'image e-business ni d'offre B2C (PAC).
Offre CRM non intégrée (détachée dans Invensys) (PAC).
Les canaux de vente doivent être reconstruits (AMR).
L'offre
Produits propres :
iBaan offre les modules suivant pour l'e-business :
- E-Sales : catalogue produits, enregistrement et configuration des commandes, visualisation du compte client.
- E-Procurement : gestion de l'ensemble du cycle achat.
- E-Collaboration : workflow collaboratif avec les clients et fournisseurs.
- E-Service : Connexion à une base de connaissance et de demandes d'intervention.
- E-Service remote : Gestion des plannings et des interventions des techniciens sur le Web.
- BaanOpenWorld : Plateforme d'integration des offres Baan à des produits tiers
- Webtop : Acces à l'ensemble des applications de l'ERP au travers d'un navigateur Internet (zero-client)
Partenariats :
- iBaan Portail a été développé avec les outils de Top Tier (racheté par SAP...) :
- Alliance de type ASP avec Integris Consulting (Bull MLD) pour les offres iBaan E-Sales et E-Procurement

IFS MISE SUR UNE PLATE-FORME OUVERTE
Le suédois préconise, pour les PMI, des solutions e-business intégrées.
Le suédois IFS qui édite le progiciel intégré IFS Applications est présent depuis de longues années sur le marché des PME-PMI. " A ce titre, nous estimons que les besoins de ces entités dans le domaine de l'e-business ne sont pas différents de ceux des grands groupes ", déclare Amor Bekrar, directeur commercial et marketing d'IFS France. Pour son progiciel de gestion intégrée, IFS avait développé sa propre technologie basée sur une plate-forme ouverte baptisée "Foundation1".

" Pour l'e-business, nous proposons là encore des composants totalement intégrés. Il sera toujours plus rentable pour une PME-PMI de choisir une solution e-business parfaitement intégrée que de rechercher des solutions "best of breed" (les meilleurs produits du marché). IFS met tout particulièrement l'accent sur les portails destinés aux clients, fournisseurs, partenaires ou autres collaborateurs de l'entreprise.
Ces portails sont eux-mêmes constitués de sous-ensembles appelés "portlets" correspondant à des processus métiers donnés et qu'il suffit de configurer. V. R.
L'offre
Produits propres :
Modules e-business :
- Enterprise Storefront : gestion des clients et produits, traitement des commandes. Web Store : solution pour exploiter un site marchand.
- e-Procurement : extension par interface Internet des fonctions "approvisionnement" d'IFS Applications. Lien avec les marchés Internet externes.
- e-Markets : module de place de marché. Contact Center : module d'interaction distante client-collaborateur -entreprise.
- Collaboration Portals : portail d'accès à IFS Applications pour les clients, fournisseurs et partenaires
- Employee Portals : idem, mais pour les seuls employés de l'entreprise.
- Wireless Services : module d'accès pour tous systèmes sans fil ou mobiles.
Partenariats :
- IFS a quasiment tout développé en propre sauf pour le module Web Store qui reprend la technologie d'Intershop. Néanmoins, pour certains points très précis, IFS n'exclut pas de nouer des accords avec des éditeurs proposant des compléments fonctionnels intéressants.
L'avis des experts
Forces
Acteur majeur dans le créneau de solutions pour les PME (AMR).
Stratégie e-business ambitieuse (solution peer to peer, applications et infrastructure de commerce électronique, places de marché, connections prépackagés aux places de marché existantes...) (AMR).
A affiché pendant deux années d'affilée une croissance de 50% dans un marché PGI en baisse. (AMR).
Faiblesses
Moins présent dans les grandes entreprises (AMR).

SSA : UNE OFFRE EN COURS DE DÉVELOPPEMENT
L'entreprise veut couvrir toutes les briques de l'e-business.
Les premiers signes de reprise apparaissent pour SSA, après son rachat par Gores Technology en avril 2000. La stratégie adoptée confirme la raison première de cet achat : la base installée du logiciel Bpcs de SSA qui comptait au moment de ce rachat environ 7 000 sites utilisateurs. En effet, SSA annonçait en novembre dernier un renforcement de son activité services. Le département spécialisé devrait doubler son effectif d'ici à la fin 2001.

La société vient aussi de racheter la société Max International, éditeur du logiciel de GPAO Max. Objectif : toucher les PME avec une offre orientée vers le e-business. " Nous souhaitons couvrir toutes les briques du e-business ", confirme Claire Daniaux, responsable marketing communication Europe du sud de SSA Global Technologies (www.ssagt.com). "

Aujourd'hui SSA GT a des solutions pour le CRM, le travail collaboratif et le customer order cycle processing. Nous allons annoncer bientôt un partenariat pour avoir une offre complémentaire de e-procurement, places de marché, portails et EAI. Nous sommes parallèlement en cours de développement de nos propres solutions de CRM, places de marché, e-procurement, supply-chain, portails et travail collaboratif. " Mieux vaut plus tard que jamais... M. S.
L'offre
Produits propres :
alliances et partenariats
- e-procurement : solution propre en cours de développement + partenariat avec un leader dans ce domaine.
- Places de marché : solution propre en cours de développement + partenariat avec un leader dans ce domaine.
- Supply-chain : Mobile Sales Suite de netAPSx (solution eBusiness de Customer Cycle totalement intégré à BPCS)
- CRM : Prevail de Synergistics. Combiné à Mobile Sales Suite et totalement intégrée à BPCS, cette solution apporte des fonctionnalités de CRM et permet par ailleurs à toute personne de l'organisation d'aider à la gestion des clients et prospects.
- Collaborative business : solution propre en cours de développement + partenariat avec un leader dans ce domaine.
Partenariats :
Portails : partenariat avec un leader dans ce domaine.
- EAI : SSA GT fournit des solutions d'intégration à BPCS via les SMG (Semantical Message Gateways). Cette intégration peut également être réalisée avec Electronic Commerce Manager.
L'avis des experts
Forces
Les utilisateurs de Bpcs seront sans doute assez pragmatiques pour continuer à utiliser le logiciel, adapté surtout aux besoins des entreprises manufacturières (AMR).
Sauf s'il se casse ou s'il n'est pas capable de supporter les futures stratégies des entreprises (AMR).
Faiblesses
L'acquisition de SSA par Gores Technology ne suffira pas pour rétablir la place de cet éditeur dans le marché des PGI (AMR).
La construction de sa solution e-business a pris du retard par rapport aux autres éditeurs (AMR).

ADONIX : CLIENT/SERVEUR OU INTERNET, AU CHOIX
Son logiciel Adonix Xtend permet d'industrialiser la mise en ligne des sites.
L'éditeur français Adonix (www.adonix.fr) a mené à terme plusieurs "chantiers" e-business.
" Adonix X3, qui n'existait jusqu'à aujourd'hui qu'en version client-serveur, est maintenant disponible en "dual mode" : client-serveur et/ou internet ", explique Yves Revault d'Allonnes, directeur Marketing & Communication. " Pour les saisies de masse, par exemple nombreuses écritures comptables, ou prises de commandes massives, l'interface Windows reste plus performante, tandis que pour le "télé-travail", les nomades, les commerciaux, les clients B2B... l'interface web est plus adaptée. Nous lançons (aujourd'hui en béta) un nouveau produit, Adonix Xtend, qui permet d'industrialiser la mise en ligne de sites de e-business naturellement connectés au PGI. " Adonix ne couvrira ni les places de marché ni les portails d'entreprise ni les EAI (Enterprise Application Integration). M.S.
L'avis des experts
Forces
Base installée et expérience du marché PME/PMI (AMR).
Produit disponible en version Internet (AMR).
Nombre de partenaires.
Rentabilité (AMR).
Faiblesses
Adonix X3 est un produit récent (avec des fonctionnalités Front-office à venir) (AMR).

INTERBIZ S'OUVRE À TOUS
Sa suite permet d'installer progressivement son dispositif e-business.
" L'ère des PGI est révolue ", avaient déclaré les responsables de Computer Associates en 1999 quand interBiz Solutions (www.interBiz. com) sa division des applications e-business a été lancée. Aujourd'hui elle propose une offre complète : BizWorks e-business Intelligence Suite. " BizWorks permet une installation progressive des composantes de base du e-business ", affirme Christian Minchella, marketing manager. " Sans perturber ni remettre en cause les investissements technologiques de l'entreprise. Et ce, quel que soit le système PGI utilisé (interBiz ou solution du marché). " M. S.
L'offre
Produits propres :
- BizWorks e-business Intelligence Suite
- interBiz CRM
- interBiz e-commerce Suite (e-procurement, place de marché)
- interBiz Logistics (supply chain, gestion d'entrepôts)
Partenariats :
- interBiz a developpé un programme "Logistics Alliance" regroupant une dizaine de partenaires logistiques sur des produits complémentaires à son offre BizWorks et interBiz Logistics.
L'avis des experts
Forces
L'approche brise les systèmes propriétaires, fermés aux approches e-business (AMR).
BizWorks Framework offre un environnement collaboratif, injecte de l'intelligence dans le processus et fournit des prédictions aux entreprises (AMR).
Faiblesses
Le nombre de technologies impliquées par un projet BizWorks Framework pose le problème du coût d'une application à large échelle (AMR).
Suite d'applicatifs e-business mais pas de PGI (PAC).

INTENTIA : UNE OSSATURE POUR LE LONG TERME
L'éditeur propose un ensemble complet, produits et services.
Suite à des options technologiques prises très tôt, il y a plus de deux ans, le suédois Intentia, éditeur du progiciel intégré Movex, dispose aujourd'hui d'une ossature assurant le long terme de son offre rebaptisée Movex NextGen. À l'origine conçue pour AS/400, Movex s'est en effet ouverte aux plates-formes Unix (de Sun) et NT et surtout ses composants ont été redéveloppés d'une manière homogène à base des technologies Java (applications objets), XML et Internet, lui permettant ainsi d'intégrer rapidement des applications collaboratives externes en Java, ASP, C++, C...

L'éditeur présente deux particularités. " Une focalisation sur quelques industries du mid-market. ", précise Philippe Michel, responsable pour la France de la récente entité "e-Business Solutions Group" de la firme. Ensuite, " une offre logicielle complète, y compris les services et le consulting. Elle couvre aussi bien la gestion classique que la gestion de la chaîne logistique, celle de la relation avec les clients et les fournisseurs. Le tout pour réaliser des applications d'e-commerce, e-procurement, place de marché privé... " Maintenant que toutes ses briques de base sont en place, la firme va " concentrer ses investissements de R & D sur les outils de gestion transactionnelle et de collaboration électronique. " V. R.
L'avis des experts
Forces
Solutions verticalisées pour mode & textile, fournisseurs agroalimentaire, distribution (AMR).
Du fait de sa position d'éditeur et intégrateur : effort sur la rapidité et la qualité de l'implémentation
Technologie (produit multi plates-formes depuis 99) (AMR).
Les modules e-business comme l'ensemble du produit bénéficient de l'avance des pays nordiques dans ce domaine. Mais les projets en sont au stade pilote en France (AMR).
Faiblesses
Le modèle de développement de la société limite les ressources affectées à la réalisation des projets (AMR).
Ce modèle est viable sur les moyennes entreprises mais pas sur les grandes entreprises. Intentia doit rester sur son segment (AMR).
L'offre
Produits propres :
- SCM (Supply chain management) :
- les modules de l'ERP Movex.
- la suite APS (Advanced planning & scheduling) de Movex, héritée en partie du rachat du hollandais PMSIM.
- CRM (Customer relationship management) :
- Movex Sales & Marketing System pour l'automatisation des forces de ventes.
- Mobile Service Enterprise Portal pour le SAV & Service.
- Enterprise Portal et Web Shop pour l'e-commerce en B2B et B2C.
- PRM (Partner relationship management)
- MRO Procurement et e-procurement.
- e-Collaborator et PTX pour l'intégration de place de marché.
- ERM (Employee relationship management) :
- Corporate Portal pour utilisateur d'Intranet.
- BPM (Business performance measurement)
- modules BPM et BMM.
- Datawarehouse de Movex.
- Outils de base :
- interfaces temps réel EAI et API.
- e-Business Console pour l'administration des solutions de portails.
Partenariats :
- Intentia travaille avec trois partenaires technologiques importants : Sun Microsystems pour Unix/Solaris (développement de produits, marketing et ventes) ; Microsoft pour Site Server et IBM pour Websphere en matière de serveurs d'applications e-business. Récemment, le Suédois a signé aussi des alliances avec les américains Knosys Inc. pour ses produits ProClarity de mesure de performances en front-office et ZoomON pour ses outils de visualisation d'applications B2B en environnements Web et terminaux sans fil.

JD EDWARDS VISE LE C-COMMERCE
Son offre se structure autour des solutions de commerce collaboratif.
J.D.Edwards entend se positionner sur le marché de l'e-business avec des solutions de gestion globale et intégrée pour le "c-commerce", le commerce collaboratif. " Plus complet que l'e-business, le c-commerce permet aux entreprises de collaborer à tous les niveaux de la chaîne logistique avec leurs partenaires commerciaux et même avec leurs clients et ce quel que soit leur environnement informatique " explique Roselyne Zubar, directrice marketing de JDE France.


Après avoir développé en interne son progiciel de gestion intégré OneWorld, JDE a engagé il y a deux ans une politique d'achats et d'alliances. En propre cependant, JDE a lancé en septembre dernier OneWorldXe (Xe pour eXtended Enterprise). Cette version de son PGI comporte une nouvelle couche d'outils d'interfacage d'applications pour leur interopérabilité. " Cette approche d'EAI (Enterprise Application Integration) permet aux entreprises d'intégrer les meilleures solutions interne ou externes " estime Roselyne Zubar. V. R.
L'offre
Produits propres :
- One World XPI : couche dans OneWorldXe d'intégration d'applications tierces.
- Advanced Planning et Fulfillement Management : solution intégrée de gestion de la chaîne logistique d'origine Numetrix, société rachetée en juin 99.
Produits partenaires :
- Siebel eBusiness Application de Siebel System. Solution de gestion de la relation client que JDE intègre et revend
- B2B Commerce Platform d'Ariba que JDE intègre et revend pour la partie e-procurement.
- L'offre d'Atlas Commerce pour les places de marché que JDE intègre et revend. JDE déclare ne pas vouloir créer directement des places de marché.
Alliances :
- Nombreux partenaires tant mondiaux qu'européens et français pour des prestations en mode ASP (Application Service Provider).
L'avis des experts
Forces
La dernière version du logiciel, OneWorldXE, semble avoir corrigé les graves inconvénients de sa solution précédente (AMR).
C'est une proie extrêmement intéressante pour une société qui veut élargir son offre e-business comme Ariba, en particulier (OneWorld a toujours été intégré avec la solution d'Ariba, JDE lui donne accès aux PME...) (AMR).
Faiblesse
La stratégie de JDE n'est pas claire. Est-ce un fournisseur de PGI, de solution ECM (Enterprise commerce management) ou une société spécialisée dans la mise au point d'infrastructures de place de marché ? (AMR).
Ses nombreux accords de partenariat réalisés pour supporter l'architecture (ECM) posent le problème de la complexité de l'intégration des différents outils (AMR).

MAPICS PROPOSE LES ÉLÉMENTS DE BASE
L'e-procurement est au coeur des réflexions actuelles de l'éditeur de GPAO.
Un des acteurs mythiques de la GPAO, Mapics ratisse large : les utilisateurs de sa nouvelle version Mapics XA peuvent mettre en place leurs applications e-business soit avec des outils intégrés dans ce progiciel, soit grâce aux échanges avec d'autres logiciels applicatifs. " L'annonce récente de la mise à disposition d'adaptateurs XML dans les versions C/S de XA illustre concrètement notre démarche ", indique Philippe Girardot, directeur des opérations de Mapics France. " La mise à disposition progressive d'outils de communication s'appuyant soit sur des composants Websphere d'IBM ou des composants de Microsoft (comme Biztalk) en est un autre exemple. "


Concrètement ces outils permettront aux clients XA d'accèder aux places de marché, et plus généralement, de communiquer d'applications à applications. " Le e-procurement est au coeur de nos réflexions actuelles et nous sommes en train d'évaluer différentes solutions pour finaliser notre offre ", conclut le responsable. M. S.
L'avis des experts
Forces
Les utilisateurs de Mapics disposent d'une série d'outils de base pour développer leurs applications e-business (AMR).
L'éditeur a annoncé un plan de développement ambitieux pour compléter sa suite e-business et les premiers produits ont fait leur apparition début 2 001 (AMR).
L'éditeur a annoncé en septembre 2000 le transfert de 10 % de l'effectif consacré aux développements PGI au département e-business (AMR).
Faiblesse
Arrive un peu tard sur le marché des applications e-business (AMR).
Offre
Produits propres :
- COM. net : application B2B de commerce électronique pour catalogues simples.
- MAPICS Portal : offre progiciel et service de fonctions de e-business collaboratif.
- Magik : application de développement collaboratif de produits ainsi que la fonction DDQ (due date quotation).
Partenariat :
- Avec Access Commerce pour intégrer Caméléon dans Mapics XA, module WebSelling : achats guides de produits complexes (configurables) sur Internet, s'intégrant dans une offre CRM "multi-channels".


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles